S'informer, choisir, assumer.

Accueil Page mise à jour le 25/08/2015

Corrigé du Quiz n° 2

2. Connaître les vaccins


1 – Réponse juste : d

Le germe responsable de la coqueluche n'est pas un virus mais la bactérie Bordetella pertussis ; le vaccin classique contient des bactéries inactivées (tuées) ; les vaccins acellulaires contiennent un à cinq antigènes purifiés de Bordetella pertussis.
Les vaccins contre la rubéole, la varicelle et les oreillons (et ceux contre la rougeole, la rage, la fièvre jaune, le vaccin oral contre la poliomyélite, le vaccin intranasal contre la grippe, etc.) sont des vaccins à virus vivants atténués. Il existe d'autres vaccins vivants (BCG, typhoïde oral, etc.) qui contiennent des bactéries atténuées.

2 – Réponse juste : a

Au début de l'utilisation du BCG (premiers essais humains en 1921), il était administré par voie buccale, puis par scarification, par multipuncture (bague) ; depuis le retrait du marché du Monovax® considéré comme insuffisamment immunogène, c'est le BCG SSI® (souche danoise) par injection intradermique qui est utilisé. L'injection intra-musculaire ou sous-cutanée, par erreur de manipulation, peut entraîner la formation d'un abcès au point d'injection.

3 – Réponse juste : a

Il n'existe pas de vaccin contre le scorbut, et il ne peut pas en exister car ce n'est pas une maladie infectieuse : c'est une maladie due à une carence sévère et prolongée en vitamine C.
Agrumes, source de vitamine C Contre le scorbut, les agrumes sont une source importante de vitamine C

4 – Réponse juste : b

Dans un vaccin conjugué, l'antigène est un polysaccharide, ou polyoside (glucide complexe), constituant du microbe contre lequel on veut immuniser (Haemophilus influenzae b, méningocoque, pneumocoque...) ; cette molécule de faible masse moléculaire est liée à une protéine (anatoxine diphtérique, anatoxine tétanique, variante non toxique (?) de la toxine diphtérique (CRM197), protéine OMP provenant de la capsule du Neisseria meningitidis, etc.) qui augmente la réaction immunitaire notamment chez les jeunes enfants.
Le squalène est utilisé dans certains adjuvants de type huile-eau. La transcriptase inverse est un résidu de fabrication que l'on retrouve notamment dans les vaccins produits sur embryons de poulets (rougeole, fièvre jaune, encéphalite à tiques...). Des résidus d'antibiotiques sont présents dans la plupart des vaccins courants.

5 – Réponse juste : a

Les vaccins associés contre la rougeole, les oreillons et la rubéole sont des vaccins à virus vivants atténués, produits sur cellules d'embryon de poulet (rougeole et oreillons) et sur fibroblastes de poumon diploïdes humains WI-38 (rubéole) ; ils contiennent du sorbitol, des résidus de fabrication : traces d'albumine recombinante humaine, antibiotiques (néomycine...), etc.
Ils ne contiennent pas de sels d'aluminium (hydroxyde ou phosphate), qui sont des adjuvants de la plupart des autres vaccins : tétanos, diphtérie, coqueluche, infection à méningocoque, pneumocoque, et beaucoup de vaccins à virus inactivés : grippe, hépatites A et B, encéphalite à tiques, japonaise, etc.

6 – Réponse juste : c

Le Gardasil® est un vaccin contre quatre types de papillomavirus humains (HPV) et ne contient donc pas l'antigène de l'hépatite B.
InfanrixHexa® et Genhevac® contiennent les antigènes diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, hépatite B et Haemophilus influenzae b. Twinrix® est un vaccin combiné hépatite A + hépatite B.

7  - Réponse juste : b

Le thiomersal (autres dénominations : mercurothiolate sodique, thimerosal, timérosal...) est un dérivé du mercure, antiseptique, fongicide et inhibiteur de certaines enzymes, utilisé comme conservateur. Il a été synthétisé en 1926 et utilisé par les fabricants de vaccins à partir de 1930. Selon les recommandations de l'EMA et de l'AFSSAPS, aucun vaccin pédiatrique ne contient plus, en  principe, de thiomersal depuis 2000, mais il en reste à l'état de traces dans la plupart des vaccins à virus inactivés et les anatoxines ; il est encore utilisé dans certaines présentations multidose, comme par exemple les vaccins contre la grippe A(H1N1).

8 – Réponse juste : c

Les vaccins antitétanique et antidiphtérique sont composés d'une anatoxine, c'est-à-dire la toxine, produite par un bacille, qui a subi un traitement d'atténuation dans le but de la rendre inoffensive : les toxines sont détoxifiées par le formaldéhyde (formol) et chauffées à 38° pendant un mois, puis purifiées. Les vaccins anticoquelucheux acellulaires – outre des antigènes de surface de la bactérie Bordetella pertussis – contiennent aussi une anatoxine : la toxine de la bactérie est détoxifiée par le glutaraldéhyde et correspond à l'anatoxine coquelucheuse.

9 – Réponse juste : d

Dans un vaccin, un adjuvant est une substance qui amplifie la réaction immunitaire de l'antigène vaccinal en provoquant une irritation et une inflammation des tissus, réaction destinée à mobiliser des ressources supplémentaires du système immunitaire. L'adjuvant n'est pas spécifique de l'antigène contre lequel le vaccin est censé protéger. Les plus utilisés sont l'hydroxyde d'aluminium, le phosphate d'aluminium, le sulfate d'hydroxyphosphate d'aluminium, mais aussi le squalène (émulsion huile-dans-eau) récemment mis en vedette par les vaccins contre la grippe A(H1N1) pandémique en 2009.

10 – Réponse juste : b

Les vaccins pédiatriques associés x6 sont des vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l'hépatite B et les infections invasives à Haemophilus influenzae b.
Seuls les trois premiers vaccins font l'objet d'une obligation vaccinale en France avant l'âge de 18 mois (primovaccination consistant en 3 injections à un mois d'intervalle, et 1 rappel un an après) pour l'ensemble de la population ; aucun autre rappel n'est obligatoire. NB : les recommandations du calendrier vaccinal 2013 limitent la primovaccination à 2 injections (à l'âge de 2 et 4 mois) en contradiction avec la loi, et comportent de nombreux rappels non obligatoires.

 


 

* Sources :
- InVS (BEH et dossiers thématiques)
- OMS (Problèmes posés par la qualité des vaccins ; sécurité vaccinale ; standardisation biologique, etc.)

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto