Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 01/10/2014

Élection présidentielle 2007

Actions de la LNPLV

dans le cadre de l'élection présidentielle 2007 :

Nous avons interrogé les douze candidats à l'élection présidentielle. Nous leur avons demandé une réponse avant le 26 mars, date du bouclage du journal. Vous pouvez lire ici leurs réponses aux trois questions suivantes : 

  1. Êtes-vous favorable à l'abrogation des nouvelles sanctions pénales appliquées pour le refus de vaccination ?
  2. Êtes-vous favorable à la suppression des obligations vaccinales comme dans tous les pays d'Europe excepté le Portugal ?
  3. Êtes-vous favorable à la mise en place  d'une telle politique de santé (mise en place d'un corps intermédiaire [type Heilpractiker] entre patients et médecins) même sans prise en charge par la SS et ceci comme dans tous les pays d'Europe sauf l'Italie et la Belgique ?

    Nous avons joint à notre courrier un livret intitulé « Au premier rang la pollution du sang », document de 8 pages permettant d'alimenter la réflexion de ces personnes qui, souvent, n'ont aucune idée de notre combat.

Tous les candidats avaient reçu notre lettre datée du 9 mars 2007 – accompagnée d'un document original reprenant des extraits de nos positions – et dans laquelle je précisais que nous devions boucler le journal le lundi 26 mars 2007.
Dès le vendredi 23 mars, n’ayant reçu de réponse de personne, j’ai appelé les PC de campagne de chaque candidat dont j’ai trouvé les coordonnées avec difficulté.

Candidats ayant répondu par écrit ou au téléphone
 

François BAYROU

Lettre complète de la réponse. Après une longue conversation avec un membre de la commission santé de l’UDF, monsieur Serge CARON, qui a regretté que ce débat n’ait pas eu lieu avant et qui s’est engagé à ce qu’il ait lieu avec la représentation nationale, avec des experts sans lien d’intérêt avec les laboratoires, avec les associations intéressées, dont la Ligue.

Olivier BESANCENOT

Lettre complète de la réponse.

Philippe de VILLIERS

Texte court mais complet de la réponse

Dominique VOYNET

Lettre complète de la réponse.

Jean-Marie LE PEN 

Non à l’aggravation des sanctions pénales, oui à la levée des obligations vaccinales, oui aux thérapies alternatives à la condition que tout cela soit bien encadré, c’est le résumé d’une conversation d’une heure (ayant eu lieu le vendredi 23 mars) avec le docteur Joëlle MELIN, expert auprès des tribunaux et ayant un cabinet privé, et responsable des questions de santé au Front National. Elle souhaite seulement que tout ce qui sera fait le soit de manière très encadrée en ayant comme objectif la santé publique mais avec une démarche volontaire, et non imposée.

 

Candidats n’ayant pas répondu
 

Marie-Georges BUFFET

Au téléphone une responsable nous déclare : Ne répondra pas à ce genre de questionnaire.

José BOVÉ

Pas de réponse au courrier du 9 mars et on tombe sur un répondeur quand on appelle.

Arlette LAGUILLER 

Pas de réponse au courrier et pas de possibilité de la joindre par téléphone.

Frédéric NIHOUS 

Pas de réponse au courrier et pas de possibilité de le joindre par téléphone.

Gérard SCHIVARDI 

Pas de réponse au courrier et pas de possibilité de le joindre par téléphone.

Nicolas SARKOZY 

Madame Fabienne CHOL au siège de l’UMP en charge de cette réponse a été relancée 3 fois, depuis le mardi 27 mars, car c’est seulement ce jour-là que j’ai pu savoir qui devait nous répondre. Nous avions convenu d’une réponse le vendredi 30 mars par mail. Le vendredi à 17h, madame Chol me demande de lui accorder la réponse pendant le week-end, ce que j’accepte, le lundi matin n’ayant rien je l’appelle et elle me répond qu’elle est désolée mais a dû faire face à des urgences et qu’elle n’a pu nous répondre.

Je lui précise que j’en informerai les adhérents.

Ségolène ROYAL 

La relation avec le Parti socialiste a été très compliquée. 

Tout d’abord la réponse à mon premier coup de fil a été : votre lettre est bien enregistrée mais la réponse est « dans les tuyaux, car cette dernière est complexe » ;  ensuite j’ai téléphoné 17 fois, ayant à chaque fois un interlocuteur différent et devant à chacun raconter mon histoire. C’est épuisant. 
J’ai fini par apprendre que c’était monsieur Thomas DEROCHE qui devait me répondre. Je n’ai jamais pu lui parler bien qu’on m’ait donné son numéro de téléphone direct. J’ai insisté en disant que j’étais limité à cause de la date des élections et du temps nécessaire à l’impression et à l’envoi du journal. Le vendredi 30 mars à 10h j’appelle de nouveau pour la 18eme fois et à ce moment là on me dit que le courrier est parti la veille soit le jeudi 29 mars. Connaissant les délais incertains de la poste, je demande à la cellule courrier de bien vouloir m’envoyer par e-mail ou par fax, ou au pire de bien vouloir me lire la réponse ; malgré mon insistance je n’ai pu obtenir gain de cause, mon interlocutrice à la cellule courrier a même fini par me dire qu’elle interrompait la communication.

Je ne me suis pas avoué vaincu, j’ai téléphoné à l’équipe de campagne de la candidate. J’ai eu une femme du secrétariat de Ségolène Royal, qui m’a affirmé que pour tout courrier envoyé, il y avait une souche électronique et une souche papier, qu’elle se faisait fort de me l’obtenir et qu’elle me rappelait. N’ayant pas de nouvelle de sa part l’après-midi, j’ai rappelé et j’ai eu une personne au courant de l’affaire qui m’a dit qu’elle avait l’information de cette demande mais qu’elle n’avait pas obtenu satisfaction.

J’ai donc attendu en vérifiant le courrier le vendredi 30 mars, le lundi 2 avril, le mardi 3 avril et le mercredi 4 avril, cette lettre partie le jeudi 29 mars ne nous est toujours pas parvenue.

Que concluriez-vous d’un secrétariat de Président de la République qui n’est pas capable de retrouver un courrier particulier annoncé comme parti la veille et qui n’est pas arrivé 8 jours après ? Je pense que cette lettre de réponse n’est jamais partie. En français cette manière de faire porte un nom...

 

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto