Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 12/08/2009

Santé Liberté et Vaccinations n° 63

Avril-Mai-Juin 1979

Sélection d'articles

Sommaire

 Pages

 
Assemblée Générale 1979    
   Rapport moral 1  
   Rapport financier 4  
   Projet 1979 5  
   Vos suggestions 6  
La fièvre aphteuse en Normandie 8  
Nouvelle réglementation de l'affichage 9  
Fréquentation scolaire, obligation vaccinale 12  
Vers un changement de la législation (vaccination anti-variolique) 14  
   L'encéphalite n'est pas le seul danger 16  
   Situation épidémiologique en France - Barrière d'immunité 17  
     

La saveur d'une victoire
Suppression de la vaccination antivariolique (2 juillet 1979)
Proposition de loi tendant à dissocier obligation vaccinale et fréquentation scolaire
Projet de loi sur la publicité

 
Supplément

 


L'ENCÉPHALITE N'EST PAS LE SEUL DANGER

par le Pr J. Barraud (1)

J'ai été vivement intéressé par l'information « Variole : vers un assouplissement... » publiée dans Le Quotidien du Médecin du 26 jullet 1977.

On peut penser qu'une vaccination doit être efficace et inoffensive ou, tout au moins, présenter des risques plus faibles que ceux de la maladie contre laquelle elle prétend protéger : ces conditions sont sûrement remplies par l'anatoxine antitétanique, elles ne le sont sûrement pas actuellement, en ce qui concerne la deuxième condition, en France ni dans d'autres pays, par la vaccination antivariolique qui, sûrement efficace, est aussi sûrement dangereuse.

Les risques d'encéphalite post-vaccinale sont bien connus, mais ce sont pratiquement les seuls dont on parle ; or il en existe d'autres.

Il y a environ 25 ans, je me souviens d'avoir assisté à la faculté de médecine à une conférence du Pr F. Duran-Reynals sur les infections virales,  en  particulier chez  les  poules, et sur leur  évolution vers des néoplasies. J'avais été frappé par le fait  que l'auteur soulignait, d'une part, que les  animaux nouveau-nés sont beaucoup plus sensibles que les adultes de la même espèce à l'infection par des virus néoplasiques et que, d'autre part, il n'y avait pas de différence significative entre virus néoplasique  et non néoplasique, ceux-ci pouvant, dans des conditions données, produire un cancer.

On pouvait en tirer, dès cette époque, une méfiance légitime à l'égard de la vaccine, en particulier vis-à-vis du dogme de la vaccination précoce chez le nouveau-né.

Il y a une dizaine d'années, Mme Maria-Luisa Duran-Reynals a soutenu devant la faculté des sciences de l'Université de Paris une thèse de doctorat d'université, intitulée « Effets néoplasiques du virus vaccinal ».

Même si l'on ne s'intéresse pas particulièrement à l'expérimentation sur l'animal, avec ou sans l'intervention de cortisone et de méthylcholanthrène, on ne peut qu'être frappé par la deuxième partie du chapitre IV, intitulée « Effets néoplasiques du virus vaccinal », qui rapporte (page 57 et tableaux 2 et 3) plusieurs dizaines de cas de néoplasies observées chez l'homme, cas qui peuvent être mis en rapport avec une vaccination antivariolique, parfois ancienne d'ailleurs.

Beaucoup plus récemment, F. Labouche et collaborateurs ont publié un article intitulé « Vaccination antivariolique et tumeurs cutanées malignes à propos d'un cas de mélanome malin sur cicatrice de revaccination Jennérienne » (bulletin de la Société française de dermatologie et de syphiligraphie, 1975, 82, 464-468), qui en dehors du cas rapporté en évoque plusieurs autres dans sa bibliographie.

Il paraît  donc, si l'on ajoute au risque d'encéphalite post-vaccinale celui de cancérisation, que la vaccination antivariolique peut difficilement être considérée comme inoffensive et que les manifestations de ces risques, si peu fréquentes soient-elles, le sont encore trop – eu égard à la situation épidémiologique actuelle – pour que l'obligation soit maintenue.

(1) Physique des structures et des systèmes biologiques, université Paris VII.

L'article ci-dessus a été publié dans le courrier des lecteurs d'un journal médical. La même lettre avait déjà paru dans une revue de consommateurs. Le Professeur Barrault avait écrit au Ministère de la Santé pour faire part de ses inquiétudes et s'étonnait de ne pas avoir obtenu de réponse...
Nous avions également joint à notre dossier une estimaton des accidents annuels entraînés par la vaccination antivariolique, estimation très superficielle faite d'après ce que nous avons pu relever dans la presse médicale (vaccine généralisée - eczéma vaccinal - épilepsie - encéphalites - anomalies de l'électro-encéphalogramme). Nous n'avons pas la place de le reproduire, mais les lecteurs intéressés peuvent nous le demander (joindre une enveloppe timbrée avec votre adresse).

LA VACCINATION ANTIVARIOLIQUE EST-ELLE CANCÉROGÈNE ?

  • Au second Congrès de Dermatologie tropicale, W.-C. Marmeizat (Université  de  la  Californie  du  Sud) vient de rapporter une série de 38 tumeurs cutanées développées au niveau des traits de scarification de la vaccination antivariolique.

    Les tumeurs sont de tous types : basocellulaires, spinocellulaires, mélanosarcome.  Aucun autre  facteur cancérogène ne peut être invoqué pour expliquer la tumeur dans cette localisation.

(Semaine des Hôpitaux, 26 mars 1970.)

 La Tribune Médicale », du 3-10-69 ajoute à ce sujet :

  • « Le délai entre la vaccination et l'apparition de la tumeur maligne a varié entre cinq  semaines  et cinquante ans. »

    Nous ajouterons quant à nous que si des cancers se développent sur les cicatrices cinquante ans après la vaccination antivariolique, cette dernière ne peut manquer d'avoir tout au long de la vie des conséquences fâcheuses sur la santé des vaccinés sans que le rapprochement soit facilement établi.

Quelle est la couverture vaccinale en France en ce qui concerne la vaccination antivariolique ?

Cette notion de la nécessité du maintien d'une « barrière d'immunité » constitue un des  principaux obstacles au rétablissement de la liberté vaccinale, même en ce qui concerne la vaccination antivariolique.

L'exemple de la Grande-Bretagne est des plus significatifs : depuis un siècle, le taux des vaccinations antivarioliques n'a pas cessé de décroître. Or, le taux de décès par variole ne cesse de décroître parallèlement.

Depuis 30 ans, le taux oscille entre 33 et 40 % de primo-vaccinations antivarioliques, et le nombre annuel de décès est sensiblement égal à zéro. Ce résultat est d'autant plus significatif que les rappels sont seulement pratiqués « sur une poignée d'individus» (Professeur G. Dick).

Le pays compte donc 60 % de personnes non vaccinées et selon les experts, 96 % de personnes non immunisées, en raison de la courte durée  de  l'immunisation  et  de l'absence de rappels.

Période de 10 ans

% de vaccinés

Nombre annuel 
de décès par variole

 Entre 1872 et 1882

 85,5 %

3 708  

 Entre 1882 et 1892

 82,1 %

 928  

 Entre 1892 et 1902

 67,9 %

 436  

 Entre 1902 et 1912

 67,6 %

 395  

 Entre 1912 et 1922

 43,4 %

 12  

 Entre 1922 et 1932

 43,1 %

 25  

 Entre 1932 et 1942

 37 % 

 1,4

Or, on n'a pas assisté au retour offensif des épidémies de variole, mais au contraire, le Ministre de la Santé a déconseillé – et cela depuis 1971 –aux médecins la vaccination de routine des enfants parce qu'elle présente plus de dangers que la variole elle-même !

Situation épidémiologique de la collectivité française

Aux yeux des experts, l'immunité réelle est extrêmement brève (3 ou 5 ans). L'arrêté publié au J.O. du 12 août 1965 considère que celle-ci n'est  valablement acquise que si l'intéressé  a  été  vacciné depuis moins de trois ans.

La France étant beaucoup plus vaccinée que la Grande-Bretagne (à cause en particulier des deux rappels à 10 ans et à 20 ans), son taux théorique d'immunisation sera plus élevé. 

Pour l'évaluer, il faut savoir :

  • que 60 % au mieux des assujettis subissent effectivement les 1ère  et  2ème vaccinations (d'après les statistiques officielles) ;
  • que pratiquement seuls les hommes sont revaccinés à 21 ans (et encore ne font-ils pas tous leur service militaire) ;
  • que l'immunité ne dure effectivement que 3 ans.

Sont donc en fait vaccinés et (peut-être) immunisés :

60% des enfants de 1 à 3 ans, soit ...  1 485 000 (1)
60 % des enfants de 11 à 13 ans, soit ...  1 497 000

les hommes de 21 à 23 ans

 1 325 000

 Total des vaccinés

 4 307 000
  (1) Annuaire Statistique de la France ; pyramide des âges du 1er janvier 1970

La barrière d'immunité contre la variole est donc actuellement en France de l'ordre de 8,6 %, et 91,4 % de la population n'est théoriquement plus protégée.

Est-il réellement nécessaire de maintenir les rappels obligatoires de 10 et 21 ans ?
À défaut de déconseiller la vaccination comme dans les pays anglo-saxons, ne peut-on laisser la vaccination facultative ?

L'examen objectif des faits nous permet de penser que cette position n'exposerait la population française à aucun risque d'épidémie.


– EXTRAITS du SUPPLÉMENT au n° 63 –


LA SAVEUR D'UNE VICTOIRE

La primo-vaccination antivariolique vient d'être officiellement suspendue. 
Les rappels sont maintenus pour les enfants qui l'ont déjà subie, ce qui équivaut à la disparition à brève échéance de cette vaccination, puisque, d'une part, il faudrait un nouveau vote du législateur pour la remettre en vigueur – ce qui n'est guère à envisager, car les pays qui l'ont purement et simplement supprimée s'en portent fort bien, à la grande déception de nos vaccinalistes qui comptaient sur une recrudescence des épidémies, notamment en Angleterre, pour accréditer le mythe de l'efficacité et de la « barrière immunitaire », et justifier ainsi le maintien d'une obligation qui assurait leur gloire et leur prospérité – et que, d'autre part, le nombre d'enfants ayant déjà reçu la primo-vaccination, et par conséquent assujettis aux rappels, ira sans cesse diminuant, jusqu'à s'éteindre définitivement.

Il est nécessaire de jeter un coup d'œil en arrière pour apprécier cette victoire à sa juste valeur. Le chemin parcouru tient du prodige : il y a une quinzaine d'années, le petit groupe que nous formions était pratiquement réduit à l'impuissance. Seule la certitude d'avoir des raisons suffisantes pour douter de l'efficacité et de l'innocuité des vaccins nous donnait assez de courage et de ténacité pour espérer qu'un jour nous nous ferions entendre. Aux yeux des gens en place (d'un Lépine, par exemple), nous étions une secte d'illuminés, qu'il convenait de traiter par la dérision, sans daigner prêter la moindre attention à nos élucubrations de débiles exaltés.

La lutte était d'une inégalité navrante : nous avions en face de nous toutes les puissances du Pouvoir réunies :
la Science, la Finance, la Politique. En effet, j'admirais chez nos adversaires l'habileté suprême qui avait consisté à rendre obligatoire de par la loi la consommation des produits qu'ils fabriquaient et vendaient. N'est-ce pas là le rêve de tout industriel, assuré ainsi d'un pactole intarissable et ne redoutant pratiquement aucune concurrence ? Bien évidemment, lorsque de tels intérêts financiers sont en jeu (qui se chiffrent par des milliards annuels de chiffre d'affaires), les complicités de toutes sortes accourent avec empressement, à tous les niveaux de Pouvoir.

Bref, les vaccinalistes avaient tout noyauté. Ils régnaient en maîtres absolus à l'Académie de Médecine, au sein des commissions parlementaires chargées d'examiner les projets de lois visant à rendre telle vaccination obligatoire, au Parlement, dans tous les organes du Gouvernement et de la Fonction publique. Nous étions un groupuscule de trublions dont il suffisait de sourire. Ainsi la Presse nous était-elle hermétiquement fermée. C'était là le bâillon le plus insupportable : impossible même de dialoguer, de confronter nos données, nos chiffres. Nous étions relégués dans une classe de parias, dont le contact même avait quelque chose de dégradant aux yeux des gens qui pensaient droit. En réalité, nous savions qu'ils ne pensaient rien, pour la simple raison que, depuis que les vaccins sévissaient, le plus vieux cru étant l'antivariolique, nos bienfaiteurs de l'humanité ne s'étaient pas attardés à tenir des statistiques sur les résultats obtenus ou les accidents consécutifs aux vaccins. Le dogme était là. On protégeait votre santé, on vous sauvait d'une mort abominable, pourquoi discuter ?

Quelques hommes se sont levés et sont restés debout jusqu'à ce qu'on les entende. Fernand Delarue et son épouse, inlassablement, se sont cramponnés, et, avec une poignée de gens tenaces, ils ont fini par faire une brèche dans ce mur honteux du silence. Ce combat de David et de Goliath a duré des années et des années, jusqu'à désespérer d'en voir jamais l'issue. Nous voilà la victoire en mains, mais tellement surmenés par cette lutte démesurée que nous n'avons pas même le cœur de la savourer. Il faut dire que nous avons dû traverser de bien étranges bourbiers et que ceux qui avaient encore quelques tendres illusions de jeunesse lorsqu'ils se sont joints à nous (le respect de l'individu, la valeur d'une vie humaine, mais comment donc !) n'ont pas tardé à les perdre.

Toucher du doigt la désinvolture de ceux qui nous dirigent à l'égard du plus rudimentaire sentiment d'humanité, les voir chaque jour, en connaissance de cause, sacrifier inutilement des vies en prétendant les protéger afin de sauvegarder leurs intérêts financiers, leurs dogmes sacro-saints et leur réputation scientifique, avec les honneurs qui y sont attachés ; supporter imperturbablement un tel dégoût, cela impliquait à chaque instant la certitude inébranlable que nous finirions par triompher. Et ce triomphe, nous le devons à quelques obscurs combattants, traqués, tracassés, qui n'ont pas cédé à la formidable machine vaccinale, actionnée avec une prestigieuse dextérité par des experts en imposture, en truquage, en publicité, en statistiques mensongères.

Le vaccinalisme est une religion d'autant plus difficile à ébranler qu'elle est une religion de salut : elle promet au fidèle une garantie contre la mort, la sauvegarde contre des maladies absolument épouvantables et sans issue. De quoi faire rêver le morne troupeau qui marche béatement à l'inoculation d'un produit tellement mirifique qu'on trépigne et qu'on assiège le centre, le jour où quelque grand-prêtre fait astucieusement courir le bruit qu'on va bientôt être en rupture de stock. Le rituel était savamment réglé, les campagnes publicitaires – la montée en épingle de quelques cas sporadiques et insignifiants – artistement montées, avec les flonflons gouvernementaux, visites officielles, congratulations, exhortations à la discipline et au sens civique. L'Institut Pasteur Production S.A. renflouait ses caisses et, au besoin, on faisait la quête pour lui.

J'ai connu tout cela, avec cette poignée de compagnons dont je parlais ; nous avons réussi à surmonter notre nausée. Et justement, cette mystification omnipotente avait quelque chose de si répugnant, que notre révolte ne parvenait pas à fléchir. Je crois que c'est l'énormité de l'imposture qui nous a rendus si opiniâtres.

Je revois le chemin parcouru, depuis le ghetto où nous étions enfermés en tant que maniaques débiles, dangereux pour la bonne marche (en avant) de l'ordre social. Mais, coup de tonnerre qui nous fait entrevoir la liberté toute proche, il y a 8 ans déjà, lorsque les États-Unis et le Canada supprimèrent la vaccination antivariolique. Nous sûmes à ce moment-là que notre combat n'était pas inutile, que nous étions dans la bonne voie : un jour, nous aurions raison du silence dédaigneux et cynique de nos adversaires, leur décomposition était déjà à un stade avancé, on finirait par mettre au grand jour les sordides intérêts financiers qui étaient les ressorts secrets de cette machine apparemment bien graissée, mais qui commençait à donner des signes de faiblesse.

Puis ce fut une irrésistible progression: la Grande-Bretagne déconseilla la vaccination, le Professeur George Dick fit une conférence de presse, les pays d'Europe, les uns après les autres, renoncèrent au vaccin. L'O.M.S. décida de mettre au rencart le produit miracle... qui n'avait pas réussi à éradiquer la variole en Inde, et changea de tactique ; un de ses experts, professeur aux Pays-Bas, m'écrivit à ce propos en termes tout à fait... compromettants. Le vent tournait. Les vaccinalistes ordonnèrent le branle-bas : l'Eldorado allait s'envoler en fumée. Dans l'affolement, on en venait à des querelles bassement intestines, des rivalités entre l'Institut Pasteur et Mérieux. L'harmonie et l'entente ne régnaient plus à bord, comme au temps où l'on pouvait savourer l'aimable et fructueuse vitesse de croisière. On rameuta les dignitaires : le Ministère de la Santé, dans un élan un peu précipité, se mit à émettre des mensonges si gros, de telles incongruités pour exhorter la foule qui se laissait insidieusement gagner par le scepticisme, que cela eut l'effet d'un mauvais présage.

Aujourd'hui, le mur du silence qui étouffait notre voix est lézardé. Que dis-je ? Nous avons percé une large brèche où nous allons nous ruer, pour mettre un terme définitif à cette grossière imposture. Ce n'est pas sans une certaine émotion que je songe à ceux qui ont lutté avec nous et qui sont morts à présent sans avoir pu goûter à cette première victoire remportée à la force des poignets ; à ceux aussi que je ne connaissais pas et qui ont travaillé dans l'ombre, presque clandestinement. Il n'y a pas si longtemps, le livre de Fernand Delarue marquait une étape considérable, une conquête d'une importance décisive. Après tant d'efforts, nous étions parvenus à nous faire entendre, nos idées se propageaient, sans du reste jamais rencontrer d'objection, car la stratégie des vaccinalistes consiste à ne pas se départir d'un silence méprisant... et digne, bien entendu.

C'était cette première victoire qui était réellement difficile à remporter. Le reste suivra, comme cela s'est produit dans les pays voisins : après la disparition du vaccin antivariolique, nous devons obtenir celle du B.C.G., comme en Allemagne Fédérale, et ainsi de suite. Mais cela presse, car vous savez comme moi que le temps qu'il nous faudra pour retrouver la liberté signifie des vies humaines sacrifiées d'ici là au mythe vaccinal. Il faut continuer sur notre élan, en sachant que le plus dur est déjà fait et que la France est un des derniers pays au monde à maintenir, pour les raisons que vous savez, une telle panoplie de vaccins obligatoires.

Bernard GUYADER 

Il y a 14 ans, Bernard Guyader, alors étudiant, avait constitué un groupe militant parmi les étudiants. Ils avaient notamment lutté pour que les sanctions infligées aux étudiants qui refusaient le BCG soient uniquement pénales et non d'ordre universitaire.
Bernard Guyader a dû s'expatrier pendant quatre ans en Italie, temps qu'a duré le procès qu'il a soutenu avec succès contre le Ministre de l'Éducation pour faire reconnaître la validité du certificat de contre-indication aux tests tuberculiniques qu'il avait présenté lors de la visite médicale de la Faculté


Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto