Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 26/08/2016

Groupe d'étude sur la vaccination à l'Assemblée Nationale

Il se passe toujours quelque chose dans le monde de la vaccination…

Synthèse des recommandations du groupe d'études sur la vaccination


On nous annonce régulièrement une maladie terrifiante, un vaccin salvateur, parfois une contestation qui ne peut être le fait que d’un farfelu, ou un accident qui, vu sa rareté, ne justifie pas de remettre en cause le bien-fondé de la politique vaccinale

La présentation, le 13 mars 2012, de la synthèse des recommandations du groupe d’études sur la vaccination de l’Assemblée Nationale tranche particulièrement sur ce train-train.

Sous la présidence d’Olivier JARDÉ, récemment reçu à l’Académie de Médecine, trente députés, pour la plupart médecins ou vétérinaires, présentent en quelques pages, au lieu de propositions convenues, nuancées de souhaits innocents, onze recommandations, dont certaines « décapantes ». À tel point que ce brûlot n’est pas publié sur le site de l’Assemblée Nationale, et que, dans les jours qui suivent, M. Bernard Accoyer juge nécessaire de faire une mise au point, puis ladite Académie et la secrétaire d’État interviennent avec force pour un rappel à l’orthodoxie.

On peut remarquer que ces recommandations sont livrées alors que l’Assemblée a arrêté ses travaux et va être renouvelée… Une sorte de testament, pour que des heures de travail n’aient pas été vaines… La forme s’en ressent sans doute : elle ne met pas en valeur ses nombreuses auditions, ne cite pas de sources, ni ne quantifie les éléments ; cette synthèse semble un inventaire assez hétéroclite de propositions peut-être individuelles.

Ce qui fait réagir la communauté scientifique (et les industriels), c’est l’invocation du principe de précaution, sanctifié par la Constitution, pour recommander la prudence vis-à-vis des adjuvants aluminiques en les étudiant davantage, en les signalant mieux, en réduisant, suspendant, sinon interdisant, l’utilisation.

L’Association d’entraide aux malades de myofasciite à macrophages (E3M) a à peine le temps de voir prendre en compte ses constatations qu’on lance le branle-bas de combat contre ces élus irresponsables : plus de 60 % des vaccins sont concernés ; ces adjuvants aluminiques renforcent les vaccins et ces vaccins sont indispensables à l’humanité menacée par de terribles maladies. Qu’importent donc des soupçons qui manquent de preuves scientifiques ! Arrière donc iconoclastes irresponsables !

Même recommandation de précaution plus ciblée sur les vaccins anti-papillomavirus, suspectés de graves dommages : la mise en cause d’un tel joyau pharmaceutique, qui se vend à prix d’or, mérite le bûcher !

Une recommandation propose de mieux former les praticiens à la vaccinologie, une autre d’éviter des vaccinations inutiles en effectuant des contrôles sur l’immunisation des individus comme sur l’efficacité des vaccins : c’est jeter le doute sur la compétence du corps médical et sur la noble famille des vaccins. Arrière démons !

Mais le groupe d’études a pris soin de recommander le respect du calendrier vaccinal, de l’enrichir contre la tuberculose, la rougeole… d’en faciliter la mise en œuvre, jusqu’à intimider davantage les réfractaires : l’Académie reconnaît bien là ses enfants et surenchérit avec la coqueluche, la grippe et la fréquence des vaccinations ; et, pour multiplier bientôt les vaccinations, la Secrétaire d’État va jusqu’à s’affranchir de faire une loi et de recueillir le consentement des intéressés, concédant cependant de simplifier notre sacro-saint calendrier vaccinal.

Il y a donc à boire et à manger, et surtout à injecter, dans les recommandations de nos députés. Si nous avions des doutes, voici la démonstration que le lobby vaccinal français fera tout pour se venger du cuisant camouflet de la campagne anti-H1N1.

4 avril 2012


Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto