Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 06/08/2016

Les vaccins, c'est pas anodin

Réflexions

Jean-Pierre Eudier

Commentaire du Dr Jean-Pierre Eudier à l'article de Breizh-Info (23 juin 2015)
« Angers. Les vaccins Infanrix Hexa et Prévenar 13 à l’origine de la mort annoncée d’Ayana ? »

Ce fait divers tragique révèle à quel point la société moderne reste ignorante, manipulée et incapable de discerner les divers dysfonctionnements du système au bénéfice de ceux qui nous manipulent et combien ce système est verrouillé par les lobbies politico-médico-pharmaceutiques.

Les uns compatissent à la douleur des parents, d’autres invectivent ces mêmes parents et laissent transparaître la haine, le racisme, l’intolérance. En tout état de cause, ce cas soulève diverses interrogations qui resteront sans réponse :
– Abus de l’utilisation des services médicaux d’urgence ou dysfonctionnement de ces mêmes services ?
– La responsabilité financière incombe-t-elle à la société ou exclusivement aux parents ?
– Euthanasie, acharnement thérapeutique ou autres questions d’ordre moral ?
Chacun y va de son commentaire stérile.

Par contre, vaccinalistes et vaccino-sceptiques s’invectivent toujours avec les mêmes arguments éculés, infondés et dogmatiques. Le vaccin est-il l’événement déclencheur ? Quelle est la responsabilité du vaccin dans cette tragédie ? Quel vaccin a été administré ? Par qui ?...

La majorité des articles occultent cet aspect vaccinal et révèle à quel point le débat sur ce sujet est bâillonné par les autorités et les médias : « La vaccination, ça ne se discute pas ! » nous a dit de manière péremptoire notre ministre de la santé et pourtant c’est l’éclaircissement de cet aspect du drame qui mériterait davantage d’attention et en éviterait assurément d’autres de même nature.

Si le principe de la vaccination est généreux dans l’esprit, l'exemple de ce cas montre qu'il est contestable dans sa forme. Ainsi, ces parents auront payé le prix fort. Triste épilogue pour un débat qui n'aura pas lieu.

Chaque vaccin est et reste un médicament et n’est ni une panacée, ni une potion magique. La volonté de prescrire un médicament indifférencié et potentiellement iatrogène à toute la population sans distinction et sans tenir compte des innombrables paramètres qui distinguent chaque individu est illusoire et mérite justement d’être discuté, évalué, étudié.

Grâce au ciel, ces pauvres parents éviteront la double peine et échapperont à l'accusation de maltraitance. Combien de parents ont-ils été poursuivis dans des circonstances identiques après que les médecins aient diagnostiqué : "syndrome du bébé secoué" ?

D’autre part, parmi les commentaires relevés au pied des articles révélant le drame, un mot revient souvent : éradication ! Ce mot me glace et évoque pour moi le mot allemand « Vernichtung » = destruction, élimination, extermination, mot de sinistre mémoire et que de crimes commet-on en ton nom ?

Ainsi, on s’échine à vouloir éradiquer virus, microbes et parasites par de grandes campagnes de vaccination ou d’épandage de pesticide et d’insecticide sans se soucier un instant des dégâts latéraux possible. Les rares récalcitrants sont désavoués, mis à l’index et jugés comme des délinquants. Personne ne bouge et les campagnes s’enchaînent les unes aux autres.
Et de campagne en campagne, virus, microbes et parasites nouveaux apparaissent, plus violents, plus insidieux et toujours plus résistants aux moyens que l’on tente de leur opposer. Les problèmes sont déplacés et au lieu d’être résolus.

Le parallèle avec le mot « Vernichtung » ici prend tout son sens. Le peuple allemand a été accusé de ne rien dire et de ne rien faire pour s’opposer à la politique d’extermination qui a entaché son honneur. Mais que fait-on aujourd’hui, sinon de se comporter comme des zélotes devant les diktats de l’administration, froide et aveugle.

De plus en plus de monde s’accorde à dire que la biodiversité est une nécessité, mais comment revenir à un équilibre après tant d’erreurs stratégiques ?

Nous avons eu droit au slogan « les antibiotiques, c’est pas automatique » et il devient urgent de lancer la campagne « les vaccins, c’est pas anodin ».

 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto