Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 05/09/2016
Décret du 2 juin 2016
Les sages-femmes peuvent vacciner les nouveaux-nés et leur entourage
♦ En savoir plus...
Fièvre jaune : rappels supprimés
01/02/2016 : les rappels décennaux
du vaccin contre la fièvre jaune
ne sont plus exigés pour la Guyane
♦ Lire la suite...
    ♦ Textes réglementaires
La Ligue est sur Facebook
Retrouvez-nous sur la page officielle de la LNPLV.
Actualités, témoignages...
♦ facebook.com/infovaccin.lnplv...
La législation vaccinale en France
Consultez les textes officiels
♦ Lire la suite...
Service librairie
♦  Mise à jour de la liste des ouvrages et des nouveautés.
Nouveau : quiz Vaccinations Vaccin DTP retiré du marché
Le seul vaccin DTP sans adjuvant aluminique (DTPolio®) reste toujours indisponible.
♦ En savoir plus
♦ Communiqué LNPLV

Dernières nouvelles

Maladie de Lyme

Plan d'action national annoncé par le ministère de la santé

Septembre 2016

Bien qu'il n'existe aucun vaccin contre cette maladie, nous nous faisons l'écho de l'alerte lancée par plusieurs associations de malades et plus d'une centaine de médecins, en raison de l'augmentation de cas et des difficultés à faire reconnaître officiellement les formes chroniques invalidantes.

La maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, est provoquée par la bactérie Borrelia burgdorferi transmise lors d’une piqûre de tique infectée, le plus souvent Ixodes ricinus en Europe occidentale.
Bien que certains de ses symptômes soient connus depuis le XIXe siècle, son origine infectieuse a été reconnue à la suite de son identification à Lyme, petite ville du Connecticut (États-Unis), en 1975. La bactérie a été identifiée en 1982.

Pour en savoir plus...


Les sages-femmes autorisées à vacciner

... la femme enceinte, les nouveaux-nés et tout leur entourage

Le décret n° 2016-743 du 2 juin 2016 précise les conditions de prescription, de réalisation des vaccinations et de transmission de l'information au médecin traitant par les sages-femmes, ainsi que le prévoyait la loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016.

« Participation des sages-femmes à la politique vaccinale
« Art. D. 4151-25. - La sage-femme peut prescrire et pratiquer les vaccinations de l'entourage, dès la grossesse de la mère et pendant la période de huit semaines qui suit l'accouchement, conformément au calendrier des vaccinations mentionné à l'article L. 3111-1 et dans les conditions prévues au dernier alinéa de l'article L. 4151-2.
« L'entourage comprend les personnes vivant dans le même domicile que l'enfant ou fréquentant régulièrement ce domicile, ou étant chargées de sa garde régulière en ce lieu.
« La sage-femme inscrit dans le carnet de santé, le carnet de vaccination ou le dossier médical partagé de la personne la dénomination du vaccin administré, son numéro de lot et la date de son administration. En l'absence de dossier médical partagé ou de carnet de vaccination électronique, elle transmet ces informations dans le respect du secret professionnel au médecin traitant de cette personne. »

Deux arrêtés, en date du 8 août et du 12 août, viennent compléter ce décret ; ils modifient l'arrêté du 22 mars 2015, qui fixait la liste des vaccinations que les sages-femmes sont autorisées à pratiquer.


Fièvre jaune : rappels officiellement supprimés

1er février 2016 : les rappels décennaux du vaccin contre la fièvre jaune ne sont plus exigés pour les résidents et les voyageurs à destination de la Guyane française. Une seule injection (au moins 10 jours avant l'entrée sur le territoire) reste obligatoire pour les sujets à partir de l'âge de 12 mois, mais le certificat de vaccination international est désormais valide à vie.
Les enfants nés en Guyane peuvent être vaccinés à partir de l'âge de 9 mois (obligatoirement avant un an) et il sont considérés comme immunisés au bout de 10 jours.


Vaccin contre la fièvre jaune

Nouvelles recommandations pour les rappels

Le 17 décembre 2015, le HCSP a publié un avis (émis le 23 octobre) sur la vaccination de rappel contre la fièvre jaune. Cette vaccination est obligatoire pour tous les voyageurs et résidents en Guyane.

En avril/mai 2013, l'OMS a modifié le Réglement Sanitaire International en stipulant que la protection conférée par les vaccins anti-amariles était définitive et que les rappels décennaux étaient désormais inutiles.

Au bout de deux ans et demi, le HCSP décide enfin de se conformer aux recommandations de l'OMS, en émettant cependant quelques réserves qui ne laissent pas de nous inquiéter.

En effet, le HCSP précise que « toutefois, l’administration d’une seconde dose de vaccin est recommandée pour [...] les femmes primo-vaccinées en cours de grossesse, les personnes vivant avec le VIH et les personnes immunodéprimées ».

Or, dans la notice du Stamaril®, vaccin à virus vivant atténué de Sanofi Pasteur, utilisé en France et dans de nombreux pays, on peut lire :

Contre-indications
  • [...] Immunosuppression qu'elle soit congénitale, idiopathique ou résultant d'un traitement corticoïde par voie générale (à des doses supérieures à celles qui sont utilisées par voie locale ou en inhalation), ou due à une radiothérapie ou à des médicaments cytotoxiques.
  • [...] Infection symptomatique par le VIH.
  • Infection asymptomatique par le VIH quand elle est accompagnée d'une déficience prouvée de la fonction immunitaire.
Mises en garde spéciales et précautions d'emploi
  • [...] STAMARIL ne doit pas être administré aux personnes immunodéprimées
Grossesse
  • [...] STAMARIL ne doit être utilisé chez la femme enceinte qu'en cas de nécessité absolue...

Comment ces autorités sanitaires peuvent-elles émettre un tel avis, au risque de faire courir un danger aux personnes vaccinées ? C'est d'autant plus incompréhensible et irresponsable que le dernier cas de fièvre jaune identifié en Guyane remonte à 1998.

Lire l'avis complet du HCSP


L'Académie de médecine et l'obligation vaccinale

Communiqué de la Ligue  Nationale  Pour  la  Liberté  des  Vaccinations

Chavanod, le 9 novembre 2015

Lors de sa séance du 27 octobre consacrée à l’obligation vaccinale, l'Académie de Médecine constate que :

– diphtérie, tétanos et poliomyélite, seules maladies ciblées par la vaccination obligatoire, ne sont plus à l’avant-­scène des risques infectieux, alors que d’autres maladies hors obligation seraient plus préoccupantes ;
– les vaccins disponibles sur le marché sont des formulations combinées qui ajoutent des valences aux valences DTP obligatoires ;
– un tel paradoxe rend le calendrier vaccinal difficile à comprendre ;
– les dispositions d’obligation devraient donc être modifiées.

Ce constat n’est pas nouveau, mais la Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations salue sa formulation solennelle par un tel aréopage, sans doute à l’unanimité s’agissant d’éléments patents...

Lire la suite...


Rentrée 2015 - École et vaccinations

Courrier au ministre de l'Éducation nationale

Chavanod, le 14 août 2015

Madame le Ministre,

La fréquentation des collectivités par les enfants est l’occasion de demander leur certificat de vaccination contre diphtérie, tétanos, polio (obligatoires), ou de contre-indication.

Comme vous le savez, les vaccins associés permettant de satisfaire à ces seules obligations notamment en primovaccination font défaut sur le marché : actuellement seul l'Infanrix Hexa® est disponible alors qu'il comporte des vaccins supplémentaires (coqueluche, haemophilus influenza b, hépatite B) et plus controversés encore ; de sorte que parents et médecins souhaitent légitimement surseoir aux vaccinations demandées.

Cependant quelques responsables d’établissement font régulièrement preuve d’intransigeance, allant jusqu’à refuser l’admission d’enfants...

... Dans ces conditions, il serait particulièrement judicieux que, souhaitant socialiser les enfants par la fréquentation de l’école, vous donniez rapidement toute instruction aux établissements scolaires pour accueillir avec mansuétude l’absence de certificats de vaccination ou de contre-indication...

Lire le texte complet...

Lire la réponse du ministère...


DTVax : rupture de stock

Nouveau kit "DT+Imovax Polio"

Le DTVax® étant en rupture de stock depuis janvier 2015, Sanofi Pasteur propose depuis mai 2015 aux parents ne souhaitant réaliser que les vaccins obligatoires un "kit DT+Imovax Polio" contenant le Vaccin Diphtérique et Tétanique adsorbé® (sur phosphate d'aluminium) importé du Canada ; il ne contient plus de thiomersal (conservateur contenant du mercure).

Pour toute commande de ce kit, le médecin adressera une ordonnance à Sanofi Pasteur MSD en précisant impérativement :

  • les 3 premières lettres du nom et le prénom de l'enfant ;
  • l'âge de l'enfant ;
  • le nombre de kits souhaités ;
  • la raison pour laquelle l'enfant n'est pas vacciné par un vaccin pentavalent ou hexavalent (contre-indication ou convenance personnelle) ;
  • le nom et les coordonnées du médecin prescripteur ;
  • les coordonnées de la pharmacie (adresse, téléphone et fax) où doivent être livrés les vaccins.

Cette ordonnance sera faxée au : 04 37 28 44 32 ou envoyée par courrier à : SANOFI PASTEUR MSD, Support Médical Opérationnel, 8 rue Jonas Salk 69007 LYON.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

26 juin 2015

Une petite fille se meurt...

... à 7 mois, hospitalisée sans espoir depuis 50 jours, dans la journée qui a suivi une double vaccination Infanrix Hexa® et Prevenar 13® dans un centre PMI. D’autres facteurs se sont ajoutés à ce fait initial pour aboutir à un tel drame. Mais nous n’hésitons pas à dire initial, car préalablement à cet acte médical, un examen a dû conclure à la capacité de l’enfant de recevoir un tel cocktail dont l’indication n’est pas évidente : c’est une enfant a priori saine qu’on a vaccinée !

Même si les causes exactes du drame restent à préciser, la Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations ne peut que souligner une fois encore un tragique enchaînement dans lequel des vaccins sont en cause, quel que soit le degré de leur responsabilité. Le scandale n’est pas de le souligner…

Le scandale est de vouloir faire du malheur d’une enfant et de la douleur des siens un rempart contre toute mise en cause des vaccinations : il n’est que de relever la formulation des informations publiées, l’inquiétude du CHU sur une telle mise en cause, les certitudes statistiques et théoriques du Comité Technique des Vaccinations, les chœurs outragés de spécialistes médiatiques et de praticiens grégaires.

En espérant que la vérité soit bientôt établie, publiée et prise en compte, la Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations salue et soutient l’intervention de l’UNACS au service d’une famille irrémédiablement marquée par ce nouveau sacrifice à une présumée immunité du troupeau. 

Télécharger le communiqué de presse (PDF)


Pétition du Pr Joyeux

  ou beaucoup de bruit pour rien

Deux mois après que le Conseil Constitutionnel eut affirmé qu’en admettant des contre-indications l’obligation vaccinale ne contrevient pas à la Constitution, le professeur JOYEUX, cancérologue, fort du succès d’une pétition contre la généralisation du vaccin antipapillomavirus à l’école primaire, en lançait une nouvelle pour réclamer face à une étrange pénurie, la remise sur le marché d’un vaccin strictement DTP, mais sans aluminium, pour satisfaire (à risques a priori moindres) à l’obligation prévue par la loi.

La LNPLV ne soutient pas cette pétition, car seule la liberté vaccinale permettrait à chacun de prendre vraiment en charge sa santé et de "se soigner autrement" comme il prétend le vouloir.
Il reconnaît pourtant que "vacciner n'est jamais anodin, même avec le DTP seul", puisque ses effets secondaires sont couverts par l'article L.3111-9 du CSP.

Le 19 mai 2015, notre vice-président a écrit au Pr Joyeux pour lui faire connaître notre opinion.

Lire la suite...

Autres commentaires sur notre page Facebook


Lettre ouverte

à Mme Marisol Touraine, ministre de la Santé

Madame le Ministre,

Le 20 mars, le Conseil constitutionnel a estimé que la vaccination obligatoire des enfants est conforme « à l’exigence constitutionnelle de protection de la santé publique », non sans souligner dans son commentaire, la réserve de la contre-indication. Cette obligation instaurée d’abord pour justifier la prise en charge par la collectivité est maintenue désormais au nom d’une immunité grégaire (même contre le tétanos, non contagieux !) : pourtant la France a signé la Convention européenne d’Oviedo rappelant (article 2) que « L'intérêt et le bien de l'être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science ».

L’avis du Conseil fait ainsi peu de cas du respect de l’intégrité physique de l’individu, comme de l’exigence de son consentement (ou de celui de ses représentants) préalablement à tout acte médical sur sa personne.  

Lire la suite...


L'obligation vaccinale est déclarée conforme à la Constitution

Décision du Conseil constitutionnel n° 2015-456

Le Conseil constitutionnel a déclaré le 20 mars 2015 que « les articles L. 3111-1, L. 3111-2 et L. 3111-3 du code de la santé publique sont conformes à la Constitution ».
Décision du 20.03.2015 http://www.conseil-constitutionnel.fr/…/decision-n-2015-458…


Prise de position du Pr Henri Joyeux :

   Non à la vaccination massive des enfants contre le papillomavirus

Dans un rapport émis le 10 juillet 2014 et publié le 10 septembre dernier, le Haut Conseil de Santé Publique réitère ses recommandations de vacciner massivement dans les écoles les enfants contre le papillomavirus, et d'abaisser de 11 à 9 ans l'âge de la vaccination aussi bien pour les filles que pour les garçons.

Le Pr Henri Joyeux, dans la lettre qu'il publie régulièrement sur son site web, met ses lecteurs en garde contre ce programme qu'il juge dangereux, sans justification épidémiologique, et inefficace.

Il invite ses lecteurs à signer une pétition contre la vaccination massive des enfants contre les papillomavirus.


Les adjuvants vaccinaux : audience publique à l'Assemblée Nationale

Intervention de M. Michel Georget

L’Office  parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), délégation interparlementaire chargée de fournir des informations et des évaluations en matière scientifique et technologique au Parlement, a organisé le jeudi 22 mai 2014, de 14 h à 19 h, une audition publique intitulée « Les adjuvants vaccinaux : une question controversée ». 

M. Michel Georget est intervenu au nom de la Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations.

La vidéo de l'intégralité de l'audition est consultable sur http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5464

Un menu à droite permet de sélectionner une séquence, et en cas de défilement continu chaque intervenant est signalé par un changement de couleur.
L'intervention de Michel Georget a lieu à partir de la 49e minute de la deuxième séquence.

Cette audition publique fut précédée en matinée par un colloque – auquel assista également Michel Georget – organisé par l'association E3M et intitulé « Aluminium et Vaccins - L’expertise internationale nous impose d’agir », également à l'Assemblée nationale.
On peut lire ici le compte-rendu de ces deux audiences publiques..
 


Plaintes contre le Gardasil®

Novembre 2013

La controverse concernant le Gardasil s'est récemment ravivée à la suite du dépôt d'une plainte au pénal contre Sanofi Pasteur MSD, qui commercialise ce vaccin. La jeune fille à l'origine de cette plainte, âgée aujourd'hui de 18 ans, est atteinte d'une sclérose en plaques qui s'est déclarée peu de temps après deux injections de Gardasil en octobre et décembre 2010.

Les experts de la Commission de Conciliation et d'Indemnisation d'Aquitaine auprès de laquelle les parents de la jeune fille avaient déposé le dossier, ont conclu, en juin 2013, que « les troubles neurologiques dont souffre M.-O. B. sont en relation avec l'affection iatrogène post vaccinale »....

Essayons d'y voir plus clair. Lire la suite...


Disparition de Sylvie Simon

Collaboratrice fidèle, passionnée et compétente de la Ligue depuis de longues années, Sylvie Simon nous a quittés vendredi 8 novembre 2013, à l'âge de 86 ans. Mais elle reste et restera vivante à travers ses paroles et ses écrits, un héritage exemplaire.
Sa disparition laisse un grand vide au cœur de tous ceux qu'elle a soutenus dans un combat inlassable pour la vérité et la liberté, de tous ceux dont elle a éveillé la conscience, de ses amis et de sa famille à qui nous adressons nos sincères condoléances.

Quelques liens pour la retrouver :

 et bien entendu son blog – qui continuera à vivre et dont les articles subsisteront –, et sur lequel un livre d'or a été ouvert en hommage.

Sylvie Simon

Les incohérences du calendrier vaccinal 2013

Éditorial de la lettre d'information n° 9

Les lois d'obligation vaccinale françaises n'ont plus aucun sens
Est-il possible de rester dans la légalité au regard des obligations vaccinales inscrites dans le Code de la santé publique et les textes réglementaires ? Est-ce possible sans céder aux incitations à la consommation forcée de « vaccins par lot » ?

Lire l'article complet


 

Hexyon / Hexacima / Hexaxim

   le « nouveau » vaccin hexavalent de Sanofi Pasteur

Le nouveau vaccin hexavalent (diphtérie-tétanos-poliomyélite-coqueluche-infection à haemophilus influenza b-hépatite B, ou pour condenser DTPCa Hib HepB) de Sanofi Pasteur MSD (élaboré par Merck) fait beaucoup parler de lui depuis quelques semaines.

Présenté comme une avancée majeure par ses promoteurs (cf. communiqué de presse de Sanofi), ce n'est jamais que l'équivalent de l'Infanrix Hexa® (vaccin hexavalent de GSK commercialisé depuis 2008) ou plus exactement de l'Hexavac®, le vaccin hexavalent de Sanofi Pasteur qui fut autorisé en Europe en 2000, commercialisé en France en 2003, retiré de la vente le 17/11/2005, et dont l'AMM a été définitivement abrogée le 28/06/2012 seulement.

Alors qu'en est-il vraiment de ce « nouveau » vaccin hexavalent commercialisé sous le nom Hexaxim® ?

Lire la suite...

05.05.2013


 

Débat au Sénat sur la politique vaccinale

Mois d’avril chargé en France :

Après le rapport sénatorial sur l’influence des mouvements sectaires dans le domaine de la santé (le 3), le nouveau calendrier vaccinal (le 16), la semaine européenne de la vaccination (du 20 au 27)… voici le débat au Sénat, le 23 avril, sur la politique vaccinale de la France.

Le LEEM, syndicat des entreprises du médicament avait pris soin de fournir aux sénateurs une plaquette déplorant que les taux de couverture vaccinale ne progressent pas et que la proportion de nos concitoyens ayant une opinion positive de la vaccination tende à diminuer, et avançant 16 propositions pour une reprise de la couverture vaccinale… C’est à peine si l'on évoque le niveau sanitaire général : il s’agit avant tout de vacciner davantage ou, plus clairement, de préserver le chiffre d’affaires et les résultats des producteurs.

Lire la suite...


 

Calendrier vaccinal 2013

Attention !

Le nouveau calendrier vaccinal publié le 12 avril 2013 préconise un « schéma simplifié » pour les vaccinations du nourrisson :

Diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite et infections invasives à Haemophilus influenzae de type b : le schéma de primovaccination de type « 3 + 1 » (3 injections à un mois d’intervalle suivies d’un rappel à l’âge de 16-18 mois) est remplacé par un schéma simplifié « 2 + 1 » comportant deux injections aux âges de 2 et 4 mois, suivies d’un rappel avancé à l’âge de 11 mois pour ces cinq valences (M2, M4, M11) ;

Cependant les textes règlementaires ne sont pas modifiés, entrant clairement en conflit avec ces recommandations, notamment en ce qui concerne la vaccination antipoliomyélite pour laquelle le schéma de vaccination est inclus dans les textes.
En effet, l'article 3 de l'arrêté du 19 mars 1965 stipule que « La première vaccination par le vaccin antipoliomyélitique inactivé comprend une série de trois injections sous-cutanées espacées d'un mois. [...] Le premier rappel de vaccination par le vaccin inactivé comporte une injection sous-cutanée, faite un an après la vaccination initiale. »

En outre l’utilisation forcée de vaccins polyvalents DTP+coqueluche+infections à haemophilus influenza de type b voire +hépatite B  élargit un problème d’application.

L'obligation a-t-elle encore un sens ? Le conflit entre législation française et recommandations officielles va-t-il vraiment simplifier les choses ou plutôt ajouter à la confusion des esprits ?

Voir le tableau de comparaison entre les vaccinations obligatoires et les recommandations du calendrier vaccinal 2013.

14.04.2013


 

Sylvie Simon sur Planète-Homéo

Le 19 mars 2013 à 19h30, interview de Sylvie Simon sur Planète-homéo.
Au programe : "sur la collusion entre le système médical, l'administration et le conseil de l'ordre"

Plus d'information sur cette page.

  • MAJ 20.03.2013 : la vidéo intégrale de l'émission est maintenant visible ici.

Vaccinations et maladies infantiles

Conférence-débat de Michel Georget

auteur de "Vaccinations, les vérités indésirables", Éd. Dangles,

organisée par l'association Bien Naître et Grandir, le vendredi 19 octobre 2012 à 20 h 30
Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère - 5 place Bir Hakeim,  Grenoble
Adhérent : participation libre - Non adhérent : 6 € (tarif réduit : 4 €)

Actuellement, les maladies infantiles sont en voie de disparition chez les enfants alors qu'elles sont en recrudescence chez les adultes. L'une des raisons en est la vaccination préventive. Or, bien suivies médicalement, elles ont un rôle à jouer dans le développement immunitaire de l'enfant.
Alors, les vaccinations protègent-elles ? Et sont-elles sans effets secondaires à court et long terme ?


“Au péril de ma vie, restez prudent”

de Me Philippe Autrive

avocat au Barreau de Paris, spécialisé dans le droit des malades et des victimes, du travail et du licenciement, de la famille...

« Les faits et les personnages de ce roman sont imaginaires,
quoique… »

Assassinats de scientifiques, scandale pharmaceutique, manipulations et leurres jaillissent autour d'Antoine, avocat soudain propulsé dans l'univers amoral et cruel des laboratoires...

Ce livre est disponible à la vente au format papier et au format numérique (PDF). Pour vous le procurer :
- au format papier, sur le site Internet des éditions Publibook en cliquant ici, ou en librairies, sur commande ;
- au format numérique, sur le site Internet des éditions Publibook en cliquant ici.


Vacciner avec aluminium ou s'abstenir de vacciner ?

À quand un moratoire ?

En mars 2012, sur la foi de constats préoccupants, le groupe d’études sur la vaccination de l’Assemblée Nationale suggérait un moratoire sur les vaccins avec adjuvants aluminiques, et, à tout le moins, d’offrir une version sans aluminium pour tout vaccin obligatoire.
Après avoir attaqué violemment cette suggestion, l’Académie de Médecine a adopté le 26 juin un rapport sur les adjuvants, aluminiques notamment, pour les laver de tout soupçon...

Lire la suite…


L'État reconnu coupable du handicap suite à un vaccin

Le Conseil d'État

Le 24 avril 2012, le Conseil d'État a jugé l'État responsable d'un handicap de 95 % chez un bébé de 5 mois à la suite d'une vaccination par le Pentacoq® en septembre 1995. Consulter l'intégralité du texte de la décision du Conseil d'État.
Ce qui est remarquable dans cette décision, c'est que le Pentacoq® qui contient des valences non obligatoires rend l'État responsable au titre de la réparation des préjudices consécutifs aux vaccins obligatoires qui en font partie.
Remarque : le Pentacoq® a été retiré du marché en décembre 2005.


Groupe d'étude sur la vaccination à l'Assemblée Nationale

Il se passe toujours quelque chose dans le monde de la vaccination…

On nous annonce régulièrement une maladie terrifiante, un vaccin salvateur, parfois une contestation qui ne peut être le fait que d’un farfelu, ou un accident qui, vu sa rareté, ne justifie pas de remettre en cause le bien-fondé de la politique vaccinale
La présentation, le 13 mars 2012, de la synthèse des recommandations du groupe d’études sur la vaccination de l’Assemblée Nationale tranche particulièrement sur ce train-train.

Lire l'article...


Présidentielle 2012

Interpellation des candidats à propos de l'obligation vaccinale

Le 20 mars dernier nous avons adressé à chaque candidat à l'élection présidentielle une lettre dans laquelle nous leur demandions leurs propositions concernant l'obligation des vaccins DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite).

Voici les réponses que nous avons reçues au mardi 11 avril 2012
(dans l'ordre « quantitatif » du contenu de la réponse : de la plus à la moins substantielle
puis dans l'ordre chronologique de leur réception)

Candidats Réponses
M. Nicolas Dupont-Aignan En résumé : « Je partage votre philosophie selon laquelle la libre adhésion des personnes à des mesures de prévention et de dépistage est préférable à l’obligation.
[ça commençait bien, mais ensuite ça se gâte !]
Toutefois notre pays n’est pas un pays sur-vacciné, mais sous-vacciné. Je ne partage donc pas votre point de vue sur la fin du caractère obligatoire du vaccin DTP et je suis partisan de l’obligation pour les vaccinations contre la rougeole et l’hépatite B. »
Mme Marine Le Pen La porte-parole de la candidate m'a téléphoné pour accuser réception de notre courrier et me dire qu'elle soutenait notre message, disant qu'elle confirmerait par écrit. À ce jour pas de courrier.
Mme Eva Joly
M. Nicolas Sarkozy
M. Jean-Luc Mélenchon
 
Juste accusé de réception avec engagement de répondre plus tard
M. Philippe Poutou
Mme Nathalie Arthaud
M. Jacques Cheminade
M. François Bayrou
M. François Hollande
 
Juste accusé de réception

Téléchargez la lettre adressée aux candidats : format DOC (Word) ou format PDF

Conformément à notre promesse nous devions vous transmettre la réponse de chaque candidat à l'élection présidentielle.

Jean-Marie MORA
Président


 

Les « gouters-varicelle »

Sous la plume de Anne Jeanblanc, le 14 novembre 2011, le journal LePoint.fr publiait un article intitulé « Les goûters "varicelle" : une vraie mauvaise idée ! »

Contrairement à cette affirmation, c’est une excellente idée.

En effet, selon une récente étude publiée dans la revue Pediatrics, aux États-Unis près de 6 % des parents refuseraient toute injection préventive et, parmi eux, certains opteraient pour une « contamination choisie », de leur progéniture. Dans ce dessein, ils s'organisent pour que leurs enfants touchés par le virus de la varicelle ou d'autres infections infantiles, contaminent leurs petits copains avec des virus qui provoquent ce que l’on appelait autrefois et non sans raison les « maladies nécessaires ».

Lire l'article...


 

Aluminium, notre poison quotidien

documentaire de Valérie Rouvière

diffusé le 22 janvier 2012 à 20 h 35, le 29 janvier à 15 h 45 et le jeudi 9 février à 16 h 35

Pas de rediffusion prévue prochainement sur France 5

la vidéo n'est plus consultable actuellement sur
pluzz.fr
mais elle est disponible sur plusieurs autres sites :
dailymotion.com   -   wat.tv   -   zap-actu.fr 

Lire la suite...

NB : La question de l'aluminium dans les vaccins est le sujet principal de la vidéo, abordé à partir de 20 min 15 s (sur 52 min).

25.01.2012 15:53 - mise à jour le 26.01.2012 09:44 (lien pour les commentaires)


Débat sur le Gardasil®

Dr de Chazournes invité par M. Gérard Bapt

Un événement notoire s’est déroulé le 3 octobre 2011 : le débat sur le Gardasil® organisé par les docteurs Philippe de Chazournes, Joël Pèlerin et Jean-Pierre Spinosa, et la journaliste Catherine Riva, à l’invitation du député Gérard Bapt.
Les différentes présentations faites lors de ce débat sont riches d’informations...

Lire l'article complet...


 

Deux enfants exclus de l'école d'Allevard

Soutien à la famille Guéret

Un recours a déposé au tribunal administratif de Grenoble contre la décision d'exclusion des enfants.

L'audience aura lieu le vendredi 7 octobre 2011 à 9 h
Rendez-vous au Tribunal Administratif, 2 place de Verdun 38000 GRENOBLE

Depuis le 5 septembre 2011 les deux enfants de la famille Guéret ont été exclus de l'école d'Allevard (Isère) au motif qu'ils n'ont pas reçu tous les vaccins obligatoires.

Suivre l'affaire sur leur site web et consulter la page de notre site expliquant les raisons de l'indisponibilité du vaccin qui permettrait de satisfaire à l'obligation vaccinale. 


Les plantes médicinales

bientôt interdites dans l'UE ?

Non ! Tout ne va pas changer le 1er mai 2011.

23 décembre 2010    

Depuis 2008, nous avons lu et entendu tout et n’importe quoi sur le Codex alimentarius créé en 1963 par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et la FAO (Food and Agriculture Organization) des Nations Unies. Il a pour objet de définir les normes pour tous les produits alimentaires et compléments alimentaires. Les 27 pays membres de l’Union Européenne (UE) utilisent de plus en plus le Codex pour façonner la réglementation alimentaire en conformité avec les lois européennes.

Lire l'article complet de Sylvie SIMON en cliquant ici ou bien télécharger l'article en version PDF.

 


 

Campagne de vaccination contre la rougeole

URGENT

Vérification du statut vaccinal des collégiens et lycéens
Invitation ou incitation abusive ?

Mise à jour 2012

Attention ! Les informations ci-dessous sont toujours d'actualité : un nouveau courrier a été adressé aux parents des élèves des classes de 3e et de 1ère dès la rentrée de septembre 2012.


Lettre incitation ROR collèges & lycées

20 octobre 2010    

Si vous avez un enfant au collège ou au lycée, vous avez certainement reçu une lettre signée de Jean-Michel BLANQUER, directeur général de l’Enseignement scolaire, et de Didier HOUSSIN, directeur général de la Santé.

Cette lettre vous demande « de fournir le carnet de santé de votre enfant, sous enveloppe cachetée à l’infirmière de l’établissement, qui vérifiera s’il est correctement vacciné avec le ROR ».

Cette demande n’a pas caractère obligatoire, vous pouvez ne pas y répondre.

Le carnet de santé n’est pas un document administratif :
L’article L2132-1 du Code de la Santé publique, 3ème paragraphe, précise : « Le carnet est établi au nom de l'enfant. Il est remis aux parents ou aux personnes titulaires de l'exercice de l'autorité parentale ou aux personnes ou aux services à qui l'enfant a été confié. Ils doivent être informés que nul ne peut en exiger la communication et que toute personne appelée, de par sa fonction, à prendre connaissance des renseignements qui y sont inscrits est soumise au secret professionnel. »

En l’occurrence, la manière dont elle est présentée confère à cette demande un caractère quasiment obligatoire, ce qui n’est pas le cas.

Par ailleurs le vaccin ROR n’est pas obligatoire, comme tout vaccin il comporte des effets indésirables.

Voir la liste issue de la base THERIAQUE

N.B. La base de données Thériaque® est la seule base disponible sur les produits de santé, indépendante à la fois de l'industrie du médicament et des organismes payeurs, fruit du travail de bénévoles praticiens hospitaliers encadrant une équipe de pharmaciens salariés. Cette originalité est, à nos yeux, capitale en termes d'indépendance professionnelle.

Le vaccin ROR a donc des effets indésirables répertoriés de manière officielle, sans parler de l’autisme régressif. Or si l’État prend en charge les effets indésirables des vaccins obligatoires, en ce qui concerne les vaccins non obligatoires, les tribunaux administratifs vous répondront que si votre enfant a reçu ce vaccin c’est votre démarche personnelle, et l’État n’a aucune responsabilité dans cette affaire ; il vous appartiendra donc d’attaquer le laboratoire fabricant (pour le Distilben® 25 ans de procédure pour arriver au premier jugement).

Il faut impérativement répondre aux signataires de ce courrier et leur demander :

  • ce qu’ils font de l’article L 2132-1 troisième paragraphe du CSP 
     
  • s’ils acceptent par écrit de prendre la responsabilité personnelle de ces effets indésirables, à court, moyen et long terme.

Merci de tenir informée la ligue si votre enfant vous a transmis ce courrier, et de la réponse des signataires. Cette action est hyper importante car des milliers de parents vont croire que ce vaccin est obligatoire, avec les conséquences que l’on sait.

Lorsque la direction de l'établissement scolaire de vos enfants vous aura fait parvenir cette lettre, vous pourrez lui répondre en vous inspirant du modèle de lettre ci-dessous.

 Version Word             Version PDF

 


 

Ci-dessous l’explication du départ de Martine Gardénal et Sylvie Simon de « l'Alliance pour la Santé »

Nous avions suivi de grand cœur Jean-Marc Governatori, il y a plusieurs années, au moment où il a constitué la FEA, mais nous l’avons ensuite quitté après avoir constaté ses incohérences, son aveuglement, son refus d'écouter les conseils de gens qui savent certaines choses mieux que lui. Nous avons été très nombreux, à l'époque, à refuser de continuer dans cette voie.

Lorsqu’il nous a récemment contactées pour « l'Alliance pour la Santé », nous avons cru qu'il avait tiré des leçons de son précédent échec et allait se conduire différemment, mais nous nous sommes trompées. ...

Lire la suite...


Espagne : Gardasil

lot de vaccins contre le papillomavirus retirés du marché

après l'hospitalisation de 2 adolescentes (10.02.2009)

Les autorités sanitaires espagnoles ont retiré du marché 75 582 doses de vaccins contre le papillomavirus humain (HPV) qui peut provoquer des cancer du col de l'utérus, après l'hospitalisation de deux adolescentes qui venaient d'être vaccinées dans la région de Valence....

Lire l'article
 


 

Alerte de l'AFSSAPS sur le vaccin DTP

Retrait du marché du vaccin DTPolio® (Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite)

de Sanofi Pasteur MSD à la suite d'une augmentation importante et inexpliquée de manifestations allergiques dans les 24 h qui suivent la vaccination. Communiqué de presse - mise à jour : 12 juin 2008

  Lire le communiqué de la LNPLV

Une augmentation importante du nombre de manifestations allergiques à la suite de la vaccination par DTPolio® a été relevée depuis le début de l’année 2008 par rapport aux années précédentes....

Lire l'article complet ...

Mise à jour du 14.03.2014 

La situation perdure, le DTP a été retiré du marché depuis plus de quatre ans ; en conséquence, nous conseillons aux parents d'écrire, sur la page des vaccinations du carnet de santé, le texte suivant :

  

L'endos de la responsabilité civile et pénale des effets indésirables dus aux vaccinations s'impose à toute personne exigeant ou pratiquant un vaccin comportant, en plus du DTP seule vaccination obligatoire, [ à adapter selon la situation ] une ou plusieurs valences non obligatoires, ou des rappels non obligatoires, ou des vaccins non obligatoires comme le ROR, ce qui entraîne de facto l'impossibilité d'utiliser la procédure simplifiée induite par l'article L.3111-9 du Code de Santé Publique.

Sont dans la même situation ceux qui proposent d'utiliser le vaccin Revaxis®, qui n'a pas d'AMM pour les enfants en dessous de 6 ans, ni en primo-vaccination.

Sont également dans cette situation ceux qui proposent d'offrir gratuitement le vaccin DT VAX® ; ce dernier n'est plus  commercialisé en France et ne correspond pas à la recommandation de l'AFSSAPS pour les vaccins pédiatriques car il contient du thiomersal.

à diffuser largement


On pourra relire avec profit l'article « Les droits et obligations des parents face à la pénurie de vaccin DTP » paru dans la revue de la LNPLV de septembre 2005, à la suite de la précédente disparition de ce vaccin des officines françaises, du mois d'août 2003 à juillet 2005.


 

Au sénat

Proposition de loi présentée par 24 sénateurs

visant à la suppression de la publicité pour les vaccins auprès du public (15.01.2009)


Hépatite B :

Réponse de Sylvie Simon à l'article de Pierre Kaldy

Vaccination sans risque pour l’enfant

Le Figaro 12 février 2008 -  Pierre Kaldy

Une bombe à retardement !

Réponse de Sylvie Simon

Une nouvelle étude française souligne l’absence de lien entre la vaccination contre l’hépatite B chez l’enfant et la sclérose en plaques.

Quatorze ans après la campagne nationale de vaccination contre l'hépatite B, les responsables de deux laboratoires ayant mis au point et commercialisé le vaccin ont été mis en examen pour " tromperie aggravée ". Il était temps ! 

Lire l'intégralité de cette page (article du Figaro et réponse de Sylvie Simon) dans les archives des actualités.


Mises en examen dans l'affaire du vaccin anti-hépatite B

31.01.2008 - Des responsables de deux laboratoires fabricants du vaccin anti-hépatite B, SmithKline Beecham (aujourd'hui GlaxoSmithKline) et de la société Pasteur Mérieux MSD-Aventis Pasteur (aujourd'hui Sanofi Pasteur MSD),  ont été mis en examen jeudi pour "tromperie aggravée", et le laboratoire Pasteur MSD, en tant que personne morale, pour "homicide involontaire" pour la mort d'une patiente, décédée à la suite d'une sclérose en plaques en 1998. 

Lire l'article de l'AFP et un article, très fouillé et bien documenté, de Sylvie Simon sur votresante.com.

Pour mémoire, vous pouvez aussi relire le texte de la plainte déposée en juillet 1998 par 17 associations, dont la LIGUE NATIONALE POUR LA LIBERTÉ DES VACCINATIONS, et 10 personnes privées devant le doyen des juges d'instruction de Paris.


  • Le décret 2007-1111 du 17 juillet 2007 suspend l'obligation de vaccination par le BCG pour les enfants de moins 
    de six ans accueillis en collectivité (crèches, garderies, écoles maternelles, chez une assistante maternelle, etc) et pour 
    tous les enfants à partir de six ans.
     
    L'obligation est maintenue pour les adolescents et les jeunes adultes qui fréquentent un établissement préparant
    aux professions de caractère sanitaire ou social, ainsi que pour les personnes exerçant les professions de caractère
    sanitaire ou social définies à l'article R3112-2. Pour plus de détails, lire ce document.
  • 11 juillet 2007 - Lancement du programme national de lutte contre la tuberculose.
    - Discours du ministre annonçant le programme pour 2007-2009, dossier Tuberculose actualisé (PDF),  nouvelles recommandations vaccinales

  • 8 juin 2007 : la Société Française de santé publique, qui avait organisé en novembre 2006 une Audition Publique sur la vaccination des enfants par le BCG, puis émis un avis favorable à la levée de l'obligation vaccinale par le BCG, demande au gouvernement  de prendre une décision rapidement.


  • Juin 2007 : procès vaccinal retentissant aux États-Unis. Près de 5 000 familles accusent le mercure (sous forme de thimerosal ou thiomersal) contenu dans certains vaccins d'être lié à l'augmentation importante des cas d'autisme.
     
    Vous pouvez relire avec profit l'article que nous avions publié sur le sujet dans le n° de juillet 2006 de Réalités & Vaccinations et intitulé « La réunion de Simpsonwood ».
     
    Sur le web, divers articles sur Radio-CanadaAgoravox, HSN-info, Medialibres. Pratiquement pas d'articles sur des sites de médias français.

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto