Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 29/12/2011

Le Projet Cochrane

Rome 2006

article paru dans le n° de juillet 2006 de Réalités & Vaccinations Recherche sur le site 

Dernièrement, s’est tenu à Rome un congrès international appelé “Projet Cochrane”, afin de faire le point sur la vaccination contre la grippe depuis 37 ans.

Dans le rapport qui regroupait 51 études sur 260 000 enfants, dont 17 études menées par des Russes, les chercheurs ont conclu qu’il n’existait pas la moindre preuve que la vaccination des enfants entre 6 et 23 mois avait une quelconque efficacité (cf. The Cochrane Database of Systematic Reviews, “Vaccines for preventing influenza in healthy children” - 1- 2006).

D’après 25 autres études comprenant 60 000 adultes, le groupe Cochrane a estimé que la vaccination réduisait le risque de grippe d’à peine 6 %, pour les personnes en bonne santé (cf. The Cochrane Database of Systematic Reviews, “Vaccines for preventing influenza in healthy adults” - 1-2006).

Quant aux gens âgés, après avoir passé en revue 64 nouvelles études, le groupe Cochrane a conclu qu’aucune étude ne permettait de constater l’efficacité du vaccin.

Le Dr Tom Jefferson, qui a participé au projet international Cochrane, a conclu de toutes ces études que « la protection de 100 % clamée de toutes parts n’a jamais été entrevue ». En outre, se référant à la protection contre la menaçante « pandémie » de grippe aviaire, il a ainsi résumé la situation actuelle : « La meilleure stratégie consiste à se laver les mains ».

Une autre étude, parue dans le journal médical américain Vaccine, a abouti aux mêmes conclusions. L’étude avait été menée afin de déterminer si l’incidence de la grippe avait diminué dans l’Ontario après l’introduction d’une campagne d’immunisation gratuite pour 12 millions d’individus en 2000.

Tous les cas de grippe advenus entre 1990 et 2005 ont été évalués, et Dianne Groll, qui a mené cette recherche à l’Université d’Ottawa, a analysé tous les cas de grippe recensés au Canada entre 1990 et 2005. Elle a remarqué que l’incidence entre 1990 et 2000, lorsque la campagne a commencé, s’élevait à 109 cas par 100 000 personnes. Or, après le début de la campagne, l’incidence était montée à 164 cas. Le Dr Groll a donc admis qu’en dépit de cette intense vaccination, l’influence de la maladie n’avait pas diminué, bien au contraire : « Cette campagne a coûté aux contribuables de l’Ontario plus de 200 millions de dollars, sans pour autant diminuer l’incidence de la maladie » (cf. Groll, DL, Thompson, DJ. “Incidence of influenza in Ontario following the Universal Influenza Immunization Campaign” in Vaccine – 5 avril 2006).

Le 2 mai 2006 le National Post d’Ottawa reprenait la nouvelle et titrait : « Le vaccin contre la grippe n’a pas réduit le nombre de cas alors que cette campagne a coûté beaucoup d’argent ». ( www.nationalpost.com ).

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto