S'informer, choisir, assumer.

Accueil Page mise à jour le 19/11/2008

R & V - Février 2005 - page 2

Le mot du président

Chers adhérents, ce numéro de  Réalités et Vaccinations est un hors série qui vient conclure le cinquantième anniversaire de la Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations. Dans ces 64 pages vous trouverez des textes d’ouverture des intervenants au congrès du cinquantenaire et des articles plus spécifiques sur les vaccinations.

Aujourd’hui fabuleuse innovation,
Demain, véritable catastrophe !

Le titre de ce numéro montre bien où nous en sommes actuellement. Certains « blockbusters » des laboratoires pharmaceutiques, c’est-à-dire leurs produits-vedettes, qui ont fait hier la Une des journaux pour leurs qualités exceptionnelles et innovantes, la font aujourd’hui parce qu’ils ont tué ou rendus malades des milliers de consommateurs.

La sanction économique qui frappe certains laboratoires — parfois une baisse de leur valeur de plus de 40 %, sans compter les procès qui vont suivre — montre qu’on ne peut plus leur accorder la moindre confiance. Ils sont allés trop loin et encore ne connaît-on que la partie visible de l’iceberg.  

Chez nous, sous un prétexte technique, le fabricant du DTP a organisé la pénurie de ce vaccin obligatoire afin de nous faire acheter un vaccin plus cher, mais la Ligue a réussi à suspendre l’obligation de ce vaccin pour la fréquentation scolaire. Nous avons obtenu cette grande victoire grâce aux excès du fabricant. C’est dans cet esprit qu’il faut apprendre à lutter, nous n’avons pas les moyens de nous heurter de front.

Ceux qui hier nous accusaient de mollesse ne nous ont même pas félicité de cette action essentielle, seul le Ministère de l’Éducation nationale a reconnu la valeur de notre travail en approuvant la formulation de l’attestation d’impossibilité de vacciner tant que le DTP ne sera pas disponible, (et on ne le retrouvera certainement pas de si tôt).

Dans notre combat pour la liberté vaccinale, la science et le droit sont toujours en complément, ce qui motive l’article de Thierry Fenoy (page 4).

Dans son intervention sur le vaccin de la grippe aux USA, Sylvie Simon met en exergue la situation vaccinale de ce grand pays et les conditions UBUesque qu’ils vivent avec les problèmes d’approvisionnement du vaccin antigrippal (page 10).

L’article du docteur Jean Méric sur le tétanos déculpabilise les parents qui, bien qu’opposés à la vaccination de leur enfant, s’affolent parfois à l’idée de savoir qu’en allant jouer dans la terre ce dernier pourrait se blesser et… (page 16).

L’article de Michel Georget nous parle des essais des vaccins qui ne respectent pas l’éthique (page 19).

Cet article précède très logiquement le Massacre des enfants. Quand un enfant africain qui est avec sa mère le matin, sa grand-mère à midi et le soir chez son père est vacciné de force trois fois dans la même journée contre la polio, cela rejoint un peu ce que nous dit Sylvie Simon sur l’utilisation des enfants pour tester de nouvelles drogues (page 23).

Nous reproduisons un article du “Le moniteur des pharmacies”, diffusé dans 80 % des pharmacies françaises, sur Marc Girard et les laboratoires pharmaceutiques, également fabricants de vaccins, dont la conclusion fait froid dans le dos. L’article (publié page 35) démontre que puisque le travail de l’expert est inattaquable, on « s’attaque à l’homme mais on espère que cela se limitera au fleuret moucheté ». Doit-on en conclure que dans ce milieu la vie d’un homme ne vaut pas grand chose lorsqu’il ose s’opposer à ces trusts ? C’est la raison pour laquelle nous publions une entretien avec cet expert que nous considérons comme le plus compétent sur le vaccin anti-hépatite B (page 36).

La mise en place des essais en « plein champ » des plantations d’OGM risquent de contaminer de manière définitive les cultures de certaines plantes. C’est cette raison qui pousse ceux qui ont conscience de ce danger, et qui en ont le courage, à arracher ces plantes avant qu’elles n’arrivent à maturité et se répandent alentour. La majorité des français est opposée aux OGM dans l’alimentation, mais cela n’a pas empêché la moitié de la population française non informée de se faire injecter directement dans le corps le vaccin anti-hépatite B qui est un OGM. Il nous a semblé  intéressant d’inviter Arnaud Apoteker et de publier la conférence qu’il a donnée au printemps dernier à notre congrès (page 42).

Jean-Marie MORA


Réflexions sur des faits ayant contribué à la naissance du pasteurisme comme religion et à la manipulation mentale des foules

En France, apparemment, il n’y pas de public réellement intéressé par le mouvement positiviste matérialiste, ce qui est pourtant fondamental, car il est la source de tous nos malheurs, les vaccinations n’étant que le premier avatar dans tout un ensemble philosophico-politique au sens large du terme.

Il y a cent ans, les positivistes ont voulu se débarrasser de la domination de l’église catholique, et des superstitions, et ont fondé leurs espoirs de libération de l’homme sur la Raison et la Science.

L’enfant né de ces bonnes intentions a été le Matérialisme avec ses deux faces : le Communisme athée et le Capitalisme à tout-va, où seules comptent les notions de rentabilité et de profit.

Ce nouveau système essaie d’étendre sa puissance au monde entier avec des variantes pour mieux s’intégrer aux milieux qu’il veut dominer.Il était normal qu’il s’intéresse à la Santé, bien sans lequel « amour, pouvoir, richesse » ne sont plus que des colifichets.

La Science est au service des puissants et surtout de l’Argent dont elle est dévoreuse – une nouvelle religion sans clergé apparent est née – une religion d’une puissance inouïe qui détruit ceux qui l’ont créée.

Peut-on aller contre ? Les habitants des pays riches et industrialisés qui tirent leur confort de ce système ont-ils le moindre désir de le remettre en question ? Les autres, aveuglés par notre bien-être qui offense leur misère ne peuvent que nous envier et tomber dans ce piège qui n’est qu’un miroir aux alouettes.

Sur le plan de la santé, on peut individuellement améliorer les choses. Mais en France, ceux qui pensent “le microbe n’est rien, le terrain est tout” sont enfermés dans un égocentrisme qui les aveugle devant les nuisances collectives, physiques, psychologiques et spirituelles auxquelles ils sont soumis quoiqu’ils en pensent, tout
comme les autres.

Ils suivent des écoles, des « gourous », en changent au besoin, mais fort peu ont une véritable recherche d’indépendance ; ils changent simplement de dictateur : la soumission, la crédulité sont les mêmes.

Nous avons eu Robespierre et Pasteur…
Avec les positivistes, nous avons jeté le bébé avec l’eau du bain.

Réflexions menées par quelqu’un qui a souhaité rester anonyme mais qu’il nous a paru intéressant de publier.
Jean-Marie MORA     

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto