Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 15/03/2012

La mort subite et inexpliquée du nourisson aux États-Unis

Extrait de "Réalités & Vaccinations" de Décembre 2000

Conférence sur les vaccinations organisée à Washington, les 8, 9, 10 septembre 2000, par le National Vaccine Information Center (NVIC)


Deuxième volet du compte-rendu de Sylvie SIMON.

La mort subite et inexpliquée du nourrisson, qui touche des milliers d’enfants chaque année (un sur cinq cents aux États-Unis) est toujours niée par les organisations de santé qui rejettent l’éventualité d’un lien entre la MSIN et l’encéphalite causée par le vaccin.

Entre le 1er juillet 1990 et le 31 octobre 1998, le VAERS (VaccinVaccine Adverse Event Reporting System) a dénombré 24 775 effets secondaires du vaccin contre l’hépatite B, dont 9 673 cas très graves et 439 décès parmi lesquels 180 étaient classés Mort subite et inexpliquée du Nourrisson.

Philip INCAO, professeur de médecine à Denver, a bien étudié le Syndrome de la Mort subite et inexpliquée du Nourrisson (MSIN) : “Chez ces enfants de moins d'un mois qui sont morts, la plupart des décès ont été classifiées comme MSIN Cependant, dans le passé, ce syndrome n'a jamais frappé d'enfants aussi jeunes et la MSIN est officiellement observée seulement après un mois d'âge."

“Avec 6 000 enfants décédés ainsi chaque année, nous n'avons aucune idée du pourcentage des morts qui sont en réalité causées par la vaccination hépatite B. Quoique le VAERS ait été créé selon la loi fédérale pour permettre une évaluation plus précise des risques de vaccination et bien que les données brutes soient analysées, les rapports individuels d’accident ou de décès sont rarement, s'ils le sont, examinés.” 

Il estime que la santé des enfants de son pays s’est beaucoup détériorée depuis 1960 avec la large utilisation des vaccins, et suggère de comparer la santé d’un groupe d’enfants vaccinés avec celle d’un groupe correspondant d'enfants non vaccinés, étude qui n'a jamais été faite en Amérique : “Pendant 23 ans j'ai observé que les enfants non vaccinés étaient plus sains et plus robustes que les enfants vaccinés. D'autre part, les premiers n'ont pas souffert plus souvent ou plus sévèrement de maladies infectieuses que les autres”.

Michael BELKIN, président de Belkin Limited, firme qui s’occupe d’investissements en Amérique du Nord, Europe et Asie, est un homme d’affaires important dans son pays. Depuis le décès de sa petite fille à l’âge de cinq semaines, 15 heures après avoir reçu sa deuxième injection du vaccin anti-hépatite B en septembre 1998, il s’est investi dans la recherche des causes réelles de sa mort et des mensonges des organismes de santé dans son pays.

Il a été choqué par le rapport d’autopsie. Le médecin légiste de New York décréta qu’il s’agissait du MSIN. Il a négligé de mentionner dans son rapport que Lyla avait un œdème du cerveau et qu’elle venait de recevoir le vaccin anti-hépatite B. Le jour de l’autopsie, le coroner, avait bien confirmé que le cerveau était hypertrophié.

“À travers de multiples discussions avec d’autres pathologistes expérimentés, j’ai découvert ultérieurement qu’un oedème du cerveau est un effet secondaire classique de la vaccination (avec n’importe quel vaccin) dans la littérature médicale.”

De son côté, le Docteur Jane ORIENT, spécialiste de médecine interne à Tucson, Arizona et directeur de l'Association de Médecins américains et des Chirurgiens, a déclaré : “La présence de découvertes comme l'œdème cérébral chez les enfants en bas âge sains qui meurent très peu de temps après la réception du vaccin contre l'hépatite B est inquiétante, particulièrement en vue de la fréquence de symptômes neurologiques dans le VAERS.”

Certains rapports font état de la mort de plusieurs nourrissons de moins d'un mois. L’un de ces cas concerne un bébé de quinze jours, né en parfaite santé, qui décéda deux jours après la première injection du vaccin. Après qu’il eut crié toute une nuit, sa mère le retrouva mort dans son berceau le lendemain matin. Une autopsie fut ordonnée et on attribua le décès au syndrome de la mort subite du nourrisson. Après avoir lu dans le Washington Post un article sur les effets secondaires des vaccinations, le père prit contact avec le National Vaccine Information Center et rencontra des experts en la matière. Un professeur de pathologie clinique qui étudia alors le dossier de l’enfant et le rapport d’autopsie déclara que le petit Nicholas n’était pas mort du syndrome de mort subite mais d’un arrêt cardiaque avec œdème pulmonaire causé par le vaccin. Il déclara : “Je ne crois pas qu’il s’agisse du syndrome de la mort subite du nourrisson, diagnostic dont on a le plus abusé en pathologie pédiatrique. Dans ce cas particulier, le bébé était âgé de deux semaines. La mort subite du nourrisson à cet âge est tellement rare que je n’en ai jamais entendu parler”.

Au cours de son témoignage devant l’Institut de médecine, le père de Nicholas demanda : “Combien d’autres nouveau-nés sont morts de la vaccination contre l’hépatite B mais sont diagnostiqués comme mort subite du nourrisson et personne ne voit la différence ? J’ai vérifié les rapports de VAERS au Centre d’Information national des vaccins et j’ai constaté qu’il existait d’autres cas de bébés de quelques jours ou quelques semaines morts tout de suite après cette vaccination. Nombreux sont ceux dont le décès a été attribué à la mort subie du nourrisson, mais l’étaient-ils vraiment ?” (cf.  The Vaccine Reaction (numéro spécial) septembre 1998).

Nathalie et Deven KORZINE, de Cincinnati, ont eu un bébé, Sarah Frances, née prématurément de deux mois en février. Bien que pesant moins de deux kilos, elle reçut avant de quitter l’hôpital, trois semaines plus tard, une injection du vaccin hépatite B ainsi que le RSV. Lorsqu’elle fut âgée de 9 semaines – elle pesait alors 3 kilos –, malgré les réticences de ses parents, le médecin lui administra 6 vaccins, Hib, diphtérie, tétanos, coqueluche, polio et rotavirus. Douze heures plus tard, le bébé mourait. Sa mère déclare : “Nous pensons qu’elle a eu une attaque. Ses petits poings étaient crispés, ses petits yeux entrouverts, sa langue rétractée.”  La cause de la mort fut qualifiée de “indéterminée” mais Nathalie a déclaré qu’un médecin lui a bien confirmé la responsabilité des vaccins car son système immunitaire a été trop agressé.

Un rapport de l'OMS signale qu'aucune étude d'observations ou d'expérimentations cliniques contrôlées n'a été menée pour évaluer les rapports réitérés impliquant le vaccin contre l'hépatite B dans la MSIN (Mort subite et inexpliquée du nourrisson). Cette lacune entraîne l’attribution systématique du décès des tout jeunes bébés au syndrome de la Mort Subite du Nourrisson qui semble être une pratique courante dans ce pays.

Mais le vaccin anti-hépatite B n’est pas le seul vaccin incriminé. Les laboratoires Connaught, fabricants de vaccin, la citent dans la notice du vaccin DTCoq (Diphtérie-tétanos-coqueluche). Dans ce triple vaccin, il s’agirait plutôt de la responsabilité du vaccin anti-coquelucheux.

En 1970, le Dr Archie KALOKERINOS du Biological Research Institute d’Australie avait réussi à inverser la mortalité infantile de la population aborigène dans le bush australien en différant les vaccinations. Avec son confrère le Dr Glen DETTMANN, le Dr KALOKERINOS a découvert un lien évident entre la déficience immunologique provoquée par la vaccination et le syndrome de la mort subite et inexpliquée du nourrisson.

Les deux médecins sont même parvenus à faire sortir des enfants du coma “inexpliqué” après vaccination en administrant un complément de vitamine C naturelle aux enfants mal nourris qui présentaient un grave déficit de cette vitamine, aggravé par toute vaccination. Pendant deux années de soins attentifs, aucun enfant ne mourut et le taux record de mortalité infantile s’effondra.

Le 24 mai 1987, le Dr KALOKERINOS a lancé un cri d’alarme dans le journal Sunwell Tops au sujet de ce vaccin : “Le pire vaccin de tous est celui contre la coqueluche. (...) Il est responsable d’un grand nombre de mortalités et d’un grand nombre de dommages cérébraux irréversibles chez les nouveaux-nés.”

Après des années d'observation, l’australienne Viera SCHEIBNER a mis au point, avec l’aide de son mari ingénieur, un appareil de monitoring capable de surveiller la respiration des nourrissons afin de prévenir la mort subite. Dans son livre Vaccination, publié en 1993, elle a apporté la preuve de la responsabilité du vaccin DTCoq dans ce syndrome.

En France, ce vaccin est systématiquement innocenté. On se souvient de l’émoi provoqué, en 1986, par le décès le même jour de cinq bébés, peu après la première injection de Tétracoq. Les lots avaient été incriminés et ensuite retirés du marché, mais le vaccin était sorti blanchi. Il est indéniable que l'acte vaccinal représente un facteur primordial de déclenchement de l’arrêt respiratoire. A ce sujet, le Pr R. BASTIN écrivit dans Le Concours médical  du 1er février 1986 : “Nous retrouvons toujours les mêmes remarques concernant les effets défavorables des vaccinations. Une vaccination, quelle qu’elle soit, est toujours, biologiquement et immunitairement parlant, une offense pour l’organisme.”  

En réponse à la demande d’un confrère concernant les vaccins et la mort subite du nourrisson, le Dr P. TOUZE osa cependant écrire : “(...) je crois qu’il faut cesser d’incriminer les vaccins dans la survenue de la mort subite inexpliquée du nourrisson. C’est mauvais pour le moral de la population vaccinée... et pour celui des vaccinateurs.” Cette lettre, publiée dans Le Concours médical du 25 mars 1995, montre bien l’état d’esprit qui règne chez certains médecins, pour lesquels il est sans doute préférable de laisser mourir quelques nourrissons plutôt que de saper le moral des vaccinateurs !

Il suffit de rappeler l’attitude des autres pays face à la vaccination anticoquelucheuse pour comprendre le danger de ce vaccin. Le 3 novembre 1973, la revue française La Gazette médicale avouait : “C’est parce que le risque d’accident neurologique post-vaccinal est plus élevé que celui de mort ou de dommages encéphalopathiques dus à la coqueluche elle-même, que les Suédois et les Allemands ne préconisent plus cette vaccination et que le Pr Gordon STEWARD multiplie les communications et les interventions pour qu’on n’y expose plus les bébés anglais.”

Mais les bébés français n’ont pas la chance de bénéficier des mêmes mesures de protection !

Les Allemands ont finalement supprimé de leur calendrier vaccinal la vaccination généralisée contre la coqueluche. Pour eux, la régression de la coqueluche n'a rien à voir avec la vaccination qui présente plus de dangers que la non vaccination. Le professeur EHRENGUT qui étudie les complications de la vaccination depuis 35 ans pense qu'elles sont largement sous-estimées (cf. Quick-Nachrichten n° 51 du 11 décembre 1975).

En Grande Bretagne, en 1976, les parents d'enfants gravement handicapés par le vaccin, menèrent des procès retentissants pour réclamer des indemnisations. Le gouvernement accorda une indemnité forfaitaire de 10 000 livres aux victimes invalides à plus de 80 %, indemnité à laquelle devait succéder un versement d’indemnités régulières. Mais, comme le signale The Sunday Times du 21 juillet 1985, Mme THATCHER, alors premier Ministre, ne donna pas suite au projet et la Cour Suprême estima que les pressions des parents n’étaient pas justifiées.

Au Japon, l'introduction en 1947 du vaccin anticoquelucheux avait induit un tel nombre d'accidents qu'il fallut créer un fonds spécial d'indemnisation, ce qui porta atteinte au crédit de la vaccination, laquelle fut suspendue en 1975 (cf. Pediatr. Infect. Dis. J. - vol 9 - n° 10 - 1990). L’acceptabilité du vaccin avait tellement diminué qu'il fut jugé nécessaire d'introduire un nouveau vaccin, dit “amélioré”, pour rassurer les parents. Un vaccin “acellulaire” est aujourd'hui administré aux enfants entre 2 et 4 ans. Néanmoins, les demandes d'indemnisation qui ont été signalées (11 demandes en 9 ans), sans compter les cas non déclarés, prouvent que le vaccin acellulaire n'est pas plus sûr que l'autre. Cependant, en différant la vaccination contre la coqueluche après l’âge de deux ans, les japonais ont constaté une baisse très importante de la mort subite et inexpliquée du nourrisson, ce qui prouverait bien que le vaccin joue effectivement un rôle dans le syndrome (cf. J. D. Cherry “Pertussis vaccine encephalopathy” Jama - 1990).

Aux États-Unis, les premières observations d'effets secondaires graves ont été publiées en 1947. En 1982, le programme de vaccination a connu une crise, à la suite de la publication du livre A shot in the dark et d'une série d’émissions de télévision intitulées : “DTcoq : la roulette russe”. Ces émissions eurent un fort impact sur le public qui découvrait l'envers du décor. Des centaines de plaignants allaient réclamer des indemnités aux fabricants de vaccins. C’est alors que le gouvernement décida de voter un décret d’indemnisation, aujourd'hui très imparfaitement appliquée.

Des publications, la plupart en anglais, ont évoqué les effets nocifs du vaccin anticoquelucheux : elles sont suffisamment nombreuses pour que le lecteur s’interroge sérieusement sur la validité d'une telle vaccination face à une maladie infantile bénigne.

  sommaire


 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto