Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 29/03/2015

Halte au fanatisme

Halte au fanatisme...

      ... à tous les fanatismes !


Si l’Histoire n’avait pas suffi à le démontrer, la période récente nous a apporté une nouvelle et terrible preuve des méfaits du fanatisme.

La santé est une aspiration individuelle, mais commune, qui finalement profite à tous. Sauf en de rares exceptions, chacun veille à sa santé et à celle de ses proches, parfois au prix fort. Mieux, beaucoup se dévouent pour la santé des autres et particulièrement lorsque celle-ci est altérée.
Il en résulte naturellement une satisfaction globale. Sans fanatisme…

Les choses se compliquent lorsque certains, même animés des meilleures intentions, veulent imposer aux autres, généralement en bonne santé, un acte médical invasif non dénué de risques, contre des infections rares, bénignes, curables, voire purement hypothétiques.
Le fanatisme vaccinal est l’exemple le plus… piquant !

La Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations et de nombreuses écoles thérapeutiques sont contre la systématisation et surtout l’obligation de vaccinations dont l’intérêt est controversé.
De fait, l’espèce humaine est parvenue jusqu’à maintenant pratiquement sans vaccin1, le développement de l’hygiène en général (eau potable, assainissement, alimentation…) et le progrès médical (asepsie, dépistage, antibiotiques…) ont eu un rôle bien supérieur à celui des vaccins dans l’allongement de la vie en bonne santé ; non seulement des individus, mais aussi des pays entiers ont atteint la même qualité de santé que les autres sans vaccin systématique… Dès lors, l’apport des vaccinations est-il net et certain ?

Même si des vaccinations peuvent présenter un intérêt pour certaines catégories de population, ceux qui en doutent doivent être libres de ne pas recourir à de tels « traitements », mais aussi de faire connaître leurs arguments, ce qui peut même éclairer le consentement de ceux qui s'y soumettent. Mieux, les sceptiques ont le devoir moral d’alerter leurs contemporains dès lors que le vaccin présente des risques 2 : si ces derniers ne sont pas toujours démontrables, l’approche intellectuelle peut suffire.
C’est au nom du principe de précaution qu’on vaccine contre des maladies à la survenue tout hypothétique… et qu’on combat toute hypothèse de précaution face au risque lié à la vaccination. Mais la précaution des uns n’a que faire de la précaution des autres !

C’est une évidence et non du fanatisme de constater et de rappeler que l’humanité peut vivre sans vaccinations et qu’elle prend des risques en généralisant ces actes invasifs.
Il y a en revanche fanatisme à inculquer à la population qu’elle ne peut vivre sans vaccins et que ceux-ci présentent toujours moins de risques que les maladies dont ils sont censés la protéger.

Et c’est un fanatisme absolu qui va jusqu’à imposer la vaccination, jusqu’à exclure des enfants de garderies ou d’écoles, voire à déchoir de leur autorité des parents particulièrement conscients de leur responsabilité, mais circonspects ou sceptiques. Au nom de la santé publique, l’Administration s’approprie l’enfant ! Même en France, patrie de la liberté 3  ! Comme dans les pires régimes totalitaires !

La liberté s’arrête là où commencent la santé publique et la sécurité de l’ensemble de la population. ” (Marisol Touraine, médecin, ministre de la Santé, 9 octobre 2014)

Comme si les gens en bonne santé constituaient une menace pour ceux que la vaccination est censée protéger.

“  Tant que chaque enfant n'aura pas été vacciné, notre mission ne sera pas achevée. ”

L’ambition généreuse de sauver tous les enfants est vite traduite en “  Vaccinez-les tous !  Bill Gates reconnaîtra les siens ! ”

Parfois, face au zèle excessif des vaccinateurs se manifeste un sinistre fanatisme de désespoir ou de révolte : des vaccinateurs imbus de leur pouvoir à dispenser, de force, la « santé » deviennent ainsi les victimes d’obscurantistes craignant une entreprise de stérilisation, ou surtout de nationalistes farouches face à l’intrusion de ressortissants étrangers ou d’une ethnie différente (Pakistan, Nigeria…).

À fanatisme, fanatisme et demi !

Vaccination contre la polio, au Pakistan (Keystone 02/2014)
 

Vaccination contre la polio, au Pakistan (Keystone 02/2014)
Après consentement éclairé par la raison… du plus fort !
« Armé » contre la polio, l'enfant va pouvoir affronter la faim, la violence… !
Moderne alliance du sabre (prononcez Kalach') et du goupillon (vaccinal) !

La liberté d’opinion, d’expression, de choix thérapeutique… que nous défendons n’a rien à voir avec de tels comportements. Mais par un amalgame éhonté, les vaccinalistes en tirent argument pour accuser tout réfractaire à leur dogme, de dérive sectaire (Miviludes) : « abrutis qui choisissent de refuser le vaccin », « délire des sectes anti-vaccinales », « si le tétanos n’est pas contagieux, la bêtise l’est »… peut-on lire sous la plume délicate des plus ouverts de nos contempteurs. «  Ce ne sont pas les vaccins qui tuent nos enfants, mais la désinformation, la bêtise, la défiance irrationnelle qui tuent et tueront encore davantage si ces mouvements insensés ne sont pas rapidement circonscrits » 4. Une attaque en… piqués ! André FANTON 5  doit se désespérer d’être adoré par des disciples aussi libéraux !
Sans parler de la sublime accusation boomerang « Vous êtes sectaire : vous voulez interdire aux autres les vaccinations obligatoires ! » (sic), comme s’il n’était pas sectaire d’imposer des vaccinations (ou n’importe quel acte médical) ! Surtout à un individu en bonne santé !
Ou la classique référence au très hypothétique vaccin contre la bêtise dont on peut se demander s’il bénéficierait à ceux qui le refusent, ou à ceux qui le réclament… pour les autres !
Encore ne s’agit-il que de propos courtois, entre deux épidémies (que serait-ce sinon ?)…

Une centaine de cas de rougeole en Amérique du Nord, sans aucun décès, et le virus (des réseaux sociaux) lance la meute maccarthyste, politiciens en tête, par souci électoraliste bien plus que sanitaire : C’est la faute aux non-vaccinés ! Non-vaccinés hors des écoles ! Scandaleuse limitation des budgets de vaccination ! (Canada)… Les Américains, champions de la liberté, marqués par le massacre de la Saint-Valentin 6, veulent une Saint-Barthélemy plus hollywoodienne encore… Du shot vaccinal et donc salvateur, au shot 7 homicide ! En toute bonne… inconscience !

Et que ne risquerions-nous à publier des caricatures de… Louis Pasteur !?

Dans son climat serein de paix et de tolérance, la France poursuit les parents qui veulent épargner à leurs enfants la vaccination obligatoire… Si le Conseil constitutionnel avait conclu à la dépénalisation, voire à la fin de l’obligation, n’aurait-il pas été considéré comme un repaire de redoutables terroristes ?

J.-P. AUFFRET
19 janvier 2015

Notes :

  1. Même en faisant remonter la vaccination (ou ses antécédents magiques ou superstitieux) à un millier d’années, cela est peu à l’échelle de l’ancienneté de l’Homme… Même dure, la sélection s’est montrée efficace du point de vue de la survie de l’espèce.  ^ 
  2. Élémentaire solidarité et devoir d’assistance à personne en danger.  ^ 
  3. Cf. poursuite de parents pour “ mauvais traitements à enfants ” faute de les faire vacciner (notamment Auxerre 2014)  ^ 
  4. Autant dire que l’espèce humaine n’est pas viable sans vaccins !  ^ 
  5. Avocat et député qui tenta, en juin 1964, de faire interdire la Ligue et toute publicité défavorable aux vaccinations.  ^ 
  6. Chicago 1929, 7 morts directs.
  7. Shot : coup de feu, mais aussi injection ; en un mot, vacciner ou fusiller…

Dialogue surréaliste parmi des commentaires du Quotidien du médecin (octobre 2014) à l’occasion du procès d’Auxerre :

Dr X : « Très bien ! Qu’ils ne fassent pas vacciner leur fille ! Mais en contrepartie, si une des maladies évitées par la vaccination survient : PAS DE REMBOURSEMENT PAR LA SÉCU ! On verra leur position si on met cette condition... Néanmoins, cette enfant sera soignée, je l’espère, car elle n’est pas coupable de la connerie de ses parents. »

Réponse du Dr Y : « Si on suit votre logique, pas de remboursement Sécu pour les malades d’alcoolisme qui boivent, de tabagisme qui fument, d’Ebola, du SIDA, de syphilis, des sportifs blessés dans leur pratique, des accidentés de la route pour excès de vitesse, des suicidés ratés... qui n’ont pas pris les précautions nécessaires ! »

Remarque LNPLV :
On notera l’acte de (mauvaise) foi : maladies évitées plutôt que maladies évitables.
Face à la menace de non-remboursement de soins contre des maladies effectivement disparues, le rire est le meilleur remède !
Et si l'on applique cette méthode d’exclusion, l’Assurance maladie va vite être excédentaire !

 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto