Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 09/04/2014

Mars 1999

Retour à la liste des revues
1971-1980       1981-1990       1991-2000       2001 à aujourd'hui

Recherche sur le site

Extraits du Sommaire

« Le culte de la certitude est le plus sûr garant de l'obscurantisme et du conservatisme. »
Pr Pierre CORNILLOT

  • Message du Président
  • Appel à la solidarité (Votre Santé)
  • Assemblée Générale - Convocation 
  • Hépatite B et vaccination - Où en est-on? (Suite)
  • Alerte !!! Vive l'allopathie
  • Nouvelles brèves
  • Courrier 
  • Livres et cassettes vidéos

 

 


Message du président

 

Si les soubresauts les plus chaotiques annoncent une mort prochaine, alors la bête vit ses derniers instants. Les fins de siècle, a fortiori les fins de millénaire, engendrent des situations extrêmes. Ces derniers mois ont vu la naissance de situations encore jamais rencontrées.

Des associations dispersées, quelquefois rivales, se retrouvent pour un dépôt de plainte au pénal contre une vaccination (une première) destinée à protéger d'une maladie chronique (une autre première). Cette vaccination dont on a voulu qu'elle soit largement pratiquée chez toute la population, n'a pas été rendue obligatoire. Mais pour qu'elle soit acceptée et même quelquefois demandée par tant de monde, il a fallu en faire une publicité outrancière, malhonnête, il a fallu déclencher des réactions de peur, il a fallu aller tellement loin que des médecins, en majorité des homéopathes, ont pris position publiquement contre cette vaccination anti-HB (une autre première). Les associations qui militent pour une pratique différente de la médecine et qu'on n'avait jamais vu se joindre à nous pour lutter contre les vaccinations, se sont mobilisées pour demander leur suppression. Des émissions de radio ou de télévision ont vu des responsables de ces campagnes mis en difficulté et perdre de leur superbe habituelle.
Tout cela a abouti à la suspension de ces campagnes dans les collèges, ceci a eu un effet dévastateur pour les producteurs. Ces derniers pouvaient compter sur des ventes annuelles 1 430 000 doses ; depuis, la chute des vaccinations fait envisager des ventes annuelles d'à peine 300 000 doses.

Et nous nous sommes dits voilà une première victoire.
C'était mal connaître nos adversaires.

Le 5 novembre 1998, l'agence du médicament, sans aucune consultation auprès de qui que soit, interdit par arrêté 5 souches homéopathiques au prétexte fallacieux que ces souches d'origine humaine pourraient contaminer les malades qui les absorberaient. Et c'est la raison de la présence d'une pétition dans le précédent numéro. Le 6 janvier 1999, non content de la mesure précédente et de manière encore plus sournoise, le directeur de l'agence du médicament interdit 173 souches d'origine animale en dilutions inférieures à 4CH (donc en 3CH, 2CH, 1CH et la base de la dilution, teinture-mère ou produit). 
Ces  médicaments contrairement à beaucoup de médicaments chimiques (le Viagra® a déjà plusieurs morts à son actif, et les vaccins, de combien de morts sont-ils responsables ?) n'ont jamais fait, en plus de 150 ans de prescriptions, l'objet d'un seul signalement d'incident à l'agence du médicament.

Qui fait partie de la commission d'Autorisation de Mise sur le Marché de l'Agence du Médicament à l'origine de cette décision ? En 1997, 66 des 78 membres de la commission (soit 84,6%) avaient des liens déclarés avec l'industrie  pharmaceutique, une dizaine affichaient des contrats de travail ou des rémunérations régulières ; une situation soulignée par la Cour des Comptes dans un rapport de septembre 1998.
Cette tentative d'assassinat de l'homéopathie n'a donc rien de scientifique, c'est une manœuvre politico-financière pour éliminer cette médecine utilisée régulièrement par environ 25 millions de Français, pratiquée par des médecins insoumis à la pensée unique. Imaginons 25 millions de Français qui recommenceraient à consommer des médicaments chimiques, quelle aubaine pour les trusts pharmaceutiques !

Mais des médecins homéopathes qui coûtent à la Sécurité Sociale entre 30 % et 60 % de moins que leurs confrères, ça devrait être une race à préserver et même à promouvoir, et pourtant ça n'intéresse personne.

Cette mesure a eu une action bénéfique : c'est l'union qui est en train de se faire entre les associations d'usagers de la santé et tous les homéopathes de France, les acupuncteurs, les ostéopathes et les naturopathes, etc... Allons nous nous laisser museler ? La liste s'allonge des interdictions, des suspicions, et des procès d'intention.

Hier on a entendu monsieur Abgraal chargé de l'action interministérielle contre les sectes déclarer publiquement lors d'une conférence au grand Orient de France : « l'homéopathie n'est qu'un grigri occulte ».
Désormais un membre de l'ADFI a tout pouvoir pour vous dénoncer auprès du Procureur de la République, si vous avez changé vos habitudes vestimentaires, ou vos habitudes alimentaires, si vous passez un temps prolongé à lire (sic), si vous passez un temps prolongé à la méditation (et si vous refusez les vaccinations, n'en parlons pas).

Peut-on appeler démocratie cette dictature de la bonne conscience ? Peut-on appeler liberté d'expression cette peur de penser par soi-même et de se conduire différemment des autres ?

Nous n'allons pas rester l'arme au pied à attendre sans rien faire.
Dans la plupart des pays d'Europe, les gouvernements sont en train de mettre en place des organes d'évaluation de ces médecines. Chacun a le droit de respirer de l'air pur, de boire de l'eau propre, de manger des aliments sains, de se soigner par des médecine alternatives, de ne pas vacciner ses enfants s'il n'en a pas envie, sans qu'il soit suspecté d'appartenir une secte.

Dès aujourd'hui que pouvons-nous faire ?
Dans la liste des 173 médicaments interdits en dessous de 4CH, il y en a 5 qui sont des dilutions de vaccins ou sérum :

  • le médicament VAB qui est une dilution du vaccin BCG
  • le médicament TUBERCULINUM qui est une dilution de Tuberculine (autrement dit test tuberculinique)
  • le médicament DTTAB qui est une dilution des vaccins Diphtérie, Tétanos, Typhoïde A et B
  • le médicament SERUM EQUI qui est une dilution du sérum antitétanique équin.
  • le médicament INFLUENZINUM qui est une dilution du vaccin de la grippe de l'année.

Donc en dessous de 4CH ces médicaments peuvent être dangereux, et c'est pour cela qu'ils ont été interdits. S'ils sont dangereux et interdits sous forme de granules à prendre par voie buccale, ils sont donc d'autant plus dangereux non dilués et par voie intradermique. Si d'aventure un médecin exigeait une de ces vaccinations obligatoires, BCG, antidiphtérique, ou antitétanique, j'ai préparé un modèle de lettre à envoyer que vous trouverez à la Ligue.

Puisque les responsables de la santé de notre pays prennent des positions aberrantes, poussons-les jusqu'au bout et servons-nous de cela pour démontrer les dangers des vaccinations.

Jean-Marie MORA, président


Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto