Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 05/12/2016

Concertation citoyenne sur la vaccination

Rapport de la concertation citoyenne sur la vaccination

publié le 30 novembre 2016

Lettre d'information n° 15

La Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations ne s'est jamais leurrée sur l'impact et les conclusions auxquelles cette Concertation citoyenne sur la vaccination aboutirait, puisqu'elle n'était ouvertement destinée qu'à recueillir des suggestions pour « améliorer la confiance dans la vaccination » et « améliorer la couverture vaccinale » ; après la censure de nos deux premières contributions* nous avions perdu nos dernières illusions.

Nous vous proposons de méditer sur quelques extraits de la conclusion du communiqué de presse :

« ... le comité conclut que la levée de l’obligation vaccinale est l’objectif à atteindre. »

Hum... les promesses n'engagent que ceux qui y croient.
« Comment pourrais-je croire qu'ils tinssent les promesses qu'ils ont faites à ceux que je vois chaque jour l'objet de leur mépris ? » écrivait Machiavel il y a cinq siècles.
Le mépris suinte à chaque paragraphe de ce rapport, mépris des parents soucieux de la santé de leurs enfants, mépris des efforts de ces parents pour s'informer objectvement, mépris des victimes qui sont négligées, voire suspectées de fraude, mépris des médecins indépendants de toute pression et honnêtes, etc.

« Néanmoins, dans le contexte actuel de perte de confiance et de baisse de la couverture vaccinale, il lui apparaît nécessaire de réaffirmer le bien-fondé de la vaccination. »

Allons donc, le contraire eût été surprenant, après le désormais célèbre « La vaccination, ça ne se discute pas ! » de Mme Touraine.

« ... le comité préconise un élargissement temporaire du caractère obligatoire des vaccins recommandés de l’enfant »

Allons donc, c'est ainsi qu'on se dirige vers la levée de l'obligation ?
En rendant obligatoires, outre ceux contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (qui le sont déjà), les vaccins contre coqueluche, infections à haemophilus influenza b, hépatite B, méningocoque C, pneumocoque, rougeole, oreillons, rubéole, soit onze vaccins !
Nous attendons de voir le caractère temporaire des obligations supplémentaires ; s'il est du même acabit que celui du retrait du DTPolio®, il y en a au moins pour 8 ans... pour ne pas parler d'une mesure définitive.

« ... assorti d’une clause d’exemption et de leur gratuité. »

Très bien, la clause d'exemption, oui mais... les parents devront subir une séance de « rééducation » ou de « culpabilisation » avant de signer !
Libéralité potentiellement annulée par la menace : si le phénomène prend trop d'ampleur, il est prévu que cette clause puisse être suspendue ou levée.

« ...les parents s'engageront par écrit selon une procédure formalisée à assumer les responsabilités civiles de leur refus incluant un risque de non-admission de l’enfant en collectivité. Le refus sera porté sur le carnet de vaccination. »

Positivons ! Cette notification sur le carnet de santé pourrait offrir une protection contre les vaccinations abusives sans l'autorisation des parents (ces derniers pourraient alors y ajouter une mention menaçant ceux qui outrepasseraient leur refus, de poursuites judiciaires et de sanctions pénales).


* la troisième contribution ne précisait plus qu'elle émanait de la LNPLV mais juste de « notre association », et employait des termes plus « vaccinalement corrects » tels que « contre-vérités » au lieu de « mensonges »...


► Lire le communiqué de presse : http://concertation-vaccination.fr/....citoyenne-sur-la-vaccination.pdf
► Télécharger le rapport : http://concertation-vaccination.fr/.../Rapport-de-la-concertation....pdf 

Nous espérons que les autorités sanitaires ne se risqueront pas à suivre les recommandations de cette mascarade de « concertation », aussi peu démocratique qu'il fut possible, au risque de bafouer dangereusement la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 (dite loi Kouchner) qui affirme solennellement qu'« aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment ».

Nous tenons à rappeler l'importance de cette loi pour nos enfants et toutes les personnes abusivement soumises aux obligations vaccinales puisque ce ne sont pas des patients (= malades), ce sont des sujets en bonne santé, donc les rarissimes situations d'urgence où cette loi pourrait souffrir une exception ne peuvent en aucun cas s'appliquer à une vaccination.

Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations
Site web : http://www.infovaccin.fr
Facebook : https://www.facebook.com/infovaccin.lnplv
 


Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto