Nouvelles diverses

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/09/01/la-polio-au-plus-haut-depuis-dix-ans-a-travers-le-monde_6050608_1650684.html

La polio au plus haut depuis dix ans à travers le monde

Par Lise Barnéoud - 01 septembre 2020

Le Monde

Malgré la certification par l’OMS de l’éradication du virus sauvage de la poliomyélite en Afrique, la maladie est repartie à la hausse – 423 cas à fin août –, profitant de l’arrêt des vaccinations durant la pandémie de Covid-19. 
Par Lise Barnéoud  Publié le 1er septembre 2020 à 18 h 30 - Temps de lecture 5 min. 
Dans toutes les courses de fond, il faut de petites victoires intermédiaires. Pour tenir la distance. En voilà une qui marquera l’interminable marathon vers l’éradication de la poliomyélite : l’élimination du virus sauvage du continent africain, « l’une des plus grandes réalisations de santé publique de notre temps », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le 25 août. C’est la cinquième région du monde à obtenir ce sésame, après les Amériques en 1994, le Pacifique occidental en 2000, la région européenne en 2002 et l’Asie du Sud-Est en 2014.
 « C’est un succès considérable, surenchérit Michel Zaffran, directeur du programme d’éradication de la poliomyélite à l’OMS. Les derniers cas repérés en 2016 se trouvaient au Nigeria, dans les zones contrôlées par Boko Haram. Nous avons réussi à répondre rapidement, dans des conditions très difficiles, pour empêcher le virus de se répandre de nouveau. » Désormais, il ne circule plus que dans deux pays : le Pakistan et l’Afghanistan.
Racontée ainsi, la victoire, même intermédiaire, paraît magnifique. Mais la réalité sur le terrain est beaucoup plus sombre : au 27 août, 423 cas de paralysie poliomyélitique étaient déjà recensés dans le monde, contre 134 à la même période l’an passé. Et encore, « à cause de la pandémie de Covid-19, la surveillance dans certains pays est affectée, le bilan pour 2020 est probablement sous-estimé », souligne Michel Zaffran. Celui-ci risque ainsi de nous replacer au niveau des années 2010, lorsque le nombre de cas annuels dépassait les 600…
Comment comprendre un tel bilan ? Comment expliquer les 200 cas de paralysie en Afrique, dont 13 récemment rapportés au Soudan, alors que l’OMS vient d’annoncer l’éradication du virus sur ce continent ? Ces cas ne sont pas liés au virus sauvage de la poliomyélite, mais à des souches de virus issus des vaccins oraux.
Effet collatéral
Les virus contenus dans les formulations orales du vaccin Sabin (du nom de son inventeur) ont certes été atténués en laboratoire, mais ils n’en restent pas moins vivants. Au départ, cette caractéristique représentait un immense avantage : en déclenchant une production d'anticorps directement dans les intestins, ce vaccin permet de neutraliser le virus dès son entrée dans l'organisme, empêchant non seulement la paralysie, mais aussi sa transmission. Le vaccin Salk, utilisé en France, contient, quant à lui, des virus tués, injectés en intramusculaire. Insuffisant pour entraîner cette immunité dite mucosale, à l'intérieur des intestins. D'où l'utilisation du vaccin oral dans les pays où le virus circule encore, dans une perspective d'éradication. 
Mais il y a un revers à la médaille : ces virus vaccinaux atténués peuvent retrouver, au hasard de mutations génétiques, leur virulence d'antan et se mettre à circuler dans l'environnement. Autrefois alliés, ils deviennent dès lors ennemis. Depuis 2017, ils entraînent chaque année plus de paralysies que leurs cousins sauvages. 
Pour limiter cet effet collatéral dramatique, l'OMS a retiré la souche 2 de toutes les formulations orales en 2016. Cette souche est en effet responsable de la plupart des cas de paralysies, car elle mute beaucoup plus facilement que les autres. En outre, elle n'existe plus à l'état sauvage : il n'y a donc plus de raison de continuer à s'en protéger. Las, les poliovirus, même atténués en laboratoire, sont coriaces et survivent longtemps dans l'environnement. Cette souche 2 a ainsi continué à circuler. En 2017, elle paralysait encore une centaine de personnes non ou insuffisamment immunisées, notamment les bébés nés après 2016 n'ayant pas reçu d'autres vaccins que les formulations orales. Pour éteindre ces flambées épidémiques, il a fallu ressortir un vaccin oral contenant uniquement la souche 2, participant à sa diffusion dans l'environnement… Et le problème n'a fait qu'empirer.
Il faut ajouter à ce tableau noir l'effet Covid. En raison de la pandémie mondiale, 62 campagnes de vaccination dans deux pays ont été suspendues. La plupart n'ont pas encore repris. Ainsi, 100 millions de doses de vaccin n'ont pas pu être administrées, laissant environ 60 millions d'enfants non ou insuffisamment immunisés, selon l'OMS. « Nous avons fait une modélisation de l'évolution de la situation en l'absence de campagnes de vaccination : elle montre une augmentation exponentielle des cas si aucune campagne n'est conduite », avertit Michel Zaffran. 
Le virus sauvage en profite au Pakistan et en Afghanistan, faisant déjà 102 victimes en 2020, dont 70 depuis l'arrêt des campagnes de vaccination, fin mars. Les prélèvements dans les eaux usées et rivières de la région montrent également une circulation accrue du virus, avec pas moins de 320 échantillons positifs à la souche 1, la dernière des trois souches du virus à circuler encore dans le monde (les souches sauvages 2 et 3 ont été officiellement éradiquées, respectivement en 2015 et 2019). De même, la souche 2 vaccinale a déjà touché 306 personnes cette année, en Afghanistan, au Pakistan, mais aussi au Tchad, au Soudan, en République démocratique du Congo, en Côte d'Ivoire… 
Un nouveau vaccin oral 
L'espoir repose désormais sur un nouveau vaccin oral plus stable génétiquement. « Les essais cliniques de phase 1 et phase 2 montrent que ce vaccin est sûr, qu'il déclenche la production d'anticorps dans 100 % des cas et qu'il ne perd pas son atténuation, une fois excrété dans les selles », détaille Pierre Van Damme, directeur du centre d'évaluation de la vaccination à l'université d'Anvers, qui développe ce vaccin en coopération avec d'autres experts internationaux, avec l'appui de la Fondation Gates. Là aussi, la Covid-19 a retardé les choses. Mais désormais, tout est prêt : l'industriel Biopharma, en Indonésie, assure sa production et « l'OMS est en train d'éplucher toutes les données pour l'utiliser dans le contexte d'une autorisation d'urgence, dès la fin du mois de septembre », annonce Michel Zaffran. 
Après cinq années à la direction du programme polio de l'OMS, cet ingénieur français, frère de l'écrivain Martin Winckler, part en retraite dans quelques mois. « Je suis déçu de ne pas partir dans une situation plus favorable au programme, regrette-t-il. Toutefois, d'énormes progrès ont été accomplis et le nouveau vaccin sera sans doute utilisé avant mon départ : peut-être pourrons-nous alors avoir en vue la fin des épidémies liées à la souche vaccinale de type 2. » Sa grande déception ? L'absence de contribution financière de la France dans ce programme depuis 2009. Un programme qui a déjà coûté quelque 16 milliards de dollars (13,5 milliards d'euros) et qui nécessite encore 4,2 milliards pour relever « les derniers défis » avant l'éradication, espérée désormais en 2023.

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/09/01/la-polio-au-plus-haut-depuis-dix-ans-a-travers-le-monde_6050608_1650684.html


 

Deux enfants meurent à Samoa dans les minutes qui ont suivi l'administration du vaccin ROR

Deux enfants meurent à Samoa dans les minutes qui ont suivi l'administration du vaccin ROR

Après le décès ces deux enfants, le Ministère de la santé a ordonné la saisie de tous les vaccins ROR et a ordonné une enquête immédiate.

Deux enfants sont morts dans les minutes qui ont suivi la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole dans les villages de Safatou et de Sasina au Samoa. Les décès se sont produits le 6 juillet 2018.
http://initiativecitoyenne.be/2018/07/deux-enfants-meurent-a-samoa-dans-les-minutes-qui-ont-suivi-l-administration-du-vaccin-ror.html?


 

Probablement un conte traditionnel chinois...

Un joli conte philosophique à méditer...

Le lâcher prise, ou tout l'art de relativiser...

Il y avait, dans un village, un homme très pauvre qui avait un très beau cheval. Le cheval était si beau que les seigneurs du château voulaient le lui acheter, mais il refusait toujours. 
« Pour moi ce cheval n’est pas un animal, c’est un ami. Comment voulez-vous vendre un ami ? » demandait-il. 
Un matin, il se rend à l’étable et le cheval n’est plus là.
T
ous les villageois lui disent : « On te l’avait bien dit ! Tu aurais mieux fait de le vendre. Maintenant, on te l’a volé… Quelle malchance ! » 
Le vieil homme répond « Chance, malchance, qui peut le dire ? » 
Tout le monde se moque de lui. Mais 15 jours plus tard, le cheval revient, avec toute une horde de chevaux sauvages. Il s’était échappé, avait séduit une belle jument et rentrait avec le reste de la horde. 
« Quelle chance ! » disent les villageois. 
Le vieil homme et son fils se mettent au dressage des chevaux sauvages. Mais une semaine plus tard, son fils se casse une jambe à l’entraînement. 
« Quelle malchance ! » disent ses amis. « Comment vas-tu faire, toi qui est déjà si pauvre, si ton fils, ton seul support, ne peut plus t’aider ? » 
Le vieil homme répond « Chance, malchance, qui peut le dire ? » 
Quelques temps plus tard, l’armée du seigneur du pays arrive dans le village, et enrôle de force tous les jeunes gens disponibles. Tous… sauf le fils du vieil homme, qui a sa jambe cassée. 
« Quelle chance tu as, tous nos enfants sont partis à la guerre, et toi tu es le seul à garder avec toi ton fils. Les nôtres vont peut-être se faire tuer… » 
Le vieil homme répond « Chance, malchance, qui peut le dire ? » 

Ce conte souligne l'importance de lâcher prise, d'être dans l'acceptation et l'adaptation plutôt que dans les attentes et le contrôle. Dans ce conte, on voit bien l'issue favorable des événements, mais ce n'est pas toujours aussi facile au quotidien, on a parfois du mal à voir le côté positif des choses. Si vous râtez l'avion mais que celui-ci se crashe dans l'océan, ouf, on l'a échappé belle, cela valait la peine de râter les vacances tant espérées, non ? Mais même dans les situations que nous vivons comme négatives, qui sait si l'issue n'aurait pas été encore pire si les choses avaient évolué comme nous le souhaitions ?  Imaginez que vous êtes au chômage, vous tombez sur le poste de vos rêves, mais votre candidature n'est pas retenue... Au lieu de cela, vous êtes accepté dans un poste moins valorisant, moins bien payé, dans une entreprise qui vous motive moins... Difficile, me direz-vous, de ne pas vous sentir frustré, puni par la vie ? Mais qui sait si ce poste, au final, était si bien que ça ? Peut-être que le supérieur hierarchique est un adapte du harcellement moral, qui aurait fait de votre vie un enfer ? Ou peut-être que cette société vous aurait muté au fin fond de la Laponie l'année suivante ? Vous le voyez bien, il est impossible de savoir si, au final, le chemin alternatif aurait été plus vert !
Alors, si nous choisissions tout simplement d'avoir foi en la vie, si nous acceptions l'idée que ce qui nous arrive est tout simplement la meilleure chose pour nous ? Si nous choisissions de surfer sur la vague en regardant les événements dans leur neutralité, et de voir dans les épreuves des oppportunités de grandir, d'apprendre, de nous dépasser ? Peut-être même comme des portes ouvertes pour explorer d'autres façons de faire, de penser, de vivre ?

Ci-joint le lien de l'article copié : https://www.santalya-massages.com/blog/chance-ou-malchance-.html

 

________________________________________________________________________________________________

Est-il légitime de rendre obligatoires onze vaccins chez le nourrisson ?

par CMT

Claudina MICHAL-TEITELBAUM

À lire sur le blog du "docteurdu16" (alias Dr Jean-Claude Grange)

Selon les propres termes de CMT « Le texte est en libre accès et utilisable, ainsi que les références, à la convenance de chacun et sans restriction. »

C'est pourquoi nous avons réuni les huit billets composant le document en format PDF ici
 


Risque mortel de l'aluminium, notamment dans les vaccins

Risque mortel de l'aluminium, notamment dans les vaccins

Lettre ouverte et mise au point du Professeur Jean-Bernard Fourtillan adressée au Directeur Général de l’ANSM et au Ministre de la Santé

Consultable en ingégralité avec le lien ci-dessous :

http://www.valentonine.fr/images/piece05_20180722_Version_finale_Interdiction_totale_Aluminium_dans_medicaments.pdf

https://www.valentonine.fr/fr-fr/

 

 


Manifestation européenne pour la liberté médicale

Manifestation européenne pour la liberté médicale

Munich 21 mars 2020 - European Forum for Vaccine Vigilance (EFVV)

Sous-titré en français

Enfin ! L’Europe se soulève. Maintenant, nous ne supportons plus la mainmise de l’industrie pharmaceutique, qui censure les réseaux internet et contrôle les médias, nos tribunaux et nos gouvernements. Les vaccinations obligatoires sont une violation de notre intégrité physique et de nos libertés garanties par la Charte internationale des droits de l’Homme.

Aussi, ces obligations vaccinales conditionnent la scolarisation, l’accès à certains emplois et restreignent la libre circulation des citoyens.

L'agenda global de l’obligation vaccinale avance à grands pas :

L’Italie en 2017, la France en 2018, risquent d’être imitées par beaucoup d’autres pays et notamment par l’Allemagne en 2020. Ainsi, des obligations vaccinales pourraient bientôt être imposées aux adultes, aux femmes enceintes et aux personnes âgées.

Le réseau allemand pour le choix vaccinal Netzwerk Impfentscheid Deutschland, associé au Forum Européen pour la Vigilance Vaccinale (European Forum for Vaccine Vigilance) organisent une manifestation d’envergure, pour montrer au monde leur présence et leur extrême détermination.

Nous ne devons plus hésiter, mais agir.

Rejoignez-nous à Munich le 21 mars 2020

Au cours de cette manifestation, vous assisterez à des discours de personnalités éminentes, qui se battent contre les discriminations et les obligations injustes.

Vous pourrez écouter Madame Vera SHARAV de la ville de New-York, une survivante de l’holocauste et fondatrice d’une association d’éthique médicale nommée Alliance for Human Research Protection.

Elle nous alertera sur les risques de fragilisation de notre santé, si nous nous laissons bercer par les sirènes vaccinales…

www.ahrp.org

Vous aurez aussi la possibilité de rencontrer l’américain Robert F. KENNEDY Junior, qui est le fer de lance du consentement éclairé, des libertés fondamentales et de la défense de la santé des enfants américains

www.childrenshealthdefense.org 

Le journaliste Del Bigtree, producteur de l'émission High Wire, sera également là avec son équipe.  Del a été co-producteur du film Vaxxed et réalise et anime l'émission sur la vaccination la la plus regardée regardée du web. Le Dr. Sherri Tenpenny viendra également parler de la situation aux Etats-Unis, en particulier du point de vue de la profession médicale. Du côté européen, la Ligue, membre de EFVV sera représentée par la journaliste Senta Depuydt, et nos amis de Belgique, Pologne, Italie et d'autres pays d'Europe seront aussi de la partie.

Nous avons besoin de votre implication.

Rejoignez-nous s’il vous plait le 21 mars prochain et sponsorisez-nous !

https://www.youtube.com/watch?v=69jYAahVkWw

https://efvv.eu/content/munich-protest

Site EFVV : https://www.efvv.eu/

Merci pour votre soutien et à très bientôt, à Munich…

Pour votre soutien par Paypal https://paypal.me/efvv 

Pour votre soutien par virement : EFVV Coordonnées bancaires :

IBAN : LU24 0030 5566 9243 0000 - BIC : BGLLLULL

Afin que vous soyez nombreux à vous rendre à la manifestation du 21 mars

la Ligue vous propose d'affréter un bus au départ de Paris.
 
Pour l'aller :
départ vendredi 20 mars à 7h de Paris - arrivée à 18h30 à Munich
Pour le retour :
départ dimanche 22 mars à 12h00 de Munich - arrivée à 23h30 à Paris
Une nuitée serait à prévoir à Munich le samedi 21 mars.
 
 
Et un bus au départ d'Annecy
 
Pour l'aller :
départ vendredi 20 mars à 23h d'annecy - arrivée samedi 21 mars à 9h à Munich
Pour le retour :
départ dimanche 22 mars à 8h30 de Munich - arrivée en début de soirée à Annecy
Une nuitée serait à prévoir à Munich le samedi 21 mars.
 
 
Selon les réservations, le prix sera compris entre 82€ et 102€ par personne (A/R).
Afin d'optimiser les coûts, une réponse RAPIDE est impérative.
Soit par téléphone 04 50 10 12 09 soit par mail lnplv.adm@orange.fr

________________________________________________________________________________________________

BEBE SECOUE

BEBE SECOUE

Une association demande l'abrogation des recommandations de la HAS

L’association de parents accusés de maltraitance infantile, Adikia, demande à la HAS l'abrogation de ses recommandations sur le syndrome du bébé secoué. Elles seraient, selon ces parents, à l’origine d’erreurs judiciaires.
https://www.francetvinfo.fr/sante/enfant-ado/bebe-secoue-une-association-demande-labrogation-des-recommandations-de-la-has_3733077.html


 

Les maladies évitables par la vaccination se propagent parmi les vaccinés

Les maladies évitables par la vaccination se propagent parmi les vaccinés

CFR Accidentally Points Finger at Vaccines

Du 08 décembre 2019

Gary Null et Richard Gale ont récemment publié un rapport montrant que le Council on Foreign Relations (CFR) a publié une étude qui a révélé par inadvertance que les flambées de maladies évitables par la vaccination étaient plus élevées dans les pays qui avaient les taux de vaccination les plus élevés pour ces mêmes maladies. Le CFR est l'une des organisations politiques les plus élites de la planète.
https://thefedupdemocrat.home.blog/2019/12/08/vaccine-preventable-diseases-spread-among-the-vaccinated/amp/?__twitter_impression=true


 

image

Journal of Rheumatic Diseases and Treatment

Hidden Toxicity of Human Papillomavirus Vaccine Ingredients

Arthur E Brawer, MD
Department of Medicine, Division of Rheumatology, Monmouth Medical Center, USA
Au cours des cinq dernières années, des cliniciens de nombreux pays ont impliqué les vaccinations contre le papillomavirus humain (VPH) comme cause de diverses affections systémiques, de blessures graves et même de décès.


 

Vera Sharav

Vera Sharav - Survivante des camps de concentration

Article de Senta Depuydt

Madame Véra Sharav devait être l'invitée d'honneur à la manifestation contre l'obligation vaccinale à Munich le 21 mars 2020, annulée suite déclaration de pandémie.

Madame Vera Sharav, survivante des camps de concentration, sera l'invitée d'honneur de la manifestation contre la vaccination obligatoire qui se tiendra à Munich le 21 mars 2020. Mme Sharav est un défenseur des Droits de l'Homme et présidente-fondatrice de l'Alliance pour la Protection de la Recherche Humaine (AHRP).(https://ahrp.org/vera-sharav/)

Ci-joint l'article complet : https://documentcloud.adobe.com/link/track?uri=urn%3Aaaid%3Ascds%3AUS%3Ac8d24b64-3838-43a5-9b78-71ebdfc2ec1a

 

 

À lire sur Agoravox / Carevox / Naturavox / Rue89...

Liste des articles rédigés ou commentés par la LNPLV

  • 31.05.2011 - Le vaccin contre la rougeole, une nécessité à relativiser (Anny Poursinoff, député EELV ; Michel Georget ; Jean-Luc Veret)
  • 29.01.2011 - Gardasil® : Aujourd’hui le ministre de la santé lave plus blanc que blanc (Jean-Marie Mora)
  • 05.11.2010 - Grosse campagne de vaccination ROR à l'école (Jean-Marie MORA)
  • 13.07.2010 - Vaccin hépatite B et déni de justice (Françoise Joët)
  • 05.07.2010 - Bilan de l'Institut de Veille Sanitaire sur la pandémie H1N1 (Bernard Guennebaud)
  • 15.04.2010 - Grippe H1N1 : c'est la faute à Internet, dit l'OMS (Bernard Guennebaud)
  • 23.10.2009 - Le Pr. Luc Montagnier déclare qu’il ne se fera pas vacciner contre le virus de la grippe A H1N1 (Jean-Pierre  Eudier)
  • 27.09.2009 - En cas de crise sanitaire grave, la vaccination peut être exigée (Jean-Pierre Eudier)
  • 06.08.2009 - La pseudo-pandémie actuelle est le meilleur support de la frayeur mondiale pour développer de nouveaux marchés (Sylvie Simon)
  • 14.07.2009 - Le vaccin polio inefficace en Inde ? (Bernard Guennebaud
  • 05.07.2009 - Santé publique ou intérêts privés ? (Marc Girard)
  • 04.07.2009 - La subversion de la médecine (Claude Béraud)
  • 30.09.2008 - Vaccin hépatite B : une bombe à retardement ! (Sylvie Simon)
  • 16.06.2008 - Vaccins : restons prudents (Jean-Pierre Eudier) [sur Carevox]
  • 24.04.2008 - Rebondissement officiel dans l’affaire vaccin-autisme (Florilège)
  • 18.03.2008 - Vaccin hépatite B et scléroses en plaques : peut-on y voir plus clair ? (Bernard Guennebaud)
  • 07.03.2008 - La vaccination contre l’hépatite B : une affaire de racaille ? (Pierre Cornillot)
  • 11.12.2007 - Vaccination : la systématisation devient possible (Jean-Luc Martin-Lagardette)
  • 05.11.2007 - Vaccin : « Pas de preuve scientifique ! » (Jean-Luc Martin-Lagardette)
  • 25.10.2007 - La franchise médicale traduit une absence de politique de santé globale (Yan Syz)
  • 18.10.2007 - Gardasil, un vaccin très intéressant (Jean-Marie Mora)
  • 16.10.2007 - Vaccination : nous avions vu juste (Jean-Luc Martin-Lagardette)
  • 10.10.2007 - Les essais vaccinaux (Michel Georget)
  • 25.07.2007 - Lancement de l'enquête citoyenne sur les vaccinations (Jean-Luc Martin-Lagardette)
     articles complémentaires : 26.07.2007 - Premières questions. 26.09.2007 - L'obligation vaccinale est-elle encore justifiée ?   04.10.2007 - Commentaires et correctifs. 05.10.2007 - Additifs et mises à jour.
  • 21.06.2007 - Procès vaccinal retentissant aux États-Unis (Michel Georget)
  • 18.06.2007 - Politique autoritaire de santé publique et accidents post-vaccinaux (Antidote Europe)
  • 25.05.2007 - Autisme : des facteurs sous-estimés, des évidences trompeuses... (Sylvie Simon)
  • 20.02.2007 - Un vaccin contre le col de l'utérus ? (Sylvie Simon)
  • 26.01.2007 - Peines correctionnelles systématisées pour les insoumis aux vaccinations... (Grim, Alis)
  • 22.11.2006 - Et (si) Pasteur s’était trompé ? (Boronali)
  • 14.10.2005 - Les vaccins anti-grippe sont de moins en moins efficaces (Jean-Pierre Willem) 
  • 03.09.2005 - Grippe aviaire : la vaccination est-elle la seule solution ? (Jean-Marie Mora)

en anglais

  • 19.11.2007 - The impact of glycol ethers on health and the environment (Jean-Marie Mora)
Rentrée scolaire 2019

Rentrée scolaire 2019

En cette rentrée scolaire 2019, le Ministère a diffusé une notice d'informations générales en direction des parents d'élèves du CP.
Mais l'information est inexacte.
L'affiche indique une obligation vaccinale à 11 vaccins, or les élèves nés en 2013 ne sont soumis qu'à l'obligation vaccinale de 3 vaccins : diphtérie, tétanos et polio.


 


Courrier_M._Blanquer.pdf

Arrêt de commercialisation du Vaccin Tétanique Pasteur

Désormais il n'existe plus de vaccin antitétanique seul disponible en France.
Si vous vous blessez sérieusement et que votre médecin préconise un vaccin antitétanique, on vous vaccinera (au minimum) contre la diphtérie, la poliomyélite et la coqueluche par la même occasion !

Déjà en 2013, le Haut Conseil de la Santé Publique estimait que « outre la prévention immédiate du tétanos, l’administration d’anatoxine tétanique doit s’inscrire dans une optique de mise à jour du statut vaccinal de la personne concernée. Ainsi, l’utilisation d’un vaccin trivalent (dTPolio) voire tétravalent (dTcaPolio) devrait être préférée au vaccin tétanique monovalent. »

Remarque : aucun vaccin dTP n'est plus disponible non plus, un tétravalent ne se trouve pas non plus dans toutes les pharmacies, et qu'à l'instar de la disparition du vaccin antirougeole seul (remplacé obligatoirement par un ROR), tout ceci s’apparente à la « vente forcée de produits liés » au sens de l’article L.122-1 du Code de la consommation, probablement répréhensible dans la mesure où il est très rare que « le consommateur [soit] normalement informé et raisonnablement attentif et avisé, à l’égard [des vaccins] », comme l’exige l’article L.120-1 du même code.
    ►  En savoir plus...  


La rubéole devient maladie à déclaration obligatoire

      Décret n° 2018-342 du 7 mai 2018

Ce décret modifie la liste de l’article D3113-6 du CSP.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000036888150

Pourquoi rendre subitement obligatoire la déclaration de cette maladie ?

En l’absence flagrante de nécessité sanitaire, cette mesure strictement politico-administrative s’inscrit dans la « logique » de la nouvelle loi qui impose au gouvernement de procéder chaque année à une évaluation de l’impact de l’élargissement des obligations vaccinales.

Non seulement la rubéole est assez difficile à diagnostiquer, mais elle ne pose problème que pendant les premiers mois d’une grossesse (pour le fœtus) ; le test de recherche d’anticorps est systématique lors de l’examen prénuptial et au début de chaque grossesse, ce qui explique la quasi disparition du syndrome de rubéole congénitale en France.

La rubéole passe totalement inaperçue dans près de 50 % des cas ; lorsqu’ils existent, ses signes cliniques sont inconstants et, en dehors des épidémies de rubéole (devenues rarissimes en France) plus de la moitié des éruptions « rubéoliformes » sont dues à une infection par un autre virus : adénovirus, virus Coxsackie, virus Echo, virus d’Epstein-Barr, parvovirus B19, herpèsvirus 6, etc.

Parmi les maladies à prévention vaccinale désormais obligatoire pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018, seules 7 sur 11 sont des maladies soumises à déclaration obligatoire : diphtérie, infection invasive à méningocoque (toutes souches confondues), poliomyélite, rougeole et rubéole (art. D3113-6), hépatite B et tétanos (art. D3113-7).

NB : Voir aussi le Décret n° 2018-338 du 4 mai 2018 qui modifie l’article R3113-2 du CSP en faisant passer de 1 à 5 ans la durée de conservation de « la correspondance, mentionnée à l’article R.3113-3, entre le numéro d’anonymat et les éléments d’identité de la personne » ainsi que « les coordonnées du prescripteur et, le cas échéant, celles du responsable du service de biologie ou du laboratoire ».


Publication au JO de la Loi N° 2017-1836 du 30 décembre 2017

Nouvelles obligations vaccinales

1. La Loi n° 2017-1836 du 30 décembre 2017 de finances pour 2018 a été promulguée, et publiée au JO le 31 décembre 2017.

Article 49 (relatif aux obligations vaccinales) :
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2017/12/30/2017-1836/jo/article_49

2. Cet article stipule que les onze « vaccinations [...] sont obligatoires, sauf contre-indication médicale reconnue, dans des conditions d'âge déterminées par décret en Conseil d'Etat, pris après avis de la Haute Autorité de santé ».
Selon le Quotidien du Médecin, les décrets d'application devraient paraître vers le 20 janvier.

3. Les articles concernés dans le Code de la santé publique a été modifié le 6 janvier 2018.

 


Calendrier vaccinal 2017

Nous n'aurons de cesse de le répéter, les rappels du vaccin antipolio ne sont pas obligatoires « jusqu'à l'âge de 13 ans », les textes réglementaires disent clairement que les rappels doivent être « terminés avant l'âge de 13 ans ».

Le Calendrier vaccinal 2017 est en ligne ici : calendrier_vaccinations_2017.pdf

Qualifié abusivement de « nouveau » par certains parce qu'il intègre quelques recommandations et adaptations nouvelles, il est en fait identique aux précédents en ce qui concerne les obligations... y compris dans l'énoncé fautif de l'obligation des rappels du vaccin antipoliomyélitique.

Nous n'aurons de cesse de le répéter, les rappels du vaccin antipolio ne sont pas obligatoires « jusqu'à l'âge de 13 ans », les textes réglementaires disent clairement que les rappels doivent être « terminés avant l'âge de 13 ans ».

En effet, seul le vaccin oral (qui n'est plus utilisé en France depuis plusieurs décennies parce qu'il était responsable de polios post-vaccinales) nécessitait plusieurs prises constituant UN SEUL rappel.

L'article 5 de l'arrêté du 19 mars 1965, toujours en vigueur, stipule : « Un sujet n'est réputé avoir satisfait à l'obligation vaccinale que s'il a reçu la première vaccination et le premier rappel de vaccination réglementaires. »


 

Élection présidentielle 2017

Politique vaccinale selon les candidats

Le 23 mars, nous avons adressé un courrier à chacun des candidats à l'élection présidentielle ;
à ce jour nous n'avons reçu que peu de réponses.

Vous pouvez les consulter dans le fichier ci-dessous, ainsi que la lettre qui leur avait été envoyée (PDF).

Courrier envoyé à tous les candidats

Réponses reçues (au 18 avril 2017)


 

Le BCG n'est plus recommandé à la naissance

Dans un avis du 10 février (publié le 6 mars), le Haut Conseil de Santé Publique conseille désormais la vaccination des nourrissons à risque à partir de l'âge d'un mois et non plus à la naissance, en France métropolitaine.
Ceci en raison du risque majoré de BCGite généralisée après vaccination avant l'âge d'1 mois chez des enfants porteurs d’un déficit immunitaire combiné sévère, quasi impossible à diagnostiquer à cet âge, et compte tenu de la rareté des cas de tuberculose très précoce en France métropolitaine.
D'autre part, le HCSP recommande que l’intradermoréaction à la tuberculine ne soit plus pratiquée systématiquement avant le BCG chez les enfants de moins de 6 ans.
Avis du HCSP
Rapport complet


Décision du Conseil d'État

8 février 2017

« Il est enjoint au ministre des affaires sociales et de la santé, en l’état de la législation, de prendre des mesures [...] destinées à permettre la disponibilité de vaccins correspondant aux seules obligations de vaccination prévues aux articles L. 3111-2 et L. 3111-3 du code de la santé publique, dans un délai de six mois à compter de la notification de la présente décision. »
► Attention :
1. le CE ne retient nullement la demande de fournir des vaccins sans adjuvants (aluminium) ou conservateurs (formaldéhyde par exemple),
2. cette décision est prise « à défaut d’élargissement par la loi de l’étendue des obligations vaccinales ».

Décision du Conseil d'État


Campagne de vaccination contre la méningite

Cas groupés de méningite à méningocoque W dans la région de Dijon

Rappelons qu'il y a 5 types principaux de méningocoques (Neisseria meningitidis) parmi les 12 types connus : A (en Afrique), B et C en Europe, W135 et Y dans la ceinture africaine de la méningite comme A, mais beaucoup plus rares.

Les cas de la région de Dijon sont dus au méningocoque W135 particulièrement rare en France (4 à 5 % des méningites à méningocoque selon les années).

Il n'existe pas de vaccin dirigé spécifiquement contre le W135 mais il existe deux vaccins quadrivalents contre les sérotypes A, C, Y et W135 : le Nimenrix® (Pfizer) ou le Menveo® (Novartis), tous deux des vaccins dits « conjugués », c'est-à-dire des molécules osidiques de surface des bactéries couplées à une protéine porteuse (l'anatoxine tétanique dans le cas du Nimenrix® et l'anatoxine diphtérique pour le Menveo®). Il existe également un vaccin non conjugué, le Mencevax® (GSK).

N'est-on pas en train d'effectuer un test de tolérance grandeur nature (30 000 sujets ce n'est pas rien) pour ces vaccins récents (mars 2010 pour Menveo® et avril 2012 pour Nimenrix®), après avoir testé les vaccins contre le méningocoque C (avec Méningitec® notamment) en Auvergne et en Aquitaine, puis testé un vaccin contre le méningocoque B (MenBvac® plus ou moins expérimental, sans AMM) dans la région de Dieppe.

NB : Le vaccin quadrivalent est obligatoire pour se rendre en Arabie Saoudite, notamment au pélerinage à La Mecque.

En complément, lire le Zoom sur les différentes méningites.


 

Concertation citoyenne (suite)

LE RAPPORT

Le Rapport de la Concertation citoyenne sur la vaccination a été publié le 30 novembre 2016.
Conclusion du communiqué de presse :
« ... le comité conclut que la levée de l’obligation vaccinale est l’objectif à atteindre »
« ... Néanmoins, dans le contexte actuel de perte de confiance et de baisse de la couverture vaccinale, il lui apparaît nécessaire de réaffirmer le bien-fondé de la vaccination. »
« ... Pour ce faire, le comité préconise un élargissement temporaire du caractère obligatoire des vaccins recommandés de l’enfant *»
Si  le caractère "temporaire" des obligations supplémentaires est analogue à celui du retrait du DTPolio®, il risque de devenir une mesure définitive.
« ... assorti d’une clause d’exemption et de leur gratuité. »
Oui mais « ...les parents s'engageront par écrit selon une procédure formalisée à assumer les responsabilités civiles de leur refus incluant un risque de non-admission de l’enfant en collectivité. Le refus sera porté sur le carnet de vaccination. »
Communiqué : http://concertation-vaccination.fr/…/CP-30.11-Concertation-…
Rapport : http://concertation-vaccination.fr/…/Rapport-de-la-concerta…

* c'est-à-dire obligation des vaccins contre diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, infections à haemophilus influenza b, hépatite B, pneumocoque, rougeole, oreillons, rubéole, etc.


Concertation citoyenne

sur la vaccination

Le 12 janvier 2016, Mme Marisol Touraine, ministre de la Santé, a présenté un plan d’action pour la rénovation de la politique vaccinale. Un des quatre axes de ce plan est d’organiser une grande conférence citoyenne sur la vaccination.

La Ligue a été invitée à participer à la Concertation le 9 juillet dernier, et nous en avons rendu compte sur la page Facebook ainsi que sur le forum des adhérents.

Un espace participatif est ouvert du 15 septembre au 13 octobre 2016.
Il permet à chacun de s'exprimer, de donner son opinion et d’adresser ses questions aux pouvoirs publics. Une contribution peut être formulée à titre individuel ou au nom d’un groupe.

Trois thèmes sont proposés :

– Exprimez ici votre avis sur la vaccination au sens large.
– Quelles recommandations feriez-vous pour améliorer la confiance dans la vaccination ?
– Quelles recommandations feriez-vous pour améliorer la couverture vaccinale ?

On notera que l'on est censé n'y proposer que des solutions pour redonner confiance dans la vaccination et pour améliorer la couverture vaccinale. La première question permet cependant de donner son avis « sur la vaccination en général », en mettant tous les vaccins dans le même panier.


 

Maladie de Lyme

Plan d'action national annoncé par le ministère de la santé

Septembre 2016

Bien qu'il n'existe aucun vaccin contre cette maladie, nous nous faisons l'écho de l'alerte lancée par plusieurs associations de malades et plus d'une centaine de médecins, en raison de l'augmentation de cas et des difficultés à faire reconnaître officiellement les formes chroniques invalidantes.

La maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, est provoquée par la bactérie Borrelia burgdorferi transmise lors d’une piqûre de tique infectée, le plus souvent Ixodes ricinus en Europe occidentale.
Bien que certains de ses symptômes soient connus depuis le XIXe siècle, son origine infectieuse a été reconnue à la suite de son identification à Lyme, petite ville du Connecticut (États-Unis), en 1975. La bactérie a été identifiée en 1982.

Pour en savoir plus...


Les sages-femmes autorisées à vacciner

... la femme enceinte, les nouveaux-nés et tout leur entourage

Le décret n° 2016-743 du 2 juin 2016 précise les conditions de prescription, de réalisation des vaccinations et de transmission de l'information au médecin traitant par les sages-femmes, ainsi que le prévoyait la loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016.

« Participation des sages-femmes à la politique vaccinale
« Art. D. 4151-25. - La sage-femme peut prescrire et pratiquer les vaccinations de l'entourage, dès la grossesse de la mère et pendant la période de huit semaines qui suit l'accouchement, conformément au calendrier des vaccinations mentionné à l'article L. 3111-1 et dans les conditions prévues au dernier alinéa de l'article L. 4151-2.
« L'entourage comprend les personnes vivant dans le même domicile que l'enfant ou fréquentant régulièrement ce domicile, ou étant chargées de sa garde régulière en ce lieu.
« La sage-femme inscrit dans le carnet de santé, le carnet de vaccination ou le dossier médical partagé de la personne la dénomination du vaccin administré, son numéro de lot et la date de son administration. En l'absence de dossier médical partagé ou de carnet de vaccination électronique, elle transmet ces informations dans le respect du secret professionnel au médecin traitant de cette personne. »

Deux arrêtés, en date du 8 août et du 12 août, viennent compléter ce décret ; ils modifient l'arrêté du 22 mars 2015, qui fixait la liste des vaccinations que les sages-femmes sont autorisées à pratiquer.


Fièvre jaune : rappels officiellement supprimés

1er février 2016 : les rappels décennaux du vaccin contre la fièvre jaune ne sont plus exigés pour les résidents et les voyageurs à destination de la Guyane française. Une seule injection (au moins 10 jours avant l'entrée sur le territoire) reste obligatoire pour les sujets à partir de l'âge de 12 mois, mais le certificat de vaccination international est désormais valide à vie.
Les enfants nés en Guyane peuvent être vaccinés à partir de l'âge de 9 mois (obligatoirement avant un an) et il sont considérés comme immunisés au bout de 10 jours.


Vaccin contre la fièvre jaune

Nouvelles recommandations pour les rappels

Le 17 décembre 2015, le HCSP a publié un avis (émis le 23 octobre) sur la vaccination de rappel contre la fièvre jaune. Cette vaccination est obligatoire pour tous les voyageurs et résidents en Guyane.

En avril/mai 2013, l'OMS a modifié le Réglement Sanitaire International en stipulant que la protection conférée par les vaccins anti-amariles était définitive et que les rappels décennaux étaient désormais inutiles.

Au bout de deux ans et demi, le HCSP décide enfin de se conformer aux recommandations de l'OMS, en émettant cependant quelques réserves qui ne laissent pas de nous inquiéter.

En effet, le HCSP précise que « toutefois, l’administration d’une seconde dose de vaccin est recommandée pour [...] les femmes primo-vaccinées en cours de grossesse, les personnes vivant avec le VIH et les personnes immunodéprimées ».

Or, dans la notice du Stamaril®, vaccin à virus vivant atténué de Sanofi Pasteur, utilisé en France et dans de nombreux pays, on peut lire :

Contre-indications
  • [...] Immunosuppression qu'elle soit congénitale, idiopathique ou résultant d'un traitement corticoïde par voie générale (à des doses supérieures à celles qui sont utilisées par voie locale ou en inhalation), ou due à une radiothérapie ou à des médicaments cytotoxiques.
  • [...] Infection symptomatique par le VIH.
  • Infection asymptomatique par le VIH quand elle est accompagnée d'une déficience prouvée de la fonction immunitaire.
Mises en garde spéciales et précautions d'emploi
  • [...] STAMARIL ne doit pas être administré aux personnes immunodéprimées
Grossesse
  • [...] STAMARIL ne doit être utilisé chez la femme enceinte qu'en cas de nécessité absolue...

Comment ces autorités sanitaires peuvent-elles émettre un tel avis, au risque de faire courir un danger aux personnes vaccinées ? C'est d'autant plus incompréhensible et irresponsable que le dernier cas de fièvre jaune identifié en Guyane remonte à 1998.

Lire l'avis complet du HCSP


L'Académie de médecine et l'obligation vaccinale

Communiqué de la Ligue  Nationale  Pour  la  Liberté  des  Vaccinations

Chavanod, le 9 novembre 2015

Lors de sa séance du 27 octobre consacrée à l’obligation vaccinale, l'Académie de Médecine constate que :

– diphtérie, tétanos et poliomyélite, seules maladies ciblées par la vaccination obligatoire, ne sont plus à l’avant-­scène des risques infectieux, alors que d’autres maladies hors obligation seraient plus préoccupantes ;
– les vaccins disponibles sur le marché sont des formulations combinées qui ajoutent des valences aux valences DTP obligatoires ;
– un tel paradoxe rend le calendrier vaccinal difficile à comprendre ;
– les dispositions d’obligation devraient donc être modifiées.

Ce constat n’est pas nouveau, mais la Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations salue sa formulation solennelle par un tel aréopage, sans doute à l’unanimité s’agissant d’éléments patents...

Lire la suite...


Rentrée 2015 - École et vaccinations

Courrier au ministre de l'Éducation nationale

Chavanod, le 14 août 2015

Madame le Ministre,

La fréquentation des collectivités par les enfants est l’occasion de demander leur certificat de vaccination contre diphtérie, tétanos, polio (obligatoires), ou de contre-indication.
Comme vous le savez, les vaccins associés permettant de satisfaire à ces seules obligations notamment en primovaccination font défaut sur le marché [...]
Cependant quelques responsables d’établissement font régulièrement preuve d’intransigeance, allant jusqu’à refuser l’admission d’enfants...
[...] Dans ces conditions, il serait particulièrement judicieux que, souhaitant socialiser les enfants par la fréquentation de l’école, vous donniez rapidement toute instruction aux établissements scolaires pour accueillir avec mansuétude l’absence de certificats de vaccination ou de contre-indication...

Lire le texte complet...     –     Lire la réponse du ministère...


DTVax : rupture de stock

Nouveau kit "DT+Imovax Polio"

Le DTVax® étant en rupture de stock depuis janvier 2015, Sanofi Pasteur propose depuis mai 2015 aux parents ne souhaitant réaliser que les vaccins obligatoires un "kit DT+Imovax Polio" contenant le Vaccin Diphtérique et Tétanique adsorbé® (sur phosphate d'aluminium) importé du Canada ; il ne contient plus de thiomersal (conservateur contenant du mercure).

Pour toute commande de ce kit, le médecin adressera une ordonnance à Sanofi Pasteur MSD en précisant impérativement :

  • les 3 premières lettres du nom et le prénom de l'enfant ; l'âge de l'enfant ; le nombre de kits souhaités ; la raison pour laquelle l'enfant n'est pas vacciné par un vaccin pentavalent ou hexavalent (contre-indication ou convenance personnelle) ; le nom et les coordonnées du médecin prescripteur ; les coordonnées de la pharmacie (adresse, téléphone et fax) où doivent être livrés les vaccins.

Cette ordonnance sera faxée au : 04 37 28 44 32 ou envoyée par courrier à : SANOFI PASTEUR MSD, Support Médical Opérationnel, 8 rue Jonas Salk 69007 LYON.

Nouvelle procédure (janvier 2017)
 


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

26 juin 2015

Une petite fille se meurt...

... à 7 mois, hospitalisée sans espoir depuis 50 jours, dans la journée qui a suivi une double vaccination Infanrix Hexa® et Prevenar 13® dans un centre PMI. D’autres facteurs se sont ajoutés à ce fait initial pour aboutir à un tel drame. Mais nous n’hésitons pas à dire initial, car préalablement à cet acte médical, un examen a dû conclure à la capacité de l’enfant de recevoir un tel cocktail dont l’indication n’est pas évidente : c’est une enfant a priori saine qu’on a vaccinée !...

 Lire le communiqué complet


Pétition du Pr Joyeux

  ou beaucoup de bruit pour rien

Deux mois après que le Conseil Constitutionnel eut affirmé qu’en admettant des contre-indications l’obligation vaccinale ne contrevient pas à la Constitution, le professeur JOYEUX, cancérologue, fort du succès d’une pétition contre la généralisation du vaccin antipapillomavirus à l’école primaire, en lançait une nouvelle pour réclamer face à une étrange pénurie, la remise sur le marché d’un vaccin strictement DTP, mais sans aluminium, pour satisfaire (à risques a priori moindres) à l’obligation prévue par la loi.

La LNPLV ne soutient pas cette pétition, car seule la liberté vaccinale permettrait à chacun de prendre vraiment en charge sa santé et de "se soigner autrement" comme il prétend le vouloir.
Il reconnaît pourtant que "vacciner n'est jamais anodin, même avec le DTP seul", puisque ses effets secondaires sont couverts par l'article L.3111-9 du CSP.

Le 19 mai 2015, notre vice-président a écrit au Pr Joyeux pour lui faire connaître notre opinion.

Lire la suite...

Autres commentaires sur notre page Facebook


Lettre ouverte

à Mme Marisol Touraine, ministre de la Santé

Madame le Ministre,

Le 20 mars, le Conseil constitutionnel a estimé que la vaccination obligatoire des enfants est conforme « à l’exigence constitutionnelle de protection de la santé publique », non sans souligner dans son commentaire, la réserve de la contre-indication...

Lire la suite...


L'obligation vaccinale est déclarée conforme à la Constitution

Décision du Conseil constitutionnel n° 2015-456

Le Conseil constitutionnel a déclaré le 20 mars 2015 que « les articles L. 3111-1, L. 3111-2 et L. 3111-3 du code de la santé publique sont conformes à la Constitution ».
Décision du 20.03.2015 http://www.conseil-constitutionnel.fr/…/decision-n-2015-458…


Prise de position du Pr Henri Joyeux :

   Non à la vaccination massive des enfants contre le papillomavirus

Dans un rapport émis le 10 juillet 2014 et publié le 10 septembre dernier, le Haut Conseil de Santé Publique réitère ses recommandations de vacciner massivement dans les écoles les enfants contre le papillomavirus, et d'abaisser de 11 à 9 ans l'âge de la vaccination aussi bien pour les filles que pour les garçons.

Le Pr Henri Joyeux, dans la lettre qu'il publie régulièrement sur son site web, met ses lecteurs en garde contre ce programme qu'il juge dangereux, sans justification épidémiologique, et inefficace.

Il invite ses lecteurs à signer une pétition contre la vaccination massive des enfants contre les papillomavirus.


Les adjuvants vaccinaux : audience publique à l'Assemblée Nationale

Intervention de M. Michel Georget

L’Office  parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), délégation interparlementaire chargée de fournir des informations et des évaluations en matière scientifique et technologique au Parlement, a organisé le jeudi 22 mai 2014, de 14 h à 19 h, une audition publique intitulée « Les adjuvants vaccinaux : une question controversée ». 

M. Michel Georget est intervenu au nom de la Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations.

La vidéo de l'intégralité de l'audition est consultable sur http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5464

Un menu à droite permet de sélectionner une séquence, et en cas de défilement continu chaque intervenant est signalé par un changement de couleur.
L'intervention de Michel Georget a lieu à partir de la 49e minute de la deuxième séquence.

Cette audition publique fut précédée en matinée par un colloque – auquel assista également Michel Georget – organisé par l'association E3M et intitulé « Aluminium et Vaccins - L’expertise internationale nous impose d’agir », également à l'Assemblée nationale.
On peut lire ici le compte-rendu de ces deux audiences publiques..
 


Les incohérences du calendrier vaccinal 2013

Éditorial de la lettre d'information n° 9

Les lois d'obligation vaccinale françaises n'ont plus aucun sens
Est-il possible de rester dans la légalité au regard des obligations vaccinales inscrites dans le Code de la santé publique et les textes réglementaires ? Est-ce possible sans céder aux incitations à la consommation forcée de « vaccins par lot » ?

Lire l'article complet


 

Hexyon / Hexacima / Hexaxim

   le « nouveau » vaccin hexavalent de Sanofi Pasteur

Le nouveau vaccin hexavalent (diphtérie-tétanos-poliomyélite-coqueluche-infection à haemophilus influenza b-hépatite B, ou pour condenser DTPCa Hib HepB) de Sanofi Pasteur MSD (élaboré par Merck) fait beaucoup parler de lui depuis quelques semaines.

Présenté comme une avancée majeure par ses promoteurs (cf. communiqué de presse de Sanofi), ce n'est jamais que l'équivalent de l'Infanrix Hexa® (vaccin hexavalent de GSK commercialisé depuis 2008) ou plus exactement de l'Hexavac®, le vaccin hexavalent de Sanofi Pasteur qui fut autorisé en Europe en 2000, commercialisé en France en 2003, retiré de la vente le 17/11/2005, et dont l'AMM a été définitivement abrogée le 28/06/2012 seulement.

Alors qu'en est-il vraiment de ce « nouveau » vaccin hexavalent commercialisé sous le nom Hexaxim® ?

Lire la suite...

05.05.2013


 

Débat au Sénat sur la politique vaccinale

Mois d’avril chargé en France :

Après le rapport sénatorial sur l’influence des mouvements sectaires dans le domaine de la santé (le 3), le nouveau calendrier vaccinal (le 16), la semaine européenne de la vaccination (du 20 au 27)… voici le débat au Sénat, le 23 avril, sur la politique vaccinale de la France.

Le LEEM, syndicat des entreprises du médicament avait pris soin de fournir aux sénateurs une plaquette déplorant que les taux de couverture vaccinale ne progressent pas et que la proportion de nos concitoyens ayant une opinion positive de la vaccination tende à diminuer, et avançant 16 propositions pour une reprise de la couverture vaccinale… C’est à peine si l'on évoque le niveau sanitaire général : il s’agit avant tout de vacciner davantage ou, plus clairement, de préserver le chiffre d’affaires et les résultats des producteurs.

Lire la suite...


 

Calendrier vaccinal 2013

Attention !

Le nouveau calendrier vaccinal publié le 12 avril 2013 préconise un « schéma simplifié » pour les vaccinations du nourrisson :

Diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite et infections invasives à Haemophilus influenzae de type b : le schéma de primovaccination de type « 3 + 1 » (3 injections à un mois d’intervalle suivies d’un rappel à l’âge de 16-18 mois) est remplacé par un schéma simplifié « 2 + 1 » comportant deux injections aux âges de 2 et 4 mois, suivies d’un rappel avancé à l’âge de 11 mois pour ces cinq valences (M2, M4, M11) ;

Cependant les textes règlementaires ne sont pas modifiés, entrant clairement en conflit avec ces recommandations, notamment en ce qui concerne la vaccination antipoliomyélite pour laquelle le schéma de vaccination est inclus dans les textes.
En effet, l'article 3 de l'arrêté du 19 mars 1965 stipule que « La première vaccination par le vaccin antipoliomyélitique inactivé comprend une série de trois injections sous-cutanées espacées d'un mois. [...] Le premier rappel de vaccination par le vaccin inactivé comporte une injection sous-cutanée, faite un an après la vaccination initiale. »

En outre l’utilisation forcée de vaccins polyvalents DTP+coqueluche+infections à haemophilus influenza de type b voire +hépatite B  élargit un problème d’application.

L'obligation a-t-elle encore un sens ? Le conflit entre législation française et recommandations officielles va-t-il vraiment simplifier les choses ou plutôt ajouter à la confusion des esprits ?

Voir le tableau de comparaison entre les vaccinations obligatoires et les recommandations du calendrier vaccinal 2013.

14.04.2013


 

Vaccinations et maladies infantiles

Conférence-débat de Michel Georget

auteur de "Vaccinations, les vérités indésirables", Éd. Dangles,

organisée par l'association Bien Naître et Grandir, le vendredi 19 octobre 2012 à 20 h 30
Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère - 5 place Bir Hakeim,  Grenoble
Adhérent : participation libre - Non adhérent : 6 € (tarif réduit : 4 €)

Actuellement, les maladies infantiles sont en voie de disparition chez les enfants alors qu'elles sont en recrudescence chez les adultes. L'une des raisons en est la vaccination préventive. Or, bien suivies médicalement, elles ont un rôle à jouer dans le développement immunitaire de l'enfant.
Alors, les vaccinations protègent-elles ? Et sont-elles sans effets secondaires à court et long terme ?


“Au péril de ma vie, restez prudent”

de Me Philippe Autrive

avocat au Barreau de Paris, spécialisé dans le droit des malades et des victimes, du travail et du licenciement, de la famille...

« Les faits et les personnages de ce roman sont imaginaires,
quoique… »

Assassinats de scientifiques, scandale pharmaceutique, manipulations et leurres jaillissent autour d'Antoine, avocat soudain propulsé dans l'univers amoral et cruel des laboratoires...

Ce livre est disponible à la vente au format papier et au format numérique (PDF). Pour vous le procurer :
- au format papier, sur le site Internet des éditions Publibook en cliquant ici, ou en librairies, sur commande ;
- au format numérique, sur le site Internet des éditions Publibook en cliquant ici.


Vacciner avec aluminium ou s'abstenir de vacciner ?

À quand un moratoire ?

En mars 2012, sur la foi de constats préoccupants, le groupe d’études sur la vaccination de l’Assemblée Nationale suggérait un moratoire sur les vaccins avec adjuvants aluminiques, et, à tout le moins, d’offrir une version sans aluminium pour tout vaccin obligatoire.
Après avoir attaqué violemment cette suggestion, l’Académie de Médecine a adopté le 26 juin un rapport sur les adjuvants, aluminiques notamment, pour les laver de tout soupçon...

Lire la suite…


L'État reconnu coupable du handicap suite à un vaccin

Le Conseil d'État

Le 24 avril 2012, le Conseil d'État a jugé l'État responsable d'un handicap de 95 % chez un bébé de 5 mois à la suite d'une vaccination par le Pentacoq® en septembre 1995. Consulter l'intégralité du texte de la décision du Conseil d'État.
Ce qui est remarquable dans cette décision, c'est que le Pentacoq® qui contient des valences non obligatoires rend l'État responsable au titre de la réparation des préjudices consécutifs aux vaccins obligatoires qui en font partie.
Remarque : le Pentacoq® a été retiré du marché en décembre 2005.


Groupe d'étude sur la vaccination à l'Assemblée Nationale

Il se passe toujours quelque chose dans le monde de la vaccination…

On nous annonce régulièrement une maladie terrifiante, un vaccin salvateur, parfois une contestation qui ne peut être le fait que d’un farfelu, ou un accident qui, vu sa rareté, ne justifie pas de remettre en cause le bien-fondé de la politique vaccinale
La présentation, le 13 mars 2012, de la synthèse des recommandations du groupe d’études sur la vaccination de l’Assemblée Nationale tranche particulièrement sur ce train-train.

Lire l'article...


Présidentielle 2012

Interpellation des candidats à propos de l'obligation vaccinale

Le 20 mars dernier nous avons adressé à chaque candidat à l'élection présidentielle une lettre dans laquelle nous leur demandions leurs propositions concernant l'obligation des vaccins DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite).

Voici les réponses que nous avons reçues au mardi 11 avril 2012
(dans l'ordre « quantitatif » du contenu de la réponse : de la plus à la moins substantielle
puis dans l'ordre chronologique de leur réception)

Candidats Réponses
M. Nicolas Dupont-Aignan En résumé : « Je partage votre philosophie selon laquelle la libre adhésion des personnes à des mesures de prévention et de dépistage est préférable à l’obligation.
[ça commençait bien, mais ensuite ça se gâte !]
Toutefois notre pays n’est pas un pays sur-vacciné, mais sous-vacciné. Je ne partage donc pas votre point de vue sur la fin du caractère obligatoire du vaccin DTP et je suis partisan de l’obligation pour les vaccinations contre la rougeole et l’hépatite B. »
Mme Marine Le Pen La porte-parole de la candidate m'a téléphoné pour accuser réception de notre courrier et me dire qu'elle soutenait notre message, disant qu'elle confirmerait par écrit. À ce jour pas de courrier.
Mme Eva Joly
M. Nicolas Sarkozy
M. Jean-Luc Mélenchon
 
Juste accusé de réception avec engagement de répondre plus tard
M. Philippe Poutou
Mme Nathalie Arthaud
M. Jacques Cheminade
M. François Bayrou
M. François Hollande
 
Juste accusé de réception

Téléchargez la lettre adressée aux candidats : format DOC (Word) ou format PDF

Conformément à notre promesse nous devions vous transmettre la réponse de chaque candidat à l'élection présidentielle.

Jean-Marie MORA
Président


 

Les « gouters-varicelle »

Sous la plume de Anne Jeanblanc, le 14 novembre 2011, le journal LePoint.fr publiait un article intitulé « Les goûters "varicelle" : une vraie mauvaise idée ! »

Contrairement à cette affirmation, c’est une excellente idée.

En effet, selon une récente étude publiée dans la revue Pediatrics, aux États-Unis près de 6 % des parents refuseraient toute injection préventive et, parmi eux, certains opteraient pour une « contamination choisie », de leur progéniture. Dans ce dessein, ils s'organisent pour que leurs enfants touchés par le virus de la varicelle ou d'autres infections infantiles, contaminent leurs petits copains avec des virus qui provoquent ce que l’on appelait autrefois et non sans raison les « maladies nécessaires ».

Lire l'article...


 

Deux enfants exclus de l'école d'Allevard

Soutien à la famille Guéret

Un recours a déposé au tribunal administratif de Grenoble contre la décision d'exclusion des enfants.

L'audience aura lieu le vendredi 7 octobre 2011 à 9 h
Rendez-vous au Tribunal Administratif, 2 place de Verdun 38000 GRENOBLE

Depuis le 5 septembre 2011 les deux enfants de la famille Guéret ont été exclus de l'école d'Allevard (Isère) au motif qu'ils n'ont pas reçu tous les vaccins obligatoires.

Consulter la page de notre site expliquant les raisons de l'indisponibilité du vaccin qui permettrait de satisfaire à l'obligation vaccinale. 


Les plantes médicinales

bientôt interdites dans l'UE ?

Non ! Tout ne va pas changer le 1er mai 2011.

23 décembre 2010    

Depuis 2008, nous avons lu et entendu tout et n’importe quoi sur le Codex alimentarius créé en 1963 par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et la FAO (Food and Agriculture Organization) des Nations Unies. Il a pour objet de définir les normes pour tous les produits alimentaires et compléments alimentaires. Les 27 pays membres de l’Union Européenne (UE) utilisent de plus en plus le Codex pour façonner la réglementation alimentaire en conformité avec les lois européennes.

Lire l'article complet de Sylvie SIMON en cliquant ici ou bien télécharger l'article en version PDF.

 


 

Campagne de vaccination contre la rougeole

URGENT

Vérification du statut vaccinal des collégiens et lycéens
Invitation ou incitation abusive ?

Mise à jour 2012

Attention ! Les informations ci-dessous sont toujours d'actualité : un nouveau courrier a été adressé aux parents des élèves des classes de 3e et de 1ère dès la rentrée de septembre 2012.


Lettre incitation ROR collèges & lycées

20 octobre 2010    

Si vous avez un enfant au collège ou au lycée, vous avez certainement reçu une lettre signée de Jean-Michel BLANQUER, directeur général de l’Enseignement scolaire, et de Didier HOUSSIN, directeur général de la Santé.

Cette lettre vous demande « de fournir le carnet de santé de votre enfant, sous enveloppe cachetée à l’infirmière de l’établissement, qui vérifiera s’il est correctement vacciné avec le ROR ».

Cette demande n’a pas caractère obligatoire, vous pouvez ne pas y répondre.

Le carnet de santé n’est pas un document administratif :
L’article L2132-1 du Code de la Santé publique, 3ème paragraphe, précise : « Le carnet est établi au nom de l'enfant. Il est remis aux parents ou aux personnes titulaires de l'exercice de l'autorité parentale ou aux personnes ou aux services à qui l'enfant a été confié. Ils doivent être informés que nul ne peut en exiger la communication et que toute personne appelée, de par sa fonction, à prendre connaissance des renseignements qui y sont inscrits est soumise au secret professionnel. »

En l’occurrence, la manière dont elle est présentée confère à cette demande un caractère quasiment obligatoire, ce qui n’est pas le cas.

Par ailleurs le vaccin ROR n’est pas obligatoire, comme tout vaccin il comporte des effets indésirables.

Voir la liste issue de la base THERIAQUE

N.B. La base de données Thériaque® est la seule base disponible sur les produits de santé, indépendante à la fois de l'industrie du médicament et des organismes payeurs, fruit du travail de bénévoles praticiens hospitaliers encadrant une équipe de pharmaciens salariés. Cette originalité est, à nos yeux, capitale en termes d'indépendance professionnelle.

Le vaccin ROR a donc des effets indésirables répertoriés de manière officielle, sans parler de l’autisme régressif. Or si l’État prend en charge les effets indésirables des vaccins obligatoires, en ce qui concerne les vaccins non obligatoires, les tribunaux administratifs vous répondront que si votre enfant a reçu ce vaccin c’est votre démarche personnelle, et l’État n’a aucune responsabilité dans cette affaire ; il vous appartiendra donc d’attaquer le laboratoire fabricant (pour le Distilben® 25 ans de procédure pour arriver au premier jugement).

Il faut impérativement répondre aux signataires de ce courrier et leur demander :

  • ce qu’ils font de l’article L 2132-1 troisième paragraphe du CSP 
     
  • s’ils acceptent par écrit de prendre la responsabilité personnelle de ces effets indésirables, à court, moyen et long terme.

Merci de tenir informée la ligue si votre enfant vous a transmis ce courrier, et de la réponse des signataires. Cette action est hyper importante car des milliers de parents vont croire que ce vaccin est obligatoire, avec les conséquences que l’on sait.

Lorsque la direction de l'établissement scolaire de vos enfants vous aura fait parvenir cette lettre, vous pourrez lui répondre en vous inspirant du modèle de lettre ci-dessous.

 Version Word             Version PDF

 


 

Ci-dessous l’explication du départ de Martine Gardénal et Sylvie Simon de « l'Alliance pour la Santé »

Nous avions suivi de grand cœur Jean-Marc Governatori, il y a plusieurs années, au moment où il a constitué la FEA, mais nous l’avons ensuite quitté après avoir constaté ses incohérences, son aveuglement, son refus d'écouter les conseils de gens qui savent certaines choses mieux que lui. Nous avons été très nombreux, à l'époque, à refuser de continuer dans cette voie.

Lorsqu’il nous a récemment contactées pour « l'Alliance pour la Santé », nous avons cru qu'il avait tiré des leçons de son précédent échec et allait se conduire différemment, mais nous nous sommes trompées. ...

Lire la suite...


Alerte de l'AFSSAPS sur le vaccin DTP

Retrait du marché du vaccin DTPolio® (Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite)

de Sanofi Pasteur MSD à la suite d'une augmentation importante et inexpliquée de manifestations allergiques dans les 24 h qui suivent la vaccination. Communiqué de presse - mise à jour : 12 juin 2008

  Lire le communiqué de la LNPLV

Une augmentation importante du nombre de manifestations allergiques à la suite de la vaccination par DTPolio® a été relevée depuis le début de l’année 2008 par rapport aux années précédentes....

Lire l'article complet ...

Mise à jour du 14.03.2014 

La situation perdure, le DTP a été retiré du marché depuis plus de quatre ans ; en conséquence, nous conseillons aux parents d'écrire, sur la page des vaccinations du carnet de santé, le texte suivant :

  

L'endos de la responsabilité civile et pénale des effets indésirables dus aux vaccinations s'impose à toute personne exigeant ou pratiquant un vaccin comportant, en plus du DTP seule vaccination obligatoire, [ à adapter selon la situation ] une ou plusieurs valences non obligatoires, ou des rappels non obligatoires, ou des vaccins non obligatoires comme le ROR, ce qui entraîne de facto l'impossibilité d'utiliser la procédure simplifiée induite par l'article L.3111-9 du Code de Santé Publique.

Sont dans la même situation ceux qui proposent d'utiliser le vaccin Revaxis®, qui n'a pas d'AMM pour les enfants en dessous de 6 ans, ni en primo-vaccination.

Sont également dans cette situation ceux qui proposent d'offrir gratuitement le vaccin DT VAX® ; ce dernier n'est plus  commercialisé en France et ne correspond pas à la recommandation de l'AFSSAPS pour les vaccins pédiatriques car il contient du thiomersal.

à diffuser largement


On pourra relire avec profit l'article « Les droits et obligations des parents face à la pénurie de vaccin DTP » paru dans la revue de la LNPLV de septembre 2005, à la suite de la précédente disparition de ce vaccin des officines françaises, du mois d'août 2003 à juillet 2005.


 

Au sénat

Proposition de loi présentée par 24 sénateurs

visant à la suppression de la publicité pour les vaccins auprès du public (15.01.2009)


Hépatite B :

Réponse de Sylvie Simon à l'article de Pierre Kaldy

Vaccination sans risque pour l’enfant

Le Figaro 12 février 2008 -  Pierre Kaldy

Une bombe à retardement !

Réponse de Sylvie Simon

Une nouvelle étude française souligne l’absence de lien entre la vaccination contre l’hépatite B chez l’enfant et la sclérose en plaques.

Quatorze ans après la campagne nationale de vaccination contre l'hépatite B, les responsables de deux laboratoires ayant mis au point et commercialisé le vaccin ont été mis en examen pour " tromperie aggravée ". Il était temps ! 

Lire l'intégralité de cette page (article du Figaro et réponse de Sylvie Simon) dans les archives des actualités.


Mises en examen dans l'affaire du vaccin anti-hépatite B

31.01.2008 - Des responsables de deux laboratoires fabricants du vaccin anti-hépatite B, SmithKline Beecham (aujourd'hui GlaxoSmithKline) et de la société Pasteur Mérieux MSD-Aventis Pasteur (aujourd'hui Sanofi Pasteur MSD),  ont été mis en examen jeudi pour "tromperie aggravée", et le laboratoire Pasteur MSD, en tant que personne morale, pour "homicide involontaire" pour la mort d'une patiente, décédée à la suite d'une sclérose en plaques en 1998.

Pour mémoire, vous pouvez aussi relire le texte de la plainte déposée en juillet 1998 par 17 associations, dont la LIGUE NATIONALE POUR LA LIBERTÉ DES VACCINATIONS, et 10 personnes privées devant le doyen des juges d'instruction de Paris.


 

  • Le décret 2007-1111 du 17 juillet 2007 suspend l'obligation de vaccination par le BCG pour les enfants de moins 
    de six ans accueillis en collectivité (crèches, garderies, écoles maternelles, chez une assistante maternelle, etc) et pour 
    tous les enfants à partir de six ans.
     
    L'obligation est maintenue pour les adolescents et les jeunes adultes qui fréquentent un établissement préparant
    aux professions de caractère sanitaire ou social, ainsi que pour les personnes exerçant les professions de caractère
    sanitaire ou social définies à l'article R3112-2. Pour plus de détails, lire ce document.
  • 11 juillet 2007 - Lancement du programme national de lutte contre la tuberculose.
    - Discours du ministre annonçant le programme pour 2007-2009, dossier Tuberculose actualisé (PDF),  nouvelles recommandations vaccinales

  • 8 juin 2007 : la Société Française de santé publique, qui avait organisé en novembre 2006 une Audition Publique sur la vaccination des enfants par le BCG, puis émis un avis favorable à la levée de l'obligation vaccinale par le BCG, demande au gouvernement  de prendre une décision rapidement.


  • Juin 2007 : procès vaccinal retentissant aux États-Unis. Près de 5 000 familles accusent le mercure (sous forme de thimerosal ou thiomersal) contenu dans certains vaccins d'être lié à l'augmentation importante des cas d'autisme.
     
    Vous pouvez relire avec profit l'article que nous avions publié sur le sujet dans le n° de juillet 2006 de Réalités & Vaccinations et intitulé « La réunion de Simpsonwood ».
     
    Sur le web, divers articles sur Radio-CanadaAgoravox, HSN-info, Medialibres. Pratiquement pas d'articles sur des sites de médias français.

Au Sénat : proposition de loi

visant à la suppression de la publicité pour les vaccins auprès du public (05.02.2009)

Le 15 janvier 2009, M. François AUTAIN et vingt-trois autres sénateurs ont déposé une proposition de loi visant à la suppression de la publicité pour les vaccins auprès du public, afin que soit modifié l'article 73 de la loi n° 2007-1786 du 19 décembre 2007 de financement de la sécurité sociale pour 2008, en se référant à l'avis du 17 octobre 2008 du Haut Conseil de la Santé Publique relatif aux mentions minimales obligatoires pour les messages publicitaires télévisuels et radiodiffusés sur les vaccins contre les papillomavirus où il « déplore que les firmes productrices de vaccins soient autorisées à faire des publicités télévisuelles ou radiodiffusées pour le grand public ».