Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 07/02/2014

Santé Liberté et Vaccinations n°87

SOMMAIRE Pages

1

  • Sida : la maladie
2 à 5
  • Sida : situation en Europe au 31 décembre 1985
5
  • Vaccinations et sida
6 à 9
  • Une vaccination contre le sida

10-11

  • Action en faveur de la suppression de l'obligation du vacin anti-polio
12-13
  • Dossier : réponses des parlementaires
14 à 16
  • Faits prouvant la nocivité de toute vaccination
17 à 21

Sida, nous sommes tous concernés

Le numéro de la revue est consacré au SIDA. Tout le monde parle de cette maladie à un titre ou à un autre, aussi bien pour faire du sensationnel avec le sexe et la mort que pour informer médecins et public des dangers d'une maladie terrifiante.

Héla le SIDA nous concerne également, bien que la plupart des adhérents de notre association mènent autant qu'il leur est possible une vie saine et équilibrée.

Il nous concerne parce que si dans l'ensemble nous ne sommes pas exposés aux risques de transmission actuellement connus, y compris les transfusions sanguines et les immunoglobulines, la perspective de campagnes de vaccinations systématiques est dans l'air. Tout se met en place pour y préparer les esprits. Plus la maladie fait peur, plus ceux qui veulent échapper à la vaccination qui est censée protéger la population sont considérés comme de dangereux asociaux.

La panique qui sera entretenue dès qu'un vaccin sera mis au point afin de mieux en assurer la consommation déclenchera un mouvement d'hostilité envers ceux qui refuseront la vaccination.

Nous devons donc dès maintenant nous informer, tant sur la maladie elle-même que sur les recherches qui sont en cours pour la mise au point d'un vaccin et encore plus pour sa consommation car des intérêts financiers considérables sont en jeu et les laboratoires mènent entre eux une course effrénée pour avoir avant tous les autres le marché.

À travers le SIDA c'est en fait toute notre société qui se reflète.

Nous ne pouvons pas avoir la présomption de changer notre type de société ni de nous battre à mains nues contre les géants de l'industrie pharmaceutique.

Ce n'est pas pour autant qu'il faille rester passifs. Des citoyens informés, conscients de l'importance du danger, et qui plus est pas tellement confiants dans le vaccin sauveur, peuvent se mobiliser pour exiger un réel contrôle des produits sanguins, la suppression des vaccins et des médicaments cultivés sur cellules de singes, pour que des produits de substitution soient employés le plus souvent possible à la place des transfusions sanguines, pour qu'une plus grande vigilance soit observée au niveau de la désinfection des seringues, des instruments dentaires, des aiguilles d'acupuncture, etc... afin de limiter autant que possible la contamination d'un patient à un autre.

Ne cédons pas à la peur mais ne nous endormons pas non plus dans une fausse quiétude que nous ou nos enfants risquerions de payer fort cher.

Simone Delarue

Vaccinations et sida

Pendant toute l'année écoulée le SIDA a fait l'objet d'études et d'articles dans toute la presse. Personne n'ignore plus cette maladie qui était encore inconnue en France il y a fort peu d'années.

Ce doit être le journal Libération, qui compte de nombreux homosexuels parmi ses lecteurs, qui a tiré le premier la sonnette d'alarme lorsqu'un industriel homosexuel fut la première victime française. Aux USA depuis 1982 on s'en préoccupait déjà sérieusement et les revues médicales auxquelles nous sommes abonnés publiaient des articles inquiétants.

Mais quel rapport avec les vaccinations ?

Aucun jusqu'au jour où le même journal Libération déclencha un scandale en suspectant le vaccin contre l'hépatite B, fabriqué par l'Institut Pasteur, de pouvoir transmettre le SIDA. Les chercheurs américains s'étaient déjà posé des questions à ce sujet mais le danger ne semblait pas concerner les pays d'Europe.

Pour fabriquer le vaccin contre l'hépatite B il est nécessaire de partir d'un sang qui contient des virus. Aux USA le sang est acheté par les laboratoires, dond vendu par ceux qui ont le plus besoin d'argent, c'est-à-dire les pauvres et les drogués. Le sang contenant les virus nécessaires aux vaccins provient des personnes atteintes d'hépatite B parmi lesquelles on compte beaucoup de drogués et d'homosexuels qui se livrent à la prostitution ou qui ont de très nombreux partenaires.


Page en chantier. Merci de votre patience et de votre compréhension.

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto