Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 02/03/2015

À la mémoire des martyrs de la science

 La rage de la généalogie

par J.-P. AUFFRET

L’un des grands épisodes de la geste pastorienne relate les succès de Pasteur pour épargner la rage à des moujiks russes sauvagement mordus par des loups. L’histoire est muette sur d’éventuelles victimes… En tout cas, celles-ci n’ont pas eu droit au moindre titre de reconnaissance, pas la moindre plaque : essayons de saluer leur mémoire.

Louise L. LAMBRICHS dans La Vérité médicale. Légendes et réalités de notre médecine (collection Réponses-Essais, Robert Laffont, 1993), s'intéresse notamment à Pasteur dont certains succès et méthodes lui semblent contestables. Elle s'attarde sur l'épisode des moujiks.

La version traditionnelle est que les succès que Pasteur aurait obtenus (en 1885) dans le traitement de la rage avaient aussitôt émerveillé le monde entier dont le Tsar : celui-ci lui envoya en France nombre de ses moujiks mordus, menacés de la rage, et ils furent sauvés par le génie inlassable…

 Madame LAMBRICHS se réfère au médecin suédois, Axel MUNTHE, qui, à l'Hôtel-Dieu de Paris, en 1886, connut les expériences antirabiques de Pasteur sur certains des paysans de Smolensk. Dans la version originale (en anglais) de son Livre de San Michele, MUNTHE, somme toute fervent de Pasteur, parle du terrible épisode des 6 paysans russes, et décrit la fin atroce d'au moins deux d'entre eux : le livre fut traduit en français (Albin Michel, 1934), mais amputé notamment de ce chapitre sur Pasteur. Pour cet épisode, LAMBRICHS constate qu'on ne serait pas certain :

  • du nombre de moujiks de Smolensk horriblement mordus par un loup enragé, et reçus à Paris ;
  • du nombre de ceux qui auraient été transportés à l'Hôtel-Dieu ;
  • du nombre de décès parmi ces moujiks ;
  • et, encore moins, de la cause des décès (la maladie ? le traitement ? l'euthanasie ?).

Il s'agit de Russes mordus les 28 février et 1er mars 1886 (lettre de Pasteur du 1er juin). Le 3 mars, Le Figaro cite une dépêche russe du 1er mars, selon laquelle 24 Russes demandent à être traités par Pasteur (remarquable délai de communication). Le 17 mars, Le Temps parle de l'arrivée de 19 Russes, dont 5 transportés à l'Hôtel Dieu (mais 19+5=24). Le 27 mars, Le Siècle parle de 20, dont 4 à l'Hôtel Dieu (mais 20+4=24). Le 6 avril 1886, Le Siècle annonce l'arrivée de 9 nouveaux Russes. Le 8 avril, Le Figaro annonce la mort d'un troisième qui n'était pas de ceux qui dès leur arrivée furent conduits à l'hôpital.

D'autres Russes étaient venus avant ceux-là (VALLERY-RADOT, Vie de Pasteur, 1900, p.632).

On peut imaginer de consulter les archives russes et françaises relatives au déplacement de ces moujiks, celles de Pasteur ou celles de l'Hôtel-Dieu relatives aux traitements, mais, même si cela est possible, l'incertitude sera difficile à lever (tous les décès furent-ils officialisés ?).

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto