Pas de vaccination sans réflexion... Informez-vous !

Accueil Page mise à jour le 15/08/2011

SLV n° 93 - Mars 1991 - p12 - Des notes discordantes

Même si les échos ne nous en parviennent qu'assez assourdis, la mise en place et les résultats du PEV ont soulevé des critiques souvent sévères.

Congrès de Niamey

En 1987 s'est achevé à Niamey (Niger) le troisième séminaire international sur les vaccinations en Afrique. Le journal Le Monde n'hésitait pas à titrer à cette occasion « Vaccinations en échec - le malheur des enfants du tiers-monde » et précisait :

« Le Pr Marc Gentilini, président de l'APMP (Association pour la Promotion de la Médecine Préventive (1) et spécialiste international des maladies tropicales, ne cache ni sa déception ni son pessimisme quant à l'avenir du PEV (Programme Élargi de Vaccinations) de l'Organisation Mondiale de la Santé. Une position aujourd'hui partagée par de nombreux spécialistes réunis à Niamey. »

Un des principaux problèmes soulevés est la survenue des maladies (polio, rougeole) dans des populations parfaitement vaccinées.
Bien plus, des sujets contractaient la maladie bien qu'ils aient réagi positivement à la vaccination et alors que leur taux d'anticorps aurait dû leur conférer une immunité.
L'efficacité des vaccinations était remise en question.

Nous publions ci-après quelques extraits du volumineux rapport publié à la suite de ce séminaire.

Manifeste d'Anvers

Parmi les opposants à ce programme de l'OMS, il faut rappeler bien sûr le groupe des 40 signataires du Manifeste d'Anvers en 1985 publié dans le numéro 90 de notre revue (dossier « Pouvoir médical - choix de société »). Parmi ces signataires, le Pr Banerji avec qui nous entretenons des relations de travail suivies et dont nous publions la conférence préparée pour TOES 90 à Houston (USA) l'été dernier (voir p. 13).

Même à l'OMS...

Ralph Henderson, responsable du Programme Élargi de Vaccinations à l'OMS, a exprimé ses réticences :

« Visiblement il craint qu'un programme de vaccinations, bien conçu certes, mais isolé du reste, ne fasse oublier l'objectif général : mettre sur pied un réseau de soins primaires.
Il redoute que des programmes parachutés de l'extérieur ne poussent pas les gouvernements des pays en développement à s'engager eux-mêmes, à fond, dans cette politique de santé, mais leur fournisse l'occasion, au contraire, de s'en décharger. » (Marie-Ange d'Adler, Le Matin, 14 mars 1983).

Hesperian Foundation

Extrait d'une conférence donnée par David Werner à TOES 90 à Houston dans le cadre du thème : The Voice of the people for a change pour The Hesperian Foundation, Palo Alto, Californie, États-Unis.

Note : 1. APMP : l'Association pour la Promotion de la Médecine Préventive est principalement financée par la Fondation Mérieux, la branche néerlandaise de l'association britanique “Sauvez les enfants” et par le comité français de l'UNICEF. Elle est également soutenue par le ministère de la Coopération, le Centre International de l'Enfance et l'Institut Pasteur de Paris.

Haut de page | Mentions légales | Plan du site
Un site Xsalto