Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 19/12/2016
Extension à 11 obligations ?
Texte de M. Georget remis le 9 septembre au ministère
Lettre ouverte à Mme Buzyn, ministre de la Santé 
Actions septembre/octobre 2017
♦ Consultez la page d'actualités
et notre page Facebook
Fièvre jaune : rappels supprimés
01/02/2016 : les rappels décennaux
du vaccin contre la fièvre jaune
ne sont plus exigés pour la Guyane
♦ Lire la suite...
    ♦ Textes réglementaires
La Ligue est sur Facebook
Retrouvez-nous sur la page officielle de la LNPLV.
Actualités, témoignages...
♦ facebook.com/infovaccin.lnplv...
La législation vaccinale en France
Consultez les textes officiels
♦ Lire la suite...
Service librairie
♦  Mise à jour de la liste des ouvrages et des nouveautés.
Nouveau : quiz Vaccinations Vaccin DTP retiré du marché
Le seul vaccin DTP sans adjuvant aluminique (DTPolio®) reste toujours indisponible.
♦ En savoir plus
♦ Communiqué LNPLV

Présentation / Objectifs

Pourquoi réclamer la liberté des vaccinations ?

Parce qu’ils sont de plus en plus nombreux ceux qui estiment que les vaccins ne sont pas l’unique moyen de prévention des maladies et que les chemins qui mènent à la santé sont multiples.

Des menaces de plus en plus graves pèsent sur notre santé et sur l’avenir de l’être humain : vache folle, sang contaminé, amiante, hormone de croissance, pollutions diverses, Organismes Génétiquement Modifiés (OGM)… autant de titres qui font la une de la presse et qui ont fait naître une prise de conscience dans l’opinion. 
Mais les vaccinations sont encore considérées comme le moyen privilégié de prévenir les risques dus aux maladies infectieuses. Or il n’en est rien, de nombreux travaux scientifiques le prouvent, et d’éminents spécialistes contestent cette croyance.
Il est indispensable d’informer le public des graves dangers que font courir les vaccinations en provoquant, notamment, un affaiblissement général de l’immunité naturelle. 
Le nombre de vaccinations ne cesse d’augmenter (38 injections d’antigènes recommandées de la naissance à 6 ans) et des voix s'élèvent pour relier cette pratique au développement des maladies auto-immunes, du cancer, de la maladie d’Alzheimer et de la sclérose en plaques. La polémique autour du vaccin anti-hépatite B a mis en lumière les divergences d’opinion au sein même du corps médical. 

Notre santé nous appartient, nous en sommes responsables, nous voulons pouvoir choisir.
 

Dans ce cadre les articles 1 et 2 de nos statuts définissent parfaitement nos objectifs :

Article 1

Considérant le caractère obligatoire des vaccinations comme une atteinte à l'intégrité physique et morale de l'individu et à la liberté de conscience, affirmant que le corps humain est la propriété inviolable et sacrée de l'individu et que nul ne peut obliger autrui à subir un traitement préventif ou curatif sans son consentement exprès.

Estimant

• que les Pouvoirs Publics ne doivent pas prendre parti dans les querelles d'écoles et de doctrines en matière médicale, pas davantage qu'en matière de croyance philosophique ou d'opinion politique ;

• que dans ces trois domaines de la pensée le citoyen a droit à une totale liberté ;

• que le "pasteurisme" n'est qu'une théorie scientifique que le corps médical est loin de partager "universellement" et que, par conséquent, l'État ne devrait pas l'imposer ;

Il est formé entre les personnes qui adhèrent aux présents statuts en remplissant les conditions ci-après fixées, une association qui sera régie par la loi du 1er juillet 1901.

Article 2

Cette association a pour objet :

1 - de réclamer par les voies légales l’abrogation de toutes les lois, ordonnances, réglements… rendant obligatoires des vaccinations et inoculations quelles qu’elles soient, à quelque âge et pour quelque cause que ce soit, de façon à rétablir en France la liberté complète des vaccinations ;

2 - plus généralement pour tout individu le droit de s’en rapporter pour lui et pour ses enfants à l’avis du médecin qu’il aura librement choisi et en qui il aura placé sa confiance ; et, pour ce médecin, en vertu de son titre et de son diplôme, le droit de choisir librement les méthodes préventives et curatives qu’il entend adopter et, avec l’accord du patient, le droit de les appliquer dans l’exercice de sa profession ;

3 - d’exiger que tous les accidents consécutifs aux vaccinations obligatoires soient l’objet d’une indemnisation de la part de l’État, alors même que les dites vaccinations auraient été pratiquées par le médecin choisi par les intéressés, en clientèle privée.

Qui sont ses adhérents ?

Ils font partie de toutes les classes sociales de la population, sans distinction d’opinion. 
Le lien qui les unit est l’exigence d’une liberté de choix en matière médicale et particulièrement vaccinale. Ils sont tous très soucieux de leur santé et de celle de leurs enfants. 
Leur conviction s’est forgée après une information plurielle puisée dans les publications médicales officielles sur ce sujet, elle est donc le fruit d’une réflexion approfondie. 
Pendant des années les pouvoirs publics ont parlé de “ligues et sectes anti-vaccinalistes” pour discréditer notre action. Notre association n’est ni l’une ni l’autre. 
Nous réclamons le droit de tout savoir sur les vaccinations, rien ne doit rester caché. Nous exigeons des preuves de leur efficacité et de leur innocuité à court et à long terme. 
Nous n’avons pas de dogme à diffuser, chacun reste libre de se faire vacciner ou non, et de quitter l’association quand bon lui semble.

Qui la finance ?

Ses seules ressources sont les cotisations de ses membres. 
Elle ne reçoit aucune subvention de qui que ce soit. De ce fait elle est totalement indépendante de tout pouvoir extérieur. 
Ses dirigeants sont bénévoles.

Que pouvez-vous faire?

Nous sommes tous responsables de notre liberté. 
Pour la retrouver il faut s’unir. Ensemble nous aurons plus de pouvoir. C’est le devoir de chacun. 
En démocratie, c’est le citoyen qui décide. 
N’attendez pas que les choses s’arrangent d’elles-mêmes, que d’autres agissent à votre place. 
Prenez conscience qu’il s’agit de votre liberté de choix, de votre santé et de celle de votre famille.
 
 

Rejoignez notre Association !  enlightened

Quelles sont ses actions ?

  

Réclamer l'abolition des lois d'obligation

Notre pays est le seul en Europe, avec l’Italie, à connaître encore 3 vaccinations obligatoires pour l’ensemble de la population (Diphtérie - Tétanos - Polio). 
NB : l'obligation de la vaccination antituberculeuse par le BCG est suspendue pour la population générale depuis le 17 juillet 2007, cette vaccination restant obligatoire (ainsi que la vaccination anti-hépatite B) pour les professions à caractère sanitaire ou social.
 
Malgré ces obligations et leurs contraintes, sa situation sanitaire n’est pas meilleure que celle des autres nations. 
D’autres vaccinations obligatoires existent pour certaines catégories de population (Hépatite B). 
Les pressions et les contraintes exercées pour la fréquentation scolaire ou pour l’accès à certains emplois sont indignes d’une nation démocratique.

 

Informer nos adhérents

Informer nos adhérents de leurs droits pour que la législation soit respectée et dénoncer les exigences abusives des administrations (rappels et vaccinations non obligatoires).

 

Fournir, si besoin, assistance et documentation aux avocats qui auraient à défendre nos adhérents.

Fournir, si besoin, assistance et documentation aux avocats qui auraient à les défendre. 
Bien que la responsabilité de l’État dans les accidents post-vaccinaux ait été reconnue, elle se limite aux vaccinations obligatoires et reste très difficile à mettre en œuvre car la preuve est à la charge de la victime. Aucun expert ne se hasarde à reconnaître le lien de cause à effet, ce qui reviendrait à jeter le doute sur les vaccins.

 

Collecter et diffuser de l'information sur tous les aspects des vaccinations.

Actuellement l’information sur les vaccins est du seul ressort des laboratoires qui les produisent. Toute autre recherche est boycottée, et l’auteur souvent mis au ban de la communauté scientifique. 
La population ne reçoit qu’une version orientée et partisane, et au fil du temps le sujet est devenu tabou. 
L’obscurantisme officiel interdit tout débat serein et toute réévaluation de cette pratique. 
Les statistiques sont tronquées, les données falsifiées, les accidents niés et / ou tenus cachés (voir le cas des vaccins anti-hépatite B et ROR).

 

Recenser les accidents post vaccinaux.

Recevant de très nombreux témoignages de personnes ayant des troubles plus ou moins graves dus aux vaccinations, nous avons constitué un “dossier noir” essentiel pour appuyer notre démonstration du danger d’une médecine préventive standardisée souvent pratiquée sans examem préalable, et donc sans indication.

 

Entretenir et développer nos relations avec les associations européennes œuvrant pour la même cause.

 

Pourquoi l'obligation vaccinale doit-elle être abrogée ?


  • Elle enfreint une liberté fondamentale car une mesure de prévention collective peut s’avérer dangereuse pour l’individu.

  • Chaque individu a le droit à son libre choix en matière de santé.

  • Toute la population étant vaccinée, il n’y a pas possibilité de comparaison.

  • De nombreuses études démontrent l’inefficacité des vaccinations.

  • Les accidents sont nombreux.

  • Les pays européens ont cette liberté et leur population n’est pas plus malade pour autant.

  • Le principe de précaution n’est pas respecté.

  • Le système est basé sur la peur, la culpabilité et la coercition.

  • Il n’y a aucune raison, médicale ou juridique, pour imposer à toute la population les vues d’une seule partie des scientifiques. Il n’y a pas de vérité unique.

  • Les non-vaccinés ne sont pas un danger pour les vaccinés (sinon à quoi servirait la vaccination ?)

  • Les vaccinations n’ont pas fait régresser les épidémies.

  • Le bilan médical bénéfice / risque n’est pas prouvé.

  • Le bilan économique bénéfice / coût n’est pas fait.

  • La théorie vaccinale est le résultat d’une vaste entreprise de désinformation.

  • Si le risque zéro n’existe pas, alors c’est un crime d’obliger un individu en bonne santé à le courir (roulette russe).

 

Parce qu’il peut avoir des conséquences imprévisibles et graves sur la santé, parce que le médecin vaccinateur se doit de respecter le serment d’Hippocrate, « avant tout ne pas nuire », et qu’il engage ainsi sa responsabilité : l’acte vaccinal doit redevenir un acte médical librement consenti.

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto