Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations
frafsqarhyazeubebgcazh-CNzh-TWhrcsdanlenettlfiglkadeelhtiwhihuisidgaitjakolvltmkmsmtnenofaplptrorusrskslesswsvthtrukurvicyyi

Pfizer contre les bébés

Sur les Medias Sociaux et Alternatifs

Sur les quelques 70 000 pages de documents sur leur « vaccin » « anti covid » que la justice US a forcé Pfizer à rendre publics (ils voulaient le faire d’ici 75 ans) ce mois-ci (il y a un lot équivalent chaque mois), plusieurs sujets font dresser les cheveux sur la tête.

 

Celui qui avait poussé les confinements au Royaume Uni remet en cause ses modélisations

Dans les MainStream Media

Le professeur John Edmunds, le conseiller qui a poussé le gouvernement Anglais à confiner à plusieurs reprises, revient aujourd'hui sur la validité de son modèle (celui censé qui avait prédit 6 000 morts par jour) qui a pesé lourd sur l'économie et la santé. 

« Covid-19, le bilan en 40 questions »

Annonces

Quelques mots sur la nouvelle publication de Jean-Loup Izambert et Claude Janvier, et pourquoi vous pourriez vouloir le lire.

Mesures Sanitaires en France

Dossiers

Le gouvernement français a fait voter l’état d’urgence en mars 2020 ( ?) après avoir minimiser les risques de contagion et laisser les frontières du pays grandes ouvertes.

Un Conseil scientifique a été mis en place afin d’analyser l’évolution de l’épidémie dans le pays et proposer des mesures sanitaires au gouvernement. La composition et les recommandations du Conseil scientifique, ainsi que les liens de certains de ses membres avec le laboratoire Gilead, ont fait réagir de nombreux soignants et scientifiques qui ont constitué un Conseil Scientifique Indépendant (lien) et publié un Manifeste pour pouvoir soigner. 

Dans le cadre de l’Etat d’urgence, le gouvernement a décidé la mise en place de plusieurs mesures sanitaires (sans réel contrôle du Parlement) :

  • Confinements
  • Port du masque
  • Dépistage Test PCR (sans ordonnance)
  • Fermeture de nombreux lieux publics puis mise en place de jauge
  • Interdiction des traitements contre le COVID 19
  • Vaccination gratuite
  • Passe sanitaire

Malgré les annonces du gouvernement, l’efficacité de ces mesures exceptionnelles n’a pas fait l’objet d’une réelle évaluation, malgré les demandes de certains Parlementaires et Sénateurs.

De leur côté, les principaux médias ont entamé un décompte macabre du nombre de décès et d’hospitalisation quotidien, relayant telles quelles les communications de Santé France ( ?). On a également pu observer une réelle volonté d’attaquer voir de censurer toute critique ou proposition différente de la version « officielle » (fermeture de compte sur Twitter, attaque des spécialistes …).

Organisation du système de santé

Stratégie Identifier ( ?) / Isoler / Soigner

Application COVID

Levée du secret médicale : accès aux données vaccinales pour les médecins, la Sécu ( ?), les chefs d’établissement scolaires bientôt …

Liste des comités en charge de la santé

+ Conseil scientifique et Comité spécial COVID 19

Gestion des soignants : mobilisation des soignants et appel aux « réservistes », suspension des congés, rappel au travail même si malade …

 

Evaluation de l’efficacité de cette organisation :

Destruction des hôpitaux depuis des années … qui s’est poursuivie pendant l’épidémie (suppression de 5700 lits depuis 2019) alors même que le taux de saturation des hôpitaux est un indicateur de la politique sanitaire d’urgence :

  • Problème de prise en charge lors de la 1ère vague
  • Manque de matériel et de personnel qualifié
  • Manque de lit de réanimation

 

Problème de coordination entre hôpitaux publics et privés

Incompétence des AP-HP …

 

Dommages collatéraux :

Sélection des malades :

  • Euthanasie autorisée dans les EPHAD (autorisation en douce du médicament xx)
  • Déprogrammation de soins et interventions chirurgicales

Epuisement et écœurement de beaucoup de soignants (applaudissement puis vaccination obligatoire, prime Covid au compte-goutte, conditions de travail inchangées, Ségur de la santé décevant, RIP sur l’Hopital retoqué par le Conseil Constitutionnel …) 

 

 

Confinement

Suivant l’exemple de la Chine, de nombreux pays ont décidé de confiner la population pour éviter la propagation du COVID 19, avec des impacts humains et sociaux dramatiques … et peu d’impact sur le nombre de contaminations et donc de décès.

 

Evaluation de l’efficacité de la mesure

La comparaison entre des régions confinés et des régions confinées montrent que le confinement n’a pas eu d’impact sur la dynamique de l’épidémie et n’a pas limiter la contamination.

La Suède, qui n’a pas confiné sa population, a été moins impacté par le Covid 19 que les autres pays d’Europe qui ont opté pour le confinement et la restriction des déplacements, tels que la Grande Bretagne (https://fee.org/articles/sweden-saw-lower-mortality-rate-than-most-of-europe-in-2020-despite-no-lockdown/)

« Décès de Covid » en Suède (pas de verrouillage) vs Royaume-Uni (verrouillage).

 

La comparaison entre les décès attribués au Covid en Californie (confirnement) et en Floride (pas de confinement) est également parlant :

« Décès de Covid » en Floride (pas de verrouillage) contre la Californie (verrouillage).

 

Dommages collatéraux

Les confinements ont eu de nombreux impacts néfastes sur :

  • L’économie : arrêt de la production, fermeture d’entreprises, chômage, pauvreté
  • La santé : chirurgies et dépistages manqués et retardés, anxiété …
  • La santé mentale : suicides, alcoolisme, consommation de drogues, crise sociale …

 

Il est aujourd’hui reconnu que les confinements, par le biais des dommages économiques, sociaux et sanitaires, ont été aussi mortel que le virus, voire plus (https://off-guardian.org/2020/04/01/could-the-covid19-response-be-more-deadly-than-the-virus/)

Envoyé spécial de l’Organisation Mondiale de la Santé pour la Covid-19, le Dr David Nabarro a qualifié les fermetures de « catastrophe mondiale » en octobre 2020. (https://www.journaldemontreal.com/2020/10/12/un-envoye-special-de-loms-denonce-le-confinement-comme-principale-mesure-de-lutte-contre-la-covid-19)

 

 

Isolement des personnes contaminées et des cas contact

Annonces du gouvernement

Mesures réellement mises en place

 

Masques

Le port du masque, en intérieur et extérieur, a été imposé pour éviter la contamination par les gouttelettes projetées.

Evaluation de l’efficacité de la mesure

De nombreuses études ont montré que le masque n’arrête pas la propagation des virus respiratoires :

 

D’autres études affirment que le masque fonctionne contre le Covid mais elles présentent des biais ou ont été remises en cause :

 

L’OMS a également commandé une méta-analyse publiée dans The Lancet, mais l’étude ne porte que sur les masques N95 dans les hôpitaux : les données et les résultats de de cette étude ont été fortement critiquée (https://swprs.org/who-mask-study-seriously-flawed/)

 

En plus de preuves scientifiques, la comparaison entre les régions ayant imposé le port du masque et celles qui ne l’ont pas fait démontre l’inefficacité de cette mesure :

 

 

Dommages collatéraux

Le port d’un masque pendant de longues périodes, le port du même masque plus d’une fois et d’autres aspects des masques en tissu peuvent être mauvais pour la santé.

 

Une longue étude sur les effets néfastes du port du masque a été récemment publiée par l’ International Journal of Environmental Research and Public Health.

 

 

Le Dr James Meehan a signalé en août 2020 qu’il observait une augmentation de la pneumonie bactérienne, des infections fongiques et des éruptions cutanées du visage. Les masques sont également connus pour contenir des microfibres de plastique, qui endommagent les poumons lorsqu’elles sont inhalées et peuvent être potentiellement cancérigènes.

Les enfants portant des masques encouragent la respiration buccale, ce qui entraîne des déformations du visage. Partout dans le monde, des personnes se sont évanouies à cause d’un empoisonnement au CO2 alors qu’elles portaient leurs masques, et certains enfants en Chine ont même subi un arrêt cardiaque soudain . [A reprendre / compléter]

 

Passe « sanitaire »

Modalités du passe sanitaire

Evaluation de l’efficacité sanitaire

Suivi de l'Epidémie

Dossiers

Mutation du virus

Variants et « vagues » 

  

Indicateurs de suivi en France :

  • Nombre de décès
  • Nombre d’hospitalisation
  • Nombre de contamination
  • Taux d’incidence
  • RO
  • Taux de saturation des hôpitaux

 

Pour chaque indicateur, indiquer :

  • Les modes de calcul / sources et les biais / erreurs
  • Le seuil retenu (et ses évolutions dans le temps en fonction des besoins de l’exécutif)

Vaccination contre le Covid

Dossiers

« Vaccination » contre le Covid 19

 

Liste des vaccins avec :

  • Type de technique (virus vivant, ARNm …)
  • Producteur
  • Durée de l’efficacité
  • Etat (commercialisation, suspension dans certains pays …)

 

Bénéfice des « Vaccins » anti-Covid : réduire le risque de forme grave mais pas d’impact sur la propagation du virus

 

Balance bénéfice / risque de la vaccination par tranches d’âge :

Tranche d’âge

Pourcentage des Décès avec le COVID en France

Taux de mortalité

Bénéfice de la vaccination

0 à 18 ans

0% (15 décès avec comorbidités)

 

Aucun

Risque d’effet grave ou de décès quasi nul

18 à 65 ans

10% ( ?)

 

 

65 à 85 ans

40% ( ?)

 

 

Plus de 85 ans

50% ( ?)

 

 

Traitements contre le Covid

Dossiers

Prévention

Face à tout virus, il est essentiel d’augmenter ses défenses immunitaires. Pour cela, beaucoup de choses ont prouvé leur efficacité :

  • Une meilleure hygiène de vie.
  • Une activité physique régulière, si difficile en cas de confinement et pourtant essentielle.
  • L’espoir, la pensée positive, la méditation plutôt que la peur qui fait chuter notre système immunitaire.
  • Une supplémentation nutritionnelle. La vitamine D, la vitamine C, le zinc, les probiotiques et bien d’autres ont montré qu’ils amélioraient les défenses immunitaires et réduisaient le risque des maladies infectieuses, y compris liées au coronavirus.

Traitements

D’autres approches complémentaires peuvent être envisagées par votre médecin en fonction de sa pratique, mais une chose est sûre : nous devons renforcer nos défenses plutôt que fuir devant l’ennemi. C’est la première chose à faire si on veut gagner la « guerre ».

Malgré un favoritisme prosélyte des autorités et des médias en faveur des vaccins comme s'ils étaient une solution exclusive (pour des raisons économiques évidentes), les traitements sont généralement peu onéreux, et sont efficaces, prévenant la plupart des cas ou les guérissant.

De nombreuses publications nationales et internationales laissent penser qu'un traitement précoce efficace reposerait sur une ou plusieurs de ces approches thérapeutiques :

  • Le zinc à forte dose (60 mg en moyenne).
  • La vitamine C qui, à forte dose (plusieurs grammes par jour), a une action antivirale, augmente nos défenses et aide à être moins fatigué.
  • La vitamine D si elle n’a pas été déjà prescrite en prévention (on a montré que les personnes qui font des formes graves ont souvent des taux sanguins de vitamine D très bas).
  • L’azithromycine, une molécule antibiotique qui, par sa configuration, a également une action antivirale en même temps qu’elle réduit le risque de surinfections bactériennes. Dans de nombreux cas, elle peut, à elle seule enrayer les symptômes en quelques jours.
  • L’hydroxychloroquine (vendue en France sous le nom de Plaquenil®) dont l’efficacité sur le virus est bien démontrée, en particulier lorsqu'elle est utilisée tôt.
  • L'ivermectine, dont l'efficacité a été effectivement vérifiée à grande échelle.

Il existe même d’autres pistes complpour qu’elle soit utile, elle doit être abémentaires pour soulager et soigner les malades : d’autres antibiotiques de la classe des macrolides, la doxycycline (un autre antibiotique), l’ivermectine (un antiparasitaire comme l’hydroxychloroquine), l’armoise, une plante antiparasitaire très utilisée en Afrique ou en Asie avec des résultats très encourageants (il n’y a pas de recrudescence de l’épidémie en Asie et en Afrique), mais aussi l’aromathérapie, la phytothérapie ou l’homéopathie qui peuvent lutter contre les infections ou soulager les symptômes. Tous ces traitements doivent être prescrits par un médecin en fonction des spécificités de son patient, de ses symptômes et d’éventuelles précautions d’emploi.

 

Dépistage

Dossiers

Plusieurs types de tests sont utilisés pour dépister le Covid 19 :

  • Les Tests virologiques dits Tests PCT
  • Les Tests antigéniques
  • Les auto-tests

Les tests virologiques (TR-PC) dit Tests PCR :

Il s’agit d’un prélèvement réalisé par voie nasal qui est soumis à des cycles …. Le test est considéré comme positif si la présence d’ARN est détectée … Depuis Février 2020, la Haute Autorité de Santé (HAS) autorise les tests RT-PCR salivaires.

L’utilisation du Test PCR pour dépister le Covid 19 a été préconisé par l’OMS dès le début de la pandémie et est le principal outil de dépistage utilisé en France.

Ce type de Test fait pourtant l’objet de nombreuses critiques quant à son utilisation pour le dépistage du Covid 19 et à sa fiabilité (risque élevé de faux positif).

Les tests PCR n’ont pas été conçu pour être un outil de diagnostic et ont montré leur manque de fiabilité bien avant l’épidémie.

L’inventeur du procédé n’a jamais eu l’intention d’utiliser le test RT-PCR comme outil de diagnostic : « La PCR est juste un processus qui vous permet de faire beaucoup de quelque chose à partir de quelque chose. Cela ne vous dit pas que vous êtes malade ou que la chose avec laquelle vous vous êtes retrouvé allait vous faire du mal ou quelque chose comme ça. » (https://off-guardian.org/2020/10/05/pcr-inventor-it-doesnt-tell-you-that-you-are-sick/)

De plus, les tests PCR, déjà utilisés avant l’épidémie de Covid 19, ont montré leurs limites par la production de nombreux résultats faussement positifs :

Les tests qui ont permis de validé l’utilisation du Test PCR pour le dépistage du Covid 19 sont remis en cause  (source).

Deux semaines après le séquençage du génome du virus Sars-Cov-2 par des scientifiques chinois, des virologues allemands (Christian Drosten et al.) auraient utilisé le génome pour créer des tests pour les tests PCR. Leur article « Détection du nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV) par RT-PCR en temps réel » (https://www.eurosurveillance.org/content/10.2807/1560-7917.ES.2020.25.3.2000045) a été soumis pour publication le 21 janvier 2020, puis accepté le 22 janvier. Cela signifie que le document aurait été « revu par des pairs » en moins de 24 heures alors que le processus prend généralement des semaines. Or les tests Corman-Drosten sont à la base de tous les tests PCR Covid dans le monde. 

Un consortium de plus de quarante scientifiques de la vie a demandé le retrait de l’article, écrivant un long rapport détaillant 10 erreurs majeures dans la méthodologie de l’article. Ils ont également demandé la publication du rapport d’examen par les pairs de la revue, pour prouver que l’article a vraiment passé par le processus d’examen par les pairs. Le journal doit encore s’y conformer. 

Les valeurs Ct (seuil de cycle) des tests PCR sont trop élevées et génère de nombreux faux positifs

Les tests PCR sont exécutés en cycles, le nombre de cycles utilisé pour obtenir un résultat est connu sous le nom de « seuil de cycle » ou valeur CT. La majorité des spécialistes, ainsi que l’OMS, préconise un seuil de 30 à 35 cycles maximum afin de limiter le nombre de faux positifs. Or les laboratoires effectuent généralement entre 37 et 45 cycles, alors que la « procédure opératoire standard » du NHS pour les règles des tests PCR fixe la limite à 40 cycles (https://www.rcpath.org/uploads/assets/90111431-8aca-4614-b06633d07e2a3dd9/Guidance-and-SOP-COVID-19-Testing-NHS-Laboratories.pdf).

Même l’OMS a admis que les Tests PCR produisent de faux positifs :

En France, selon l’Avis publié le 27 Juillet 2020 par le Conseil Scientifique Covid-19, les tests réalisent en moyenne entre 40 et 45 cycles (page 30). L’avis précise d’ailleurs que : « Des valeurs de CT élevées sont souvent le reflet d’une quantité de virus faible ou nulle (débris de virus) signalant que la personne testée ne présente pas de risque.» (https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/avis_conseil_scientifique_27_juillet_2020.pdf#page=30)

Dès mars 2020, des études ont démontrés qu’une large proportion des personnes testées positives au Covid 19 ne présentaient aucun symptôme viral :

La fiabilité des Tests PCR pour dépister le Covid 19 a été remise en cause dans plusieurs pays.

Plusieurs pays ont reconnu dès le début de l’épidémie que les Tests PCR n’étaient pas fiables et ne devait pas être utilisés le dépistage du Covid 19 :

Les tests antigéniques

A compléter

Les auto-tests

A compléter

 


Découvrez une newsletter différente

Suivez à travers notre action une actualité qui vous concerne.

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Tous droits réservés (R) 2001-2022