Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 30/12/2006

Affaire Arilotta / Franz (2006)

Scolarisation interdite pour quatre enfants

à la suite de la décision prise par deux maires ardéchois

Retour

Les adhérents ont reçu en septembre avec le journal « Réalités et Vaccinations » une pétition au pied de laquelle nous demandions aux adhérents de Lyon de venir soutenir devant le tribunal administratif le couple ARILOTTA / FRANZ dont les enfants avaient été interdits d'école par les maires des villages où ils habitent.


C'était une demande en référé comme précisé, ce qui sous-entend que l'audience sur le fond aura lieu dans deux ou trois ans, donc la pétition continue. 

Dans le jugement du référé, l'arrêté des maires qui interdisaient l'école aux enfants a bien été suspendu, pour 3 mois par le tribunal, comme le permettait l'article R 3111-17 du CSP. Donc les enfants sont de nouveau en classe. 

Depuis des sommations interpellatives ont été délivrées aux maires par huissier pour leur demander : 

  • où on pouvait pratiquer les examens préalables à une vaccination comme la loi le prévoit ?
  • où on pouvait trouver un BCG non cultivé sur de la bile de bœuf ?
  • où on pouvait se procurer des vaccins efficaces ?
  • où on pouvait trouver des vaccins sans aluminium, sans mercure, ni sérum de veau, ni cellules cancérisées afin de ne pas se rendre complice de crime ? 

A ces questions les maires ont répondu : 

  • pour l'un : "Je n'ai pas compétence pour répondre, il existe un conseiller technique à l'Inspection académique (madame Goudoin). "
  • pour l'autre : "Il faut s'adresser aux services compétents."

La sommation se terminait en précisant que, pour le cas où ils ne répondraient pas aux questions et qu'ils exigeraient les vaccins, les parents déposeraient plainte pour mise en danger de la vie d'autrui. 

Le président de la LNPLV, Jean-Marie MORA


Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto